Nina Walet Intallou, Ministre de l’Artisanat et du Tourisme : «L’activité touristique, bien que confrontée à de nombreux défis, reste une industrie attractive et concurrentielle »

1

L’hôtel ONOMO de Bamako a abrité, le lundi 08 juillet 2019, le Séminaire de renforcement des capacités des organismes de gestion de destination sur le thème : « Gestion Marketing des Destinations». Au cours de cette rencontre, le ministre de l’Artisanat et du Tourisme, Mme Nina Walet Intallou a fait savoir que « l’activité touristique, bien que confrontée de nos jours à de nombreux défis sur l’ensemble de nos pays respectifs, reste néanmoins une industrie véritablement attractive et concurrentielle ».

La cérémonie d’ouverture de ce séminaire de 5 jours était présidée par le Ministre de l’Artisanat et du Tourisme, Mme Nina Walet Intallou, en présence du directeur général de Mali-Tourisme, Sidy Keïta, des représentants des pays de la sous-région ouest africaine et d’autres personnalités. Dans son discours d’ouverture, le Ministre de l’Artisanat et du Tourisme, Mme Nina Walet Intallou a fait savoir que « l’activité touristique, bien que confrontée de nos jours à de nombreux défis sur l’ensemble de nos pays respectifs, reste néanmoins une industrie véritablement attractive et concurrentielle ». Selon  elle, pour résister à l’implacable concurrence, dans ce monde d’aujourd’hui interconnecté et de plus en plus ouvert, les professionnels du secteur du tourisme n’ont d’autres choix que d’être encore plus performants pour s’adapter à une demande multiforme et de plus en plus exigeante. « Dès lors, il devient capital pour nous, départements en charge du tourisme, d’avoir la double vision de veiller à la fois à la bonne satisfaction des visiteurs tout au long de leur séjour, dans nos pays respectifs, et de s’assurer, par ailleurs, que les zones visitées bénéficient de retombées équitables pour leur développement durable. C’est compte tenu de cette double exigence que le Mali a, dans le cadre du 6ème  appel à projet du COMCEC (Capacity Building on Destination Management Organizations of OIC Member Countries), présenté et obtenu le financement d’un projet de renforcement des capacités des Organismes de Gestion de Destination des 8 pays de la sous-région Ouest Africaine », a déclaré Mme le ministre. A ses dires, ce projet s’inscrit également dans le cadre du renforcement des partenariats bilatéraux dans le domaine du tourisme entre le Mali et les différents pays bénéficiaires du projet. Elle a signalé que tout au long de ce séminaire de formation, les participants auront droit à différentes présentations, entre autres, sur la structuration et le fonctionnement des organismes de gestion de destination ; la gestion marketing et commerciale des destinations ; et l’élaboration de nouveaux produits. « J’ose espérer qu’au terme de ce séminaire, vous serez suffisamment ouillés pour mettre en place des lignes directrices indispensables à l’amélioration de la fréquentation de nos pays respectifs et, au-delà, la destination Ouest Africaine », a conclu, Nina Walet Intallou.

Aguibou Sogodogo

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. 1- C’est vraiment incroyable avec cette déesse, comme sortie d’un de ces sables mouvants d’une antiquité azawadienne, qui ose parler encore d’une quelconque attractivité du tourisme sur une terre où elle et ses commères et compères hybrides de djihado-et trafico-terroristes ont d’abord rebâptisé le Rallye Paris-Dakar en Latin sudaméricain, et comme si cela ne suffisait pas ces “Dames ces 14 et quelques Rois”, doués en scoopisme médiatique, ont rebeloté ensuite dans un jeu de bonneteau sans précédent en faisant “alba non rectifiable” sur les Adrar, un jeu qui a finalement eu son écho en matière d’insécurité dans le centre du pays. . . . . . !

    2- De la plaque de Zagora (Maroc- 52 Jours Tombouctou) en passant par Taoudenit – Araouane – Tombouctou, les caravannes de chameaux faisaient vivre Touareg, Maures, Belle, Peuls, Bambara, Malinké: En lieu et place: Migration, trafic accentués avec leurs lots de désolation et de victimes dans le ventre du sable. . .!

    3- De Mopti à Ouaga, la Main de Fatima et le Pays Dogon faisait rêver: Les pistes sont aujourd’hui minées des Falaises jusque dans les plaines de Bambara Maoudé, Bamba, Nyògònò, Madougou et du coup Adieu aux pêches miraculeuses, aux sorties de Masques et aux visites de milliers de sanctuaires: Binu, Hogon, Tellem. . . . . !

    4- Du confluent du Niger et du Bani au Lac Débo jusqu’à Kabara, l’artère nourricière des millions de personnes et devenue du sang et un tombeau pour quiconque qui oserait emprunter une de ces grosses pinasses passées sous le contrôle des Djihadistes au nez et à la barbe des soi-disants responsables de ce pays. . . . . . . !

    5- Voilà un secteur dit tertiaire, qui nourrissait 3 régions de ce pays presque 8 mois de l’année! Aujourd’hui qu’on nous parle d’attactivité de ce secteur, alors qu’il n’ ya jamais eu une alternative à compenser ce vide 7 ans après la chute du secteur, cela revient à nous dire que vraiment ” on se porte bien, mais que c’est la santé qui inquiète”. . . . . . . . . . . . . . . .!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here