Dépêchés à Djenné pour sécuriser le barrage après sa destruction par des groupes terroristes : Une quarantaine de militaires en précarité absolue

2
Un investissement de plusieurs milliards emporté par le feu des terroristes
Le site du seuil de Djenné après l'attaque des terroristes

Le détachement de l’armée basé sur le site de construction du seuil de Djenné traverse une situation périlleuse après que toutes ses tentes, une partie de son stock alimentaire, de l’eau eurent été  emportés par le vent.

 Une quarantaine d’éléments des forces de défense et de sécurité maliennes avaient été dépêchés à Djenné,  courant mai dernier,  pour renforcer le dispositif sécuritaire autour du chantier du seuil de Djenné. Lequel avait été détruit après le passage de groupes terroristes dans la zone.

A leur arrivée le 1er mai, les militaires menaient leurs opérations de sécurisation qui consistaient à veiller sur les travailleurs du site dont beaucoup de Maliens et des expatriés. Mais aussi à sécuriser les matériels de travail de l’entreprise.  Des opérations de ratissage étaient aussi organisées non loin du chantier afin de mettre hors d’état de nuire les groupes armés prédateurs.

Tout semblait bien se dérouler jusqu’au weekend dernier quand un vent violent,  accompagné de pluie,  s’est abattu sur le chantier. Les militaires furent durement touchés. Leurs tentes et le stock alimentaire furent entièrement  emportés.

Conséquence: ils n’ont plus d’abri ni d’eau potable. Ils sont contraints de  dormir  à la belle  étoile surtout en ce début d’hivernage où la pluie s’accompagne de vents violents et secs. Il nous revient que les fortes pluies du  weekend dernier ont affecté  certaines armes. Obligeant les militaires à les nettoyer régulièrement pour qu’elles puissent encore servir. Le  chef du détachement militaire de Djenné a, semble-t-il, informé plus d’une fois    sa hiérarchie à Mopti pour qu’une   assistance appropriée puisse leur être apportée. Sans succès. Les responsables militaires de la région sont restés indifférents face à leur triste  sort.

L’Etat-Major de l’armée est interpelé  pour  prendre ses responsabilités rapidement  face à ce problème qui relève de l’urgence . D’autant plus que le détachement en question se trouve dans une zone où  la situation sécuritaire est loin d’être sous contrôle.

Rappelons que des groupes terroristes  ont attaqué et incendié,  il y a de cela quelques mois,  le chantier de construction du barrage de Djenné, dans la région de Mopti. Une grue de 60 tonnes et   une autre  de 30 tonnes avaient été incendiées. Des véhicules, des groupes électrogènes, des pièces de l’ouvrage en construction avaient  été détruits. L’ouvrage à son terme coûtera environ 35 milliards de francs CFA, et permettra de rallier la ville de Djenné par un pont.

Abdoulaye DIARRA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Et même dans un cas aussi simple à régler et aussi urgent a la fois, il faut quand-même, je cite, “INTERPELER L’ÉTAT-MAJOR” pour qu’il daigne agir!!!!!!

    Dans n’importe quel pays au monde, et même chez nous en Afrique, il suffirait D’UN SIMPLE COUP DE TÉLÉPHONE POUR QU’UN HÉLICO PARTE BANALEMENT CHARGÉ DE VIVRES ET DE TENTES, ET UNE PETITE HEURE APRÈS……… LE PROBLÈME EST RÉGLÉ !!!!

    Alors qu’au Mali de Zonkeba, TROIS JOURS PLUS TARD RIEN N’A ENCORE ÉTÉ FAIT!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Voilà le résultat de prétendues “autorités militaires” uniquement constituées de GÉNÉRAUX VENTRUS DE SALON ET DE BONS À RIEN!

  2. comrades although I do not agree with method being used militaries around this world have had great success in making its units bear consequences for stupid acts. We all know food plus water should have been secured unto it was timely consumed as needed. We all know shelter should have been constructed as to where wind plus rain would not destroy either. Weapons should be shielded in manner they survive elements unto needed for designed used thereto with only periodic cleaning necessary. According to information military was either very lazy, ill prepared, incompetent or all or any part thereof thus very much guilty of creating dangerous emergency.
    Whatever situation we should discipline those responsible for lack of due actions that were feasible but first we should provide withal that will raise moral plus under total circumstance make living conditions suitable for military.
    In addition, daily we should remind that unit that stupid is what stupid do. We will not tolerate anymore stupid actions from that unit.

    MOUSSA COULIBALY FOR PRESIDENT OF MALI JULY 29, 2018
    PATRIOTIC MOVEMENT PLATFORM FOR CHANGE

    VERY MUCH SINCERE,
    Henry Author(people of books) Price Jr. aka Obediah Ubuntu Il-Khan aka Kankan aka Gue.
    translationbuddy.com

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here