Licenciement abusif au lycée Nanaïssa Santara : Les victimes réclament leurs droits

0

Des faits opposent Mohamed TRAORE, PROMOTEUR du lycée SANTARA aux professeurs licenciés abusivement, Ziéba SOGOBA, Moussa B. SIDIBE, Fodé COUULIBALY, Habib SAMAKE, et Ibrahima OUEDRAGO. En effet, étant licenciés comme tant d’autres en cette année scolaire 2011-2012 par ledit promoteur, sans raison valable, les victimes réclament leurs droits. Cet acte abusif interpelle fortement le promoteur et le proviseur du Lycée Nanaïssa SANATARA.
 
Le Lycée NAÎNASSA SANTARA est devenu le Lycée pionnier des licenciements abusifs. En une seule année, (2011-2012), il a limogé 14 professeurs de son établissement sans compter les victimes de 2009. Selon les victimes, ils ont travaillé des années durant au LNASA sous les ordres de Mohamed TRAORE, représenté par le proviseur Moussa SANGARE.

 Pendant la période vécue ensemble, la qualité de leur travail n’a jamais fait l’objet d’une contestation. « Nous avons d’ailleurs été, à plusieurs reprises, félicités pour le travail bien fait, surtout après les résultats des examens de fin d’année. La renumérotation du travail effectué était au début liée à la subvention de l’Etat qui prend toujours un retard (Juillet à Août). En 2008-2009, nous avons fait douze (12) mois sans être payés (d’Octobre 2008 à Octobre 2009). La souffrance endurée pendant ces douze mois sans salaire nous a conduits à créer notre syndicat en 2009 affilié au SNEC pour mieux défendre nos droits ».

La création de ce syndicat légitime et nécessaire qui a permis au corps professoral de demander le paiement mensuel des salaires comme le veut la loi, a crée une vive tention entre le promoteur, Mohamed TRAORE, et les membres du comité syndical. Mais que diable peuvent-ils faire pour rentrer dans leurs droits ?

Ainsi, pour mieux exploiter les professeurs de son établissement, le promoteur s’offre les moyens de les licencier à son gré pour des motifs non-fondés, sans même passer par la voie légale. D’après les victimes précitées, « notre cas se situe parmi les 14 profs licenciés en 2011. Et bien avant ce cas d’espèce, il eut encore des professeurs licenciés en 2009, sans droit ni d’autres raisons valables. Sur les 14 professeurs licenciés cette année, le promoteur a réengagé 4. Donc, ce sont dix (10) profs licenciés plus une secrétaire (dont 4 membres du comité syndical que nous sommes) qui restent dans le calvaire ».

Effectivement, ce sont ces faits dramatiques qui opposent les membres dudit comité syndical  au promoteur du Lycée Nanaïssa SANTARA. Il s’agit de : Ziéba SOGOBA, secrétaire général du comité ; Moussa B. SIDIBE, secrétaire général adjoint ; Fodé COULIBALY, secrétaire aux questions pédagogiques ; et Habib SAMAKE, secrétaire à la production et  aux revendications, tous licenciés abusivement par ledit promoteur, Mohamed TRAORE et son complice, Moussa SANGARE, proviseur dudit établissement.. Pour se justifier, le promoteur se réfère au mauvais résultat du Bac qui, on le sait de trop, n’est pas du tout de son seul établissement et n’est d’ailleurs pas dû aux professeurs licenciés de cette manière arbitraire. Car, 6 jours avant  les résultats du Bac 2011, précisément le 8 Août, le promoteur Mohamed TRAORE, puisque c’est de lui qu’il s’agit, avait déjà établi ces lettres de licenciement. En complicité avec le promoteur TRAORE, le proviseur du Lycée Nanaissa SANTARA, Moussa SANGARE, dans ses mauvaises habitudes avec le comité syndical, victime de ce complot à peine voilé, se dit prêt à trouver une solution pour éliminer le syndicat au sein de son établissement. Et c’est bien ce qui explique ce limogeage abusif. Quel gâchis ! Les victimes réclament une réparation pour entrer dans leurs droits. Ce licenciement, abusif n’est pas acceptable. Nous interpellons fortement le promoteur TRAORE et son proviseur SANGARE à réaffecter tous les professeurs licenciés de cette manière abusive et sans raisons valables. L’inspection du travail, ayant échoué dans sa tentative de réconciliation, décide de dresser un procès verbal de non- conciliation. Dans quelques jours les protagonistes se retrouveront au tribunal du travail.
Affaire à suivre…
 
Mamadou COULIBALY

PARTAGER