Brésil : manifestations en masse contre Dilma Rousseff

2

Des milliers de manifestants réclament la destitution de Dilma Roussef, alors que sa popularité a atteint un niveau historiquement bas de 8 %.

Brésil : manifestations en masse contre Dilma Rousseff

Au Brésil, la contestation contre Dilma Rousseff n’en finit pas de grandir. Des milliers de Brésiliens ont manifesté dimanche à travers le pays pour réclamer de nouvelles élections ou la destitution de la présidente de gauche Dilma Rousseff, embourbée dans une triple crise économique, politique et de corruption. Les organisateurs – des mouvements citoyens de droite soutenus par une partie de l’opposition – ont appelé à manifester dans plus de 200 villes de ce grand pays émergent d’Amérique latine. Pour la plupart vêtus de vert et jaune, les couleurs du drapeau brésilien, des premiers cortèges se sont mis en marche dans la capitale Brasilia (centre), à Belo Horizonte (sud-est), Recife (nord-est), Salvador de Bahia (nord-est) ou Belem (nord).

« Dehors, Dilma ! »

À Rio de Janeiro, qui accueillera dans un an les Jeux olympiques, le parcours de l’épreuve test de cyclisme a été en partie modifié pour permettre le déroulement d’une manifestation contre le gouvernement le long de la plage de Copacabana. Les organisateurs espèrent une participation massive, à l’instar des journées de protestations similaires qui avaient rassemblé au moins un million de personnes en mars et jusqu’à 600 000 en avril.

Arborant des pancartes portant les inscriptions « Dehors, Dilma ! » et « Non à la corruption ! », des milliers de personnes défilaient à Brasilia sur l’Esplanade des ministères en direction du Congrès des députés. Les manifestants réclament la démission ou l’ouverture d’un processus parlementaire de destitution de la présidente Rousseff, 64 ans, qui a entamé son deuxième mandat en janvier après une difficile réélection en novembre.

Une triple tempête

La présidente a vu en l’espace de quelques mois sa popularité chuter brutalement à un niveau historiquement bas de 8 %. Elle est confrontée à une triple tempête : la récession économique qui l’a conduite à adopter des mesures d’austérité impopulaires ; les révélations dévastatrices du scandale de corruption autour du géant public pétrolier Petrobras qui éclabousse son Parti des travailleurs (PT) et d’autres partis alliés ; et enfin, une crise politique aiguë qui menace de faire voler en éclats sa fragile majorité parlementaire.

« Nous allons protester jusqu’à la fin. Jusqu’à ce que la présidente tombe. Elle doit s’en aller définitivement et laisser ce pays en paix et libéré de cette mafia du PT », a déclaré à l’AFP Patricia Soares, une fonctionnaire de 43 ans qui défilait à Brasilia. « Nous sommes dans la rue pour montrer notre indignation, notre insatisfaction avec la situation politique et économique du pays, et contre la corruption du gouvernement », abondait à ses côtés Luana Alves, une fonctionnaire de l’administration judiciaire âgée de 38 ans.

SOURCE AFP

Publié le | Le Point.fr
PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. elle est arrivée a faire encore mieux que Hollande dans les sondages ,c’est peu dire 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 Ce ne sont pas des milliers de brésiliens qui ont défilé dans les rues pour lui demander de partir mais 900.000 personnes 😳 😳 😳 😳 Elle qui était la grande copine de Lula le syndicaliste exemplaire , est mouillée jusqu’aux oreilles dans des affaires de corruption ,en particulier le grand groupe pétrolier brésilien 👿 👿 👿 👿 👿 mais Lula dont tout le monde pensait qu’il y avait des mains blanches et propres au Brésil ,est lui aussi moullié jusqu’au trognon 👿 👿 👿 👿 👿 vous voyez que les pourris ne sont pas tous en Afrique 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

  2. Brésil : manifestations en masse contre Dilma Rousseff

    “…Alors à propos corruption…”

    Dilma Rousseff et tous ces dirigeants corrupus doivent retenir que corrompre veut dire s’approcher sans se rendre compte et changer sans en avoir conscience…que cette attitude en soi seule suffira et justifiera son qualificatif!

Comments are closed.