Réception des ouvrages Hydro agricoles et Des aménagements à M’Bewani : Un don de l’Union Européenne de plus de 19 milliards FCFA pour augmenter la production et réduire la pauvreté

0
Richard-zink
Le PM, Oumar Tatam Ly et sa suite dont l’ambassadeur de l’UE au Mali, Richard Zink, lors de la visite du site.

Le premier ministre, Oumar Tatam Ly a réceptionné, lundi 31 mars dernier, à M’Bewani, les ouvrages hydro agricoles et les aménagements financés par l’Union européenne. Il s’agit de 2 500 hectares du casier D de M’Bewani et le drain collecteur du Kala Supérieur long de 42 km. A ces infrastructures, il faut ajouter l’appui de l’UE à la gouvernance à l’Office du Niger et aux actions de reboisement de 1 000 ha. Le coût global de ce don s’élève à 19, 639 milliards  F CFA. Cet appui de l’UE va porter les aménagements à l’office à 110 000 hectares et augmenter la production de 18 000 tonnes paddy, hors contre-saison  et 10 000 tonnes de produits maraichers. De quoi réduire la pauvreté. La cérémonie s’est déroulée en présence du ministre de l’Environnement, le ministre délégué auprès du ministre du Développement rural, de l’ambassadeur de l’UE au Mali, Richard Zink, le directeur général de l’office du Niger et plusieurs autres personnalités.

 

Le développement de l’agriculture irrigué est très important dans l’accroissement de la production et de la productivité. L’Office du Niger compte tenu de ses potentialités constitue une zone très importante pour le développement de l’irrigation. C’est dans ce sens que le gouvernement du Mali et ses partenaires, notamment l’Union européenne ont concentré leur attention pour développer l’irrigation en mettant l’accent sur les aménagements agricoles en vue de réduire les effets des changements climatiques sur la production agricole.

 

 

L’aménagement de 2 500 hectares dans le casier D de M’Bewani et le creusement de 42 km de canal dans le Kala Supérieur font partie du programme d’appui à la mise en œuvre du contrat plan de l’Office du Niger. Son objectif est de contribuer à l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire par l’accroissement de la production agricole, à la réduction de la pauvreté en supportant la mise en œuvre de la politique de développement de la zone Office du Niger.

Dans son allocution, le représentant des bénéficiaires, Badian Traoré a salué l’Union européenne pour son appui au gouvernement du Mali dans la réalisation de ce projet très important dans l’atteinte de la sécurité alimentaire dans la zone. Il a demandé au gouvernement du Mali de continuer son appui pour faciliter l’installation des jeunes.

 

 

Augmenter la  productivité, la  production agricole

Pour le ministre délégué chargé de l’élevage, de la pêche et de la sécurité alimentaire, Nango Dembélé, ce programme vise essentiellement l’augmentation de la productivité et de la production agricole, l’amélioration de la gestion de l’eau et de la gouvernance à l’Office du Niger. Cette contribution financière de l’UE,  dit-il, a permis de porter les aménagements à 110 000 hectares en fin 2013 sur un potentiel de 960 000 ha. Des grandes possibilités existent encore et des efforts sont à déployer pour aménager 350 000 ha à l’horizon 2020, ajoute le représentant du ministre du Développement rural.

 

 

La transparence : condition de la réussite du programme

L’ambassadeur de l’UE au Mali, Richard Zink, dans son adresse au premier ministre et aux responsables du monde rural a affirmé que ces nouveaux périmètres mis à la disposition de l’ON méritent une gestion méticuleuse. C’est pour cela, dira-t-il, que l’organisation européenne a mis en place une assistance technique auprès de l’Office du Niger pour l’appuyer dans ses missions principales qui sont la gestion de l’eau et la maintenance des aménagements. Pour Richard Zink, la garantie de réussite de programme dépend aussi de l’attribution transparente des parcelles et la transparence dans la gestion du foncier. Toutes choses qui vont  permettre de créer des entreprises agricoles et familiales pour assurer un développement harmonieux.

