Le Mali face aux marchands de mort

31
Le Mali face aux marchands de mort

Le Mali découvre avec stupéfaction que certains de ses enfants devenus des djihadistes invétérés parient désormais sur la mort, menaçant du coup toute la sous-région. Il faut une bonne dose de fanatisme et un désespoir existentiel profond pour arriver à une telle extrémité.

Dans un pays où la vie humaine est proclamée sacrée, il y a de quoi semer le désarroi. Peut-on vaincre les « fous de Dieu » sans adopter les comportements sécuritaires et citoyens appropriés ? La connaissance et le respect des valeurs et principes de la république ne sont-ils pas les moyens les plus sûrs pour garantir à terme la cohésion de la nation qui reste le creuset dans lequel doivent se fondre tous les groupes sociaux, toutes les cultures?

LES VALEURS CITOYENNES

Le Mali a une longue histoire dont ses populations sont fières à juste titre parce que chaque entité sociale a le sentiment d’avoir écrit une page glorieuse de cette histoire. Même si le pays a connu le fait colonial, l’essentiel de sa culture a été préservé. Le passage des royaumes et empires d’antan à l’Etat moderne a été un processus long et parfois douloureux. Les valeurs citoyennes actuelles combinent ainsi des références sociétales héritées de la Charte du Mandé et de la Déclaration Universelle des droits de l’homme et du citoyen. Entre valeurs propres et valeurs d’emprunt, la cohabitation n’est pas toujours aisée.

De « Kurukanfuga » à ce jour, la liberté de l’être humain se trouve au cœur des valeurs citoyennes. C’est pourquoi, seule la loi en tant qu’expression de la volonté générale peut restreindre la liberté individuelle ou collective. C’est au nom de la  liberté qui rime avec égalité que l’esclavage et toutes les formes de totalitarisme sont combattus, pour rapprocher les hommes et donner un sens à la fraternité humaine.

La laïcité par contre est une valeur d’emprunt, alors que Dieu est présent et joue un rôle prééminent dans tout ce que nous faisons. Au contraire de la France par exemple, les USA proclament leur foi en Dieu avec la formule « In God, we trust ». Notre perception de la laïcité, différente de celle de la France, est plus proche du modèle américain.  Musulmans, Chrétiens ou Animistes, Dieu reste au cœur de nos activités et préoccupations.

La langue d’expression officielle, le français est une autre valeur d’emprunt qui n’est pas partagée par tous, mais elle a vocation à assurer la cohésion de la nation au plan institutionnel et administratif. C’est un choix politique qui n’est pas dirigé contre la promotion des langues nationales et qui n’est pas irréversible.

LES PRINCIPES REPUBLICAINS 

Aux termes de l’article 25 de la Constitution, « le Mali est une République… indivisible, démocratique, laïque et sociale ». Le principe de l’indivisibilité signifie que  la loi est appliquée uniformément sur l’ensemble du territoire malien. Le caractère laïc de l’Etat garantit le libre exercice de toutes les religions, la liberté de pensée et de croyance. Le choix du système démocratique consacre la séparation des pouvoirs (exécutif, législatif et judiciaire). L’affirmation du caractère social implique la  protection des citoyens face à la maladie, l’analphabétisme  et le chômage.

L’article 2 de la Constitution dispose que  les Maliens naissent et demeurent libres et égaux en droits et en devoirs, que toute discrimination fondée sur l’origine sociale, la couleur (de la peau), la langue, la race, le sexe, la religion, et l’opinion politique est prohibée. Le principe de l’égalité de tous (hommes/femmes notamment) est ainsi clairement affirmé. Toutefois, entre l’affirmation du principe et la garantie de son application, il y a tout un cheminement. A titre d’exemple, l’égalité des genres n’est garantie en France que depuis 2008.

En conséquence, le débat sur la parité doit s’inspirer des difficultés rencontrées lors de l’adoption du nouveau code de la famille. Une approche par un débat sur la complémentarité serait mieux perçue, homme et femme pouvant se retrouver chacun, selon les circonstances dans le rôle du complément de l’autre. Le reste viendrait plus facilement car chaque peuple va à son rythme.

 

LES SYMBOLES LIES A L’HISTOIRE

Certains symboles sont issus de l’organisation sociale traditionnelle et d’autres du système colonial.

Les Symboles traditionnels

Les symboles traditionnels sont présents dans la vie quotidienne des populations et ils expliquent un certain nombre de comportements sociaux.

