Conflits entre groupes armés dans la région de Kidal : Des fosses communes découvertes à Anéfis

2
Conflits entre groupes armés dans la région de Kidal : Des fosses communes découvertes à Anéfis

Depuis début juillet, les combats meurtriers entre la Coordination des Mouvements de l’Azawad(CMA) et Groupe d’Autodéfense Imghad et Alliés (GATIA), deux groupes armés signataires de l’Accord de paix, ont connu un regain d’intensité dans la région de Kidal. Et si le bilan de ces affrontements pour le contrôle de la région demeure difficilement quantifiable à cause de sources plurielles, le doute vient d’être levé sur les allégations d’abus et de violations graves des droits de l’Homme que les deux groupes armés auraient commis. Selon la Minusma, sur les 67 allégations, 34 ont pu être corroborées et confirmées, parmi lesquelles figurent notamment des disparitions forcées d’individus, y compris celles de mineurs, des cas d’enlèvement et de mauvais traitements, ainsi que des cas de destructions, d’incendie et de vols. A Anéfis où a eu lieu d’intenses combats entre la CMA et le GATIA, les équipes de la Minusma ont pu « constater sur place l’existence de tombes individuelles et de fosses communes, mais ne sont pas en mesure d’établir à ce stade ni le nombre de personnes enterrées, ni les circonstances de leur décès. »

Les récents conflits meurtriers entre la Coordination des Mouvements de l’Azawad(CMA) et Groupe d’Autodéfense Imghad et Alliés (GATIA) dans la région de Kidal n’ont pas encore fini de livrer tous leurs secrets. Mais et d’ores et déjà, les organisations de défense de droits de l’homme s’activent pour faire la lumière sur les allégations d’abus et de violations graves des droits de l’Homme que les deux groupes armés signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali auraient commis au cours de ces combats particulièrement sanglants.

C’est dans ce cadre, selon la Minusma (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation du Mali), que des équipes de sa Division des Droits de l’Homme et de la Protection ont été déployées pour enquêter et aussi documenter ces éventuels abus et violations, notamment à Anéfis, où l’existence de charniers a été rapportée. « Sur les 67 allégations, 34 ont pu être corroborées et confirmées, parmi lesquelles figurent notamment des disparitions forcées d’individus, y compris celles de mineurs, des cas d’enlèvement et de mauvais traitements, ainsi que des cas de destructions, d’incendie et de vols », indique un communiqué de la Minusma en date du samedi 5 juillet dernier.

S’agissant d’Anéfis, ajoute le communiqué, «  les équipes ont pu constater sur place l’existence de tombes individuelles et de fosses communes, mais ne sont pas en mesure d’établir à ce stade ni le nombre de personnes enterrées, ni les circonstances de leur décès. » La mission onusienne au Mali se dit« aussi extrêmement préoccupée de la possible présence de mineurs parmi les rangs des mouvements signataires, ce qui constitue de graves violations des droits de l’enfant en période de conflit armé. »

Malgré la signature de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali il y a de cela plus de deux ans, des conflits meurtriers persistent toujours entre la Coordination des Mouvements de l’Azawad(CMA) et le Groupe d’Autodéfense Imghad et Alliés (GATIA) dans la région de Kidal. Les récentes menaces de sanctions de la communauté internationales et les missions de bons offices n’ont pu encore pu faire raisonner les deux groupes armés.

La Coordination des Mouvements de l’Azawad(CMA) a momentanément pris le contrôle de la ville de Ménaka, la 9e région du Mali, sans rencontrer de résistance, le vendredi 28 juillet. Les deux groupes armés se sont violemment affrontés, le mercredi 26 juillet 2017, dans plusieurs localités de la région de Kidal (Takalot, Annafif, Tiwarghene, Amassine, Koniba). Deux semaines avant, le mardi 11 juillet 2017 à Tidjachiwen et à Anefif, de combats meurtriers auront encore lieu entre les deux groupes armés. Un peu plutôt, le jeudi 6 juillet 2017, ils se sont violemment affrontés au sud d’Aguel’hoc.

K. Diakité

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. comme pour dire encore que le Mali est occupe .la ville d’Anefis est occupe par le CMA ET a qui devront on attribuer une telle mascarade ?
    La munisma n’est pas labas pour constater au contraire pour separer et passifer le passage au troupe du Mali .De constat a constat cette region se vide d’homme .Si le gouvernememt a Bamako a un probleme a resoudre sur le Mali .LE DESARMEMENT .

  2. … ” A Anéfis où a eu lieu d’intenses combats entre la CMA et le GATIA, les équipes de la Minusma ont pu « constater sur place l’existence de tombes individuelles et de fosses communes, mais ne sont pas en mesure d’établir à ce stade ni le nombre de personnes enterrées, ni les circonstances de leur décès. »… ” … /// …
    :
    ET si les équipes de la Minusma ne se contentaient de constater sur place l’existence de tombes individuelles et de fosses communes… ? Ils ne veulent pas désarmer les séparatiste… Et ils s’étonnent de voir ce que ça fait comme dégâts sur le terrain.
    Pourquoi ne désarment-ils pas tous les groupes armés dans le nord du pays… ?
    Seules les Armées, Malienne, Française et de la Minusma devraient être dans le nord du pays comme forces de sécurité en armes.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here