Mali: nouvelle destruction de mausolées par les islamistes à Tombouctou

5
Un islamiste, le 24 avril 2012 près de Tombouctou
© AFP

 Les islamistes armés qui contrôlent le nord du Mali détruisaient jeudi de nouveaux mausolées à Tombouctou, ville historique où ils avaient déjà procédé à de telles destructions en juillet, ont rapporté des témoins à l’AFP.

“Actuellement, les islamistes sont en train de détruire les mausolées de Kabara” (bien Kabara), un quartier du sud de Tombouctou, a affirmé un de ces témoins, propos confirmé par un autre habitant de la ville qui a précisé que les islamistes étaient arrivés à Kabara à bord “de trois véhicules, certains armés”.

Le premier témoin a indiqué qu’il y a trois mausolées dans ce quartier.

“Avec des pioches et d’autres outils, ils détruisent le premier mausolée, disant qu’ils vont détruire tous les mausolées”, a-t-il affirmé.

En juillet, les islamistes d’Ansar Dine (Défenseurs de l’islam), groupe armé qui contrôle Tombouctou (nord-ouest) avec Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), avaient suscité un tollé en détruisant des mausolées en terre dans l’enceinte de la plus grande mosquée de la ville, classée patrimoine mondial en péril.

De nombreux habitants avaient assisté, impuissants, à l’opération de destruction, alors que les islamistes promettaient de détruire tous les mausolées de la région. Ils avaient, quelques jours auparavant, déjà détruit sept des seize mausolées de Tombouctou et brisé la porte sacrée de la mosquée Sidi Yahia.

Des mausolées de saints vénérés par les populations locales ont également été détruits en septembre par les islamistes dans d’autres localités, à Goundam (90 km de Tombouctou) et à Gao, grande ville du nord-est du Mali contrôlée par un autre groupe armé islamiste, le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao).

Outre ses mausolées, Tombouctou, surnommée la “ville aux 333 saints”, compte également trois grandes mosquées historiques (Djingareyber, Sankoré et Sidi Yahia).

Fondée entre les XIe et XIIe siècles par des tribus touareg, elle a été un grand centre intellectuel de l’islam et une ancienne cité marchande prospère des caravanes. Elle est également célèbre pour ses dizaines de milliers de manuscrits, dont certains remontent au XIIe siècle, et d’autres de l’ère pré-islamique.

Les combattants d’Ansar Dine sont guidés par une idéologie fondamentaliste rejetant les visites aux saints, pourtant très répandues. Ils s’attaquent aux mausolées – importants lieux de recueillement – car ils considèrent la vénération des saints comme “de l’idolâtrie”, contraire à l’unicité de Dieu.

Ces nouvelles destructions sont intervenues à la veille d’une réunion internationale de haut niveau à Bamako, destinée à peaufiner une stratégie de reconquête militaire du nord du Mali, occupé depuis plus de six mois par ces groupes islamistes armés.

Ces jihadistes prônent la charia (loi islamique), dont ils ont une interprétation rigoriste. Ils commettent en son nom de nombreuses exactions (meurtres, lapidations, amputations, coups de fouet en public) avec de plus en plus de brutalité, selon des témoins.

Le 12 octobre, le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté une résolution préparant le déploiement d’une force militaire internationale de quelque 3.000 hommes au Mali, donnant 45 jours aux pays ouest-africains, qui en constitueront le noyau, pour préciser leurs plans.

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. coco=blanche neige= sanene ba kulé fa kulé den kulé itakou bakou :mrgreen::mrgreen:

  2. Les mausolées des saints à Tombouctou est un facteur de complexe pour les touareg d’Ansar dine. Ils leur rappellent la vraie page de l’ histoire qu’ils s’efforcent aujourd’hui de déchirer. Ces saints sont les autochtones de la ville (les Songhay) et il n’y’a pas un seul touareg parmi eux.

Comments are closed.