Communiqué du conseil des ministres du mercredi 04 juillet 2012

32 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Le Conseil des Ministres s’est réuni en session ordinaire, le mercredi 04 juillet 2012 dans la salle de conférence de la Primature sous la présidence du Premier ministre, Chef du Gouvernement Monsieur Cheick  Mohamed Abdoulaye Souad dit Modibo DIARRA. 

Après examen des points inscrits à l’ordre du jour, le Conseil a procédé à des nominations et entendu des communications.

AU CHAPITRE DES  MESURES INDIVIDUELLES :

Le Conseil des Ministres a procédé aux nominations suivantes :

AU TITRE DU MINISTERE DE LA DEFENSE ET DES ANCIENS COMBATTANTS :

- Inspecteurs à l’Inspection des Armées et Services :

Colonel Amadou Makan SIDIBE,

Colonel-major Gaoussou COULIBALY.

AU TITRE DU MINISTERE DE L’ADMINISTRATION TERRITORIALE, DE LA DECENTRALISATION ET DE L’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE :

- Chef de Cabinet :

Chienkoro DOUMBYA, Inspecteur des Finances.

- Chargés de Mission :

Capitaine Seydou COULIBALY ;

Capitaine Mamadou SANGARE ;

Alassane Souleymane, Journaliste et Réalisateur.

- Directeur des Finances et du Matériel :

Capitaine Mamadou  SOUGOUNA.

AU TITRE DU MINISTERE DU COMMERCE, DES MINES ET DE L’INDUSTRIE :

- Directeur général de l’Agence pour la Promotion des Investissements au Mali :

Modibo KEITA, Ingénieur de l’Industrie et des Mines.

AU TITRE DU MINISTERE DE L’EDUCATION, DE L’ALPHABETISATION ET DE LA PROMOTION DES LANGUES NATIONALES :

- Chargé de Mission :

Lalla Khadeija El OUMRANY,  Sociologue.

- Directeur des Finances et du Matériel :

Madame FOMBA Fatoumata KEITA, Inspecteur des Services économiques

- Directeur national de la Pédagogie :

Bonaventure MAIGA, Directeur des Recherches

AU TITRE DU MINISTERE DE L’EQUIPEMENT, DES TRANSPORTS, DU LOGEMENT ET DE L’URBANISME :

- Secrétaire général :

Mahamadou DIALLO, Ingénieur des Constructions civiles

- Chef de Cabinet :

Général de Brigade Mamadou BALLO

- Conseillers techniques :

Aly DIOP, Planificateur ;
Mamadou OUANE, Ingénieur des Constructions civiles ;

Rouben THERA, Ingénieur des Constructions civiles ;

Abass YALCOUYE, Ingénieur des constructions civiles ;

Famoussa Bamba SISSOKO, Magistrat;

Madame CISSE Khadidjathe TRAORE, Administrateur civil.

- Chargés de Mission :

Yriba DIARRA, Administrateur civil ;
Amadou Mahamane SANGHO, Journaliste et Réalisateur ;
Diakaridia SIDIBE, Ingénieur.

- Directeur des Finances et du Matériel :

Lassine THIERO, Inspecteur des Services économiques.

- Inspecteur en Chef  à l’Inspection de l’Equipement et des Transports :

Amadou Aldiouma TOURE, Ingénieur des Constructions civiles.

AU CHAPITRE DES COMMUNICATIONS

AU TITRE DU MINISTERE DES MALIENS DE L’EXTERIEUR ET DE L’INTEGRATION AFRICAINE

Le Conseil des Ministres a été informé des conclusions de la 41ème session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

La 41ème session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO, s’est tenue le 29 juin 2012 à Yamoussoukoro.

La Conférence était présidée par son Président en exercice, le Président de la République de Côte d’Ivoire Alassane Dramane OUATTARA avec la participation des Chefs d’Etat du Benin, du Burkina Faso, du Togo et  du Président par intérim de la Guinée Bissau.

La délégation du Mali était conduite par Son Excellence le Premier ministre, Docteur Cheick Mohamed Abdoulaye Souad dit Modibo DIARRA.

L’ordre du jour portait sur l’évolution politique, économique et sécuritaire dans la région, l’état de mise œuvre du programme d’intégration et la situation au Mali.

A l’issue des débats, la Conférence a pris d’importantes décisions :

- Concernant la mise en œuvre du Programme d’intégration économique, la Conférence a réaffirmé la nécessité d’approfondir le processus d’intégration régionale. Elle a décidé  de la conclusion rapide d’un Accord de Partenariat Economique (APE) porteur de développement et exprimé sa préoccupation par rapport à l’atmosphère de tensions qui caractérise les préparatifs d’élections,

- Concernant la situation au Mali,  la Conférence a fermement condamné les tentatives de certaines forces sociopolitiques visant à entraver la bonne marche de la transition politique en cours et particulièrement l’attaque violente perpétrée le 21 mai 2012 contre la personne du Président par intérim. Elle a décidé de l’envoi immédiat d’une  Mission Technique au Mali en vue d’évaluer la situation sur le terrain et de définir avec les autorités maliennes les conditions de l’intervention de la CEDEAO.

La Conférence soutient la transition politique en cours au Mali et se dit déterminée pour la consolidation du Gouvernement de transition avec l’appui de toutes les parties prenantes en vue d’assurer la transition dans de bonnes conditions.

BAMAKO, LE 04 JUILLET 2012

LE SECRETAIRE GENERAL DU GOUVERNEMENT,

Mme DIAKITE Fatoumata N’DIAYE
Officier de l’Ordre National 

32 Réactions à Communiqué du conseil des ministres du mercredi 04 juillet 2012

  1. carasco

    foutaise ou quoi, pardon aux ministres qu’ils arrêtent avec les betise de nomination le pays va mal on nous casse la tête avec des gens qui sont bien au front en ce temps de crise je pense que les militaire n’ont pas leur place dans les bureaux et on parle de remotifation des troupes pour libere le NORD, s’il vous plait la motivation ne vient pas ainsi allez plutôt sur le terrrains mes conseillers

  2. nos militaire nous a trahit, on va pas les pardonnés prendrent nos argent bouvés gratuitement :cry: :cry: :cry: :cry: :cry: :cry: :cry:

  3. sieurkeba

    Quel génie: nos dirigeURS ont mis des officiers dans les ministères et aucun au front! Avec un tel génie, la reddition de la sardine n’est plus qu’une question de jours! « HONTE AUX MILITAIRES QUI SE CACHENT A BAMAKO, KATI, KOULIKORO… ALORS QUE LES 2/3 DE LEUR PAYS SONT OCCUPES. A BAS LES MILITAIRES CITADINS ».
    L’INTEGRITE territoriale du pays relevant désormais des autres (CEDEAO, Algérie, France, USA ou ONU), le Mali a-t-il vraiment besoin d’une armée nationale?
    Seul le PEUPLE EN ARMES pourrait chasser ses ennemis.
    N’ayant plus d’armée de métier, il faudrait penser à la mise sur pieds d’une armée populaire, avec un service militaire obligatoire rallongé et étalé dans le temps. Cette armée serait moins corruptible et plus proche des aspirations de son peuple.