  • L’humanisme malien ou « maaya » promeut la fraternitĂ© humaine ;
  • L’hospitalitĂ© ou « diatiguiya » consacre le droit de l’étranger, du non-rĂ©sident ;
  • Le cousinage Ă  plaisanterie ou « sanankouya » est un exutoire sans pareil au monde ;
  • Le totĂ©misme ou « tanamanyonya » est une solution originale pour trancher les litiges.

Que dire des langues nationales, sinon qu’elles ont leur place dans  la création des différences qui donnent un sens à la cohésion de la nation et l’établissement d’une citoyenneté culturelle ? Ces symboles qui assurent la stabilité sociale plus que les lois de la république, ne sont  pourtant consacrés par aucun texte du droit positif malien. Un véritable paradoxe !

Les Symboles modernes

Ils sont ceux de l’Etat tel qu’hérité de la colonisation et de la volonté des premiers dirigeants de donner une identité politique au pays. On pourrait en retenir quatre.

  • La devise : Un Peuple – Un But – Une Foi ;
  • Le drapeau national: vert, or, rouge est l’emblème du pays ;
  • L’hymne national « Le Mali », sonne le rassemblement et l’engagement ;
  • Le 22 septembre : jour de la proclamation officielle de l’indĂ©pendance du pays a Ă©tĂ© consacrĂ© fĂŞte nationale du Mali.

Pour assurer le bien vivre collectif, il faut nécessairement  que les valeurs et principes de la République soient connus et respectés. Pour qu’ils soient respectés, il faut que les populations y adhèrent. Mais comment pourraient-elles y adhérer si leurs préoccupations essentielles ne sont pas prises en compte : réhabilitation et observance des valeurs sociétales majeures, protection des biens publics contre les actes de prédation qui créent les inégalités sociales, sources de frustration, de méfiance et même de défiance vis-à-vis des autorités. Depuis longtemps déjà, le Mali s’est illustré dans la production de contre modèles et de contre valeurs qui exposent dangereusement sa jeunesse ; une jeunesse que la mauvaise gouvernance réduit aux emplois précaires, à la mendicité ou à l’émigration. Les Islamistes qui disposent d’importants moyens financiers n’ont aucun mal à s’approvisionner sur un terreau aussi fertile. Il est plus que temps d’avancer vers des réformes audacieuses, de sorte que les programmes scolaires, le découpage administratif résultant de la nouvelle politique de décentralisation et la Loi fondamentale elle-même, deviennent le reflet des valeurs sûres de notre société, car aucun peuple ne peut s’épanouir durablement avec des valeurs d’emprunt et sans sacrifices.

Mahamadou Camara

Email : camara.mc.camara@gmail.com

PARTAGER

31 COMMENTAIRES

  1. @ LA DUCHESSE,
    Bien pensee mais il existe beaucoup plus de vices et maux au Mali actuellement en plus de ceux mentionnes dans ton commentaire: ceux qui corrompent, encouragent et incitent cette crise tant dans la societe civile, classe religieuse que politique et les mains exterieures. J’ajouterai aussi les conflits communautaires, les inegalites et le partage du pouvoir. L’etat et le gouvernement doivent prendre leurs responsabilites a s’assainir avec une fiction de la lutte contre la corruption, ce sont eux les premiers et premiers a montrer l’Exemple mais helas, c’est les pires.
    Tres certainement nous devons tous et toutes unis derriere nos Famas pour lutter contre tous les groupes armes associes a ces barbares-terroristes. Il faudra aussi voir et penser a jouer au franc jeux avec certains de nos pays voisins qui jouent aux cameleons.
    Pour finir un bon et grand nettoyage de la classe politique pour remplacer ces Vampires par des Vrais et Vrais Etres Humains. loll………

    Vive le Maliba Un et Indivisible
    Vive Un Maliba Nouveau sans ces Vieux requins-crocodiles et vampires.
    Vive Un Maliba Nouveau ou les choses seront faites differemment.

  2. La base de cette situation qui fait que des jeunes pour la plupart de notre pays ont emprunté cette route que je considère dangereuse est le radicalisme que certains ont emprunté. Cela aussi étant due pour la plupart au désœuvrement de certains de ces jeunes.
    Pour pallier donc à cette situation il faut offrir du travail aux jeunes, les encadrer et aussi contrôler le financement des mosquées et aussi la teneur des prédications qui y sont faites car la mauvaise interprétation des écritures saintes est aussi souvent à la base de cette situation.

  3. Ce n’est pas du djihad que font ces gens mais plutôt du terrorisme ; ces gens qui posent ces actes ignobles ne sont pas des musulmans. Ils ont une idéologie suicidaire qu’eux-mêmes ont développée pour mettre à mal la paix nationale mais aussi et surtout mondiale.Donc il faut être prudent dans nos décisions pour ne pas violer les principes d’une quelconque religion.

  4. Notre pays doit vaincre la peur, l’adversité et le climat de terreur que veulent imposer ces terroristes dans ce pays en y installant ce chienlit.
    Nous populations, devons avoir une bonne collaboration avec nos forces de défense et de sécurité car ces personnes sont présentes parmi nous. C’est pourquoi nous devons dénoncer tout mouvement ou personne suspecte. Paix aux âmes des victimes de cette barbarie…

  5. Le langage de c’est terroriste c’est la guerre par la terreur et par conséquent la réponse doit être pareille.
    Le plus important c’est que les conditions soient remplis pour que le processus de paix soit mis en œuvre pour que l’armée puisse sécuriser toute l’étendue du territoire et nos frontières par lesquelles se personnes rentrent pour commettre leurs forfaits.

  6. Nous devons tous être unanimes sur la réponse à apporter au terrorisme (il faut les traquer et les éliminer) car quand ces derniers entrent dans une société il n’y pas véritablement de point de retour. Des pays comme l’Irak, l’Afghanistan ou encore récemment la Syrie sont des exemples palpables. Il faut donc éliminer les bases de ces mouvements qui ont pris pieds dans notre pays et cela passe nécessairement par l’unification du pays.
    TOUS DONC POUR LA PAIX AU MALI!

  7. les vrai enemis du mali cest vous…les djiadistes des maliens et ya aussi des gens ki son djiadistes dan le coeur mais quand tu leur voir ils fon semblan detr du bon koter.. c le business des chiens ki veulent vend le mali

  8. sil vous plai parler pour dire quelque chose mais ne parler pas pour ne rien dire… aller sy au nord et trouver la solution contre les enemis du pays ne rester pas dan vos sal salon ou bureau ou encore dan vos toilet pour ecri des betiz …

  9. Je crois que ces djihadistes ont des complices parmi les acteurs mĂŞme de la rĂ©solution de la crise Mali.Comment s’arment ils?OĂą s’approvisionnent ils en armes?Qui les finance?Pourquoi ce laxisme de la communautĂ© internationale face Ă  la recrudescence du terrorisme au nord mali?

  10. Les terroristes se cachent derrière la religion islamique pour faire du mal, ils transforment les dits du CORAN pour en tirer profit. L’islam est une religion authentique, une religion de paix et de respect et une religion qui prime l’amour de son prochain.

  11. Nous ne devons pas avoir peur, ses personnes sont des ennemies de la nation à nous de les combattre et cela ne pourra être sans l’union et la vigilance des maliens…

  12. Pour le bien être de notre pays les citoyens maliens doivent développer la conscience républicaine et l’esprit républicain de mes concitoyens, les Maliens. C’est patrie qui paie toujours les pots cassé de nos preuves d’ignorance. Nous devrions plus que prendre en importance les valeurs historiques, les figures symboliques, les signes distincts de notre pays pour connaitre toute na richesse dont nous avions en commun

  13. Nous devons ĂŞtre fort et uni, quel qu’en soit nos positions dans la patrie.
    Ce combat nous interpelle tous, le monde entier lutte contre ses individus de mauvaise foi.
    Nous ne devons pas avoir peur de participer ouvertement Ă  nos fonctions comme il se doit.

  14. Le terrorisme est une plaie qui s’agrandit de plus en plus, tout le monde entier est menacé par le fléau. Le gouvernement malien est entrain de tout mettre en œuvre pour que la population malienne soit protégée contre ce fléau. Les efforts du gouvernement sont de plus en plus remarquer.

  15. Mais, le moment est venu que les maliens doivent ĂŞtre en parfaite collaboration avec l’autoritĂ©, nous devons ĂŞtre vigilant dans nos comportements.

  16. La population doit être complice de son gouvernement, car la lutte contre le terrorisme est ardant et complexe. Le gouvernement seul ne peut pas cerner le problème. La population doit apporter des informations aux forces de l’ordre, tout cas suspect doit être déclaré ainsi les forces de l’ordre pourrons depuis le début agir et empêcher tout attaque terroriste.

