Sommet extraordinaire de la CEDEAO à Accra au Ghana : Faute d’avoir pu accorder leurs