 

 

Je prends l’engagement devant vous que l’agriculture irriguée restera parmi les priorités de la coopération Mali-Union européenne. Et non seulement la grande irrigation, mais aussi la petite et moyenne irrigation. En 2013, nous avons engagé environ 28 millions d’euros dans l’irrigation de proximité à Sikasso et Koulikoro “, a déclaré l’ambassadeur.

 

 

Selon le diplomate européen, en supportant l’agriculture, l’UE appuie l’augmentation et la valorisation de la production agricole, la création d’emploi et renforce la sécurité alimentaire.

 

 

Les aménagements : une réponse aux défis

Ilias Goro DG de l'Office du Niger
Ilias Goro DG de l’Office du Niger

Le premier ministre Oumar Tatam Ly a salué l’accompagnement de l’UE à notre pays qui touche tous les secteurs de développement et sécuritaire. En effet, le chef du gouvernement a souligné que le programme d’aménagement des périmètres irrigués est une réponse aux défis auxquels le Mali est confronté. Ces défis, renchérit le premier ministre, sont la création d’emplois, la satisfaction des besoins alimentaires et l’augmentation du poids économique du pays dans les échanges commerciaux.

 

 

C’est pourquoi ajoute Oumar Tatam Ly, son gouvernement a reçu du président de la République l’autorisation d’inscrire l’ON au centre des attentions et des stratégies d’accélération de la croissance. C’est dans ce sens que dira le premier ministre des efforts sont en cours pour renouveler 3 900 ha dans le casier de Molodo, des discussions sont en cours pour inscrire dans le cadre du 13ème  FED 1 400 hectares à aménager, la reprise des travaux sur le périmètre d’Alatona, soit 1 800 hectares et l’accroissement du canal de la section de Macina pour assurer la mise en eau de 60 000 ha.

 

Oumar Tatam Ly a dit que l’avenir du géant agricole du Mali ce sont les exploitations familiales rentables et les opérateurs privés.  ” Ce sont sur ces deux jambes que l’Office doit avancer pour mettre en valeur les productions, valoriser tous les potentiels existants“.

 

Reboisement de  1 000 hectares

A la fin de la cérémonie, le premier ministre a assisté à l’ouverture de la vanne et a procédé à la plantation d’arbres. Ce volet qui est financé par l’UE à 818 millions de F CFA va permettre le reboisement de 1 000  hectares, la création d’emploi, la fourniture du bois de chauffe et régénérer 3,3 milliards de ressources additionnelles. Le volet est piloté par trois ONG locales.

Moussa SIDIBE

Envoyé spécial

 

5 000 hectares aménagés par l’UE à l’ON

L’engagement de l’Union européenne aux côtés du Mali pour augmenter les aménagements à l’Office du Niger remonte à la deuxième partie des années 80. Depuis cette date, l’organisation européenne a aménagé 5 000 ha de périmètres irrigués dans la zone Office. Il s’agit de 1 500 ha en 1992 à Boky Wèrè I, 1 250 ha en 2005 à Boky wèrè II et les 2 500 ha qui ont fait l’objet de la cérémonie du 31 mars à M’Bewani.

Cet accompagnement de l’UE a permis de porter les aménagements à 110 000 hectares sur un potentiel disponible de 960 000  ha. Par exemple, 2 500 ha cultivés peuvent donner une production supplémentaire annuelle de 15 000 tonnes de riz paddy, 10 000 tonnes de légumineuses. De quoi répondre à la vision du département qui ambitionne de mettre en place des agropoles partout où cela est possible.

 

L’Office se tourne vers la diversification et la mécanisation

Le casier D de M’Bewani, c’est 270 Km de canaux d’irrigation, 10 ouvrages de régulation, 21 ouvrages de prise et de décharge, 15 ouvrages d’affranchissement et 15 lavoirs. Ces aménagements vont permettre à l’ON, selon son directeur Ilias Goro de diversifier sa production en y insérant le maïs, la pomme de terre qui sont des cultures moins consommatrices d’eau et l’installation des agropasteurs pour la production de la viande et du lait. Pour réduire la fuite des bras valides vers les mines, l’entreprise agricole  a initié la mécanisation et encourage les jeunes à faire de l’oignon pendant la contre-saison et l’introduction d’un programme durable de pisciculture.

 

 

Moussa Sidibé

 

PARTAGER