En réponse aux sanctions de la CEDEAO et de l’UEMOA : L’ UNTM prône l’adoption d’une autre monnaie que le FCFA

0

En conférence de presse le jeudi dernier à la Bourse du travail, l’Union Nationale des Travailleurs du Mali (UNTM) a condamné avec la dernière énergie les sanctions de la CEDEAO et apporté son soutien aux autorités de la transition. La conférence était principalement animée par le Secrétaire général de l’UNTM, Yacouba Katilé en présence du président Conseil National de la Société Civile, la présidente de la CAFO, le président du CNJ, ainsi que de l’ensemble des partenaires syndicaux de l’UNTM.

Dans son intervention le secrétaire général de l’UNTM,  a estimé que dans la guerre par procuration que mènent l’UEMOA et la CEDEAO contre le Mali, parce que ce pays ne veut plus être géré par le Trésor public, la France veut exercer sa souveraineté sur notre territoire, sur ses ressources. Mais il y a à travers le continent et en France même, des hommes et des femmes épris de justice, de paix qui nous ont apporté leur soutien, prêts à se battre pour le droit à la vie, à l’existence de notre peuple.

‘’Le Mali n’est qu’une partie de la Guinée et inversement. Est-il possible à la minute présente d’avoir en circulation la monnaie guinéenne sur le sol malien ? Nous devons l’adopter. Sinon, pourquoi pas la monnaie algérienne, ou n’importe quelle autre monnaie, pourvu qu’il ne s’agisse pas du FCFA. Nous devons être reconnaissants envers la Russie, la Chine, le Parti communiste français’’, a souligné M. Katilé.

Selon lui, les militaires de nos jours n’ont pas connu un seul jour de domination coloniale pour avoir des complexes vis-à-vis du colonialiste et du néo-colonialiste. ‘’Ce sont des Africains purs, décidés à mettre définitivement fin à l’humiliation de leurs peuples, de leurs pays par les occidentaux dont les politiques d’aliénation, d’exploitation nous maintiennent dans la pauvreté’’.

L’UNTM et ses partenaires projettent un rassemblement des dignes fils et les patriotes du Mali et de l’Afrique de se retrouver très prochainement à la Bourse du Travail pour un grand meeting et d’autres actions futures. ‘’II doit annoncer l’émergence d’une autre Afrique ayant sa propre monnaie, d’une autre communauté sous-régionale dont tout le continent peut être fier. A nos frères du Burkina à Ouagadougou nous rendons un grand service en consacrant la fermeture des organismes néo-coloniaux, érigés contre nos peuples’’, explique le secrétaire général de l’UNTM.

L’empereur Samory l’a dit: « Quand un homme refuse, il dit Non ». Non à la France, non à l’UEMOA, non à la CEDEAO. Oui à l’Afrique des peuples du Continent, des Caraibes, des USA, du Brésil et des Iles du Pacifique, a déclaré le Secrétaire général de l’UNTM.

Pour le président du CNJ, infliger une sanction à une population déjà meurtrie par une crise multiforme datant de 10 ans avec comme corollaire des violations de tous genres, révèle d’une dérive grave sans précèdent. ‘’Le CNJ-Mali en appelle à la conscience collective des Forces vives du Mali pour le sursaut national. Il appelle la jeunesse panafricaine à la mobilisation générale pour le respect de l’esprit de création de nos organisations communautaires’’, a-t-il laissé entendre.

Brehima DIALLO

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here