Les élucubrations de Ra : Trop c’est trop!

    0

    C’est arrivé à Bamako, le vendredi 5 août dernier. A bord d’un taxi, je quitte l’Hippodrome pour me rendre au siège de 22 Septembre, à l’ACI 2000. Direction le Marché de Médine, tout d’abord, pour éviter les embouteillages. Lorsque nous arrivons au niveau du Carrefour Ecole Jean Richard, Lycée Liberté A, Rue de l’IOTA, pour emprunter l’échangeur du Musée National, aux environs de 10 heures 30, un policier, bizarrement seul en faction, siffle notre véhicule.

    Le taximan ouvre sa boîte à gants et en sort son cahier. Sous celui-ci, j’aperçois son extincteur et son triangle, nous sommes donc normalement en règle. Ouf! Le policier arrive à notre hauteur et, à ma grande stupéfaction, dit au chauffeur «anw ka cahier ko nin bo a la, anw ka a géré» (Laissons l’affaire de cahier de côté, gérons).

    Je savais déjà que les «choses de la nuit» étaient devenues des «choses du jour» à Bamako, mais je n’imaginais pas qu’un porteur d’uniforme, agent de la Routière de surcroît, puisse pousser le non respect de l’éthique de son métier jusqu’à racketter un taximan devant son client!
    C’est pourtant ce qui se passe en toute impunité dans la circulation bamakoise, tous les jours que Dieu fait et «héré bé chi, héré be tilè». Pauvres de nous et honte à «eux». 
    Ramata Diaouré

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER