Hommage national mardi au soldat « mort pour la France » au Mali

56 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Damien BOITEUX

PARIS – Le gouvernement français va rendre mardi après-midi aux Invalides un hommage national au lieutenant Damien Boiteux, « mort pour la France » vendredi dernier, au premier jour de l`intervention française au Mali.

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, présidera la cérémonie à 16h30, à la mémoire de ce pilote du 4ème régiment d`hélicoptères des forces spéciales (RHFS), qui dépend de l`armée de terre, et, pour le moment, seul mort parmi les militaires français engagés au Mali.

Pour l`heure, l`armée malienne a enregistré dans ses rangs 11 morts et une soixantaine de blessés dans les combats menés conjointement contre les islamistes.

Le pilote, âgé de 41 ans, pacsé et père d`un enfant, avait été mortellement blessé aux commandes de son hélicoptère, vendredi, lors de la première phase de l`opération « Serval » consistant à arrêter l`avancée des groupes jihadistes vers le sud du Mali, en appui des forces armées maliennes.

La dépouille du pilote français devait arriver lundi soir à l`aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle sur un vol de l`armée de l`air et être accueillie « dans l`intimité » par sa famille.

Ce n`est que samedi, largement après l`hommage national rendu aux Invalides, qu`auront lieu les obsèques de Damien Boiteux, à Russey (Doubs) dont il était originaire et où résident toujours ses parents.

Le lieutenant Boiteux servait depuis 22 ans dans l`armée.

Engagé à l`âge de 19 ans à l`école des sous-officiers de l`armée de l`air de Saint-Maixent (Deux-Sèvres), il avait été affecté en 1992 dans un régiment d`hélicoptères de combat. Adjudant en 2004, il avait été promu officier en 2008, devenant lieutenant en 2009 dans le 4ème régiment d`hélicoptères des forces spéciales, basé à Pau (Pyrénées-Atlantiques).

Spécialiste des interventions en milieu désertique de jour comme de nuit, le lieutenant Boiteux avait effectué de nombreuses missions extérieures: Djibouti en 1993, l`ex-Yougoslavie en 1998, la Côte d`Ivoire en 2005, 2007 et 2009, à nouveau Djibouti en 2008 et 2009, la Mauritanie en 2010 et le Burkina-Faso en 2010, 2011 et 2012.

« Il aimait son métier, il aimait piloter. Dès l`âge de 7 ans, il voulait être pilote d`hélicoptère », a témoigné sa mère, Marie-Claire Boiteux, auprès de l`AFP.

« Il était gai, joyeux, souriant, il faisait rire tout le monde, y compris ses nièces pour lesquelles il était un tonton parfait », s`est-elle souvenu.

Les parents du pilote défunt « savaient qu`il était en Afrique, mais pas qu`il était au Mali. Ce genre d`information est secrète », a-t-elle confié.

« Mon fils a fait son travail, en risquant sa vie pour la paix au Mali et aussi en France, car si on n`arrête pas Al Qaïda, l`organisation menacera un jour la France », a-t-elle dit, soulignant qu`apprendre la mort de son fils était une inquiétude avec laquelle elle vivait « depuis 25 ans ».

C`est le frère de Damien, Pierre-Alexandre, également militaire, qui a appris la tragique nouvelle à leur mère.

« On avait toujours peur pour Pierre-Alexandre, notre premier fils qui était en Afghanistan. Mais finalement, c`est Damien qui est mort, alors qu`on pensait qu`il y avait moins de risques dans une gazelle » – l`hélicoptère qu`il pilotait- , a confié Marie-Claire Boiteux.

 

SOURCE:  du   15 jan 2013.    

56 Réactions à Hommage national mardi au soldat « mort pour la France » au Mali

  1. soribd3

    Merci soldat Boiteux pour ton combat contre l’injustice.
    Tu n’es pas mort pour rien car tes camarades ont donné une leçon à ces couilles de loup.
    Tu es mort pour la liberté.
    Tu es mort pour la dignité d’un peuple.
    Tu es mort pour la justice.
    Tu mort pour le Mali et pour la France.
    Nous les maliens ne t’oublierons jamais.
    Reposes toi soldat et merci.

  2. baenis

    QUE DIEU L’ACCUEILLE AU PARADIS . JE SUIS SURE QU’IL VA AU PARADIS .LE MALI DOIT PRENDRE TOUTE SA FAMILLE EN CHARGE A JAMAIS .LUI ET SA FAMILLE SONT DÉSORMAIS DES MALIENS .PAIX AUX ÂMES DE TOUS LES DISPARUS DANS CETTE GUERRE POUR LE MALI.

  3. Gandaizo

    J’ai passé ma vie de scolaire et d’étudiant à lire les récits sur la traite negrière, la colonisation, les combattants noirs morts pour la France, le néocolonialisme…
    Toute ma jeunesse durant, mon petit cœur, malgré moi, s’est endurci chaque jour dans la haine vis à vis de l’homme blanc pour sa part de responsabilité dans l’histoire tragique de l’homme noir.
    En martyr, Je pensais ne jamais pouvoir pardonner à la France. Seulement! J’apprends que Damien Boiteux, soldat français, Père d’un enfant vient juste de mourir pour le Mali et pour moi, citoyen lambda Malien.
    Eh! Soudain, j’ai été envahi par ce profond sentiment de culpabilité, de pardon mais aussi et surtout de reconnaissance. La vie, en quelques secondes me dicta une grande leçon d’humilité et d’humanisme.
    Je ne suis ni une autorité, encore moins une institution pour m’exprimer au nom de tous les maliens, Je ne saurais avoir une telle prétention. Mais pour ma part (en mon nom personnel), j’estime que la France (La grande France) a payé sa dette vis-à-vis de moi. La France ne me doit plus rien.
    Disait Hampaté Bah : Quelque soit la valeur du geste fait à un homme il n’existe qu’un seul mot pour témoigner de cette profonde reconnaissance. ce mot c’est « Merci » Merci Damien, Merci Hollande, Merci la France.