  17. La lutte contre le terrorisme est une lutte très ardant. Le terrorisme est fléau qui vit partout dans le monde entier. Main dans la main nous pourrons combattre le terrorisme.

  18. Ces marchands de mort comme on les nomme ici ont pris des zèles depuis que l’autoritĂ© malienne n’est plus de mise au nord mali.Il faut donc faire tout possible pour que cette autoritĂ© soit rĂ©tablie pour mettre fin Ă  ces agissements criminels.

  19. En ce moment nous devons comprendre que seule l’union peut nous sauver de ce mal intentionnel. Tout le maliens doivent ĂŞtre envers le mĂŞme sens d’apaisement et de soutien au gouvernement…

  20. Ses personnes sont des ennemis de la nation, le terrorisme n’a rien à avoir avec la religion musulmane et nous sommes conscients que ses personnes qui se disent musulman sont des ennemies de la religion car l’islam ne demande jamais de tuer son prochain et de faire circuler de la drogue.

  21. Ce qui est sûr est qu’au Mali nous resterons toujours dériveurs les décisions de notre gouvernement et nous apporterons ce que nous pouvons afin de combattre cette menace contre la stabilisation de notre pays.

  22. Les terroristes sont des véritables ennemies de la nation et du monde entier, on ne fait pas d’un terroriste son ami, ou son frère.
    Nous les combattons ensemble Sans pitié.

  23. Ces djihadistes n’ont aucune moralitĂ©.On doit unir nos force pour les combattre.L’Etat Ă  lui seul ne peut pas tout faire.

  24. Les marchands de morts sont les rebelles de la Coordination des mouvements armés de l'Azawad. La constitution malienne ne répond pas aux attentes de la population malienne. C'est vers une révision constitutionnelle que ce pays ce tend.

  25. Je pense que cette lutte doit ĂŞtre mener par tout le monde.L’Etat malien ne peut pas tout faire.Pour ce qui est d’Ă©clairer la sociĂ©tĂ©,je pense que les religieux doivent s’appliquer plus.

  26. Je pense que ce combat qui consiste Ă  donner une Ă©ducation de base Ă  nos enfants dès leur bas âge est perdu.C’est pourquoi ces enfants sont perdus dans un monde oĂą la tentation est omniprĂ©sente. Il va nous falloir donc mettre accent particulier sur l’Ă©ducation au niveau du cercle familiale.

  27. La constitution est la loi fondamentale qui sert de lĂ©gitimitĂ© Ă  toutes les institutions de la rĂ©publique. Ce texte fondamental qui est la constitution ne doit pas ĂŞtre dĂ©modĂ© sinon il ne pourra pas ĂŞtre la solution aux maux de la nation. C’est le cas dans notre pays. Les autoritĂ©s doivent inclure certaines valeurs de cette nation dans le texte fondamental de la rĂ©publique.

  28. Le Mali est une rĂ©publique unie, la¨que et dĂ©mocratique. Le journaliste ne peut pas nous dire le contraire. La loi a toujours Ă©tĂ© appliquĂ©e unanimement sur les maliens et le sera toujours. Les rebelles ne sont pas Ă©pargnĂ©s de cette application. C’est la crise qui fait dĂ©faut Ă  cette loi.

  29. La mauvaise foi des rebelles n’est pas Ă  commenter. Et c’est cette mauvaise volontĂ© qui explique l’article de ce journaliste. Les symboles de la rĂ©publique ne sont pas violĂ©s dans notre pays, Ă  ce que je sache. Donc que cela soit clair pour tout un chacun. Les rebelles s’en fichent des textes règlementaires Ă  plus forte raison ceux du Mali.

  30. Tous les maliens sont libres et égaux en droit et en devoir. Mais le journaliste ne peut pas nous dire le contraire dans son article. La révision constitutionnelle est une nécessité dans ce pays. Les assassinats et autres crimes graves ne resteront pas impunis. Nous attendons la fin de la crise pour passer aux sanctions.

  31. Les groupes armĂ©s sont ces gens qui ont chantĂ© sur tous les toits que le gouvernement malien est de mauvaise volontĂ© dans la mise en Ĺ“uvre de l’accord de paix alors que ce sont eux qui ne respectent jamais leurs engagements.

Comments are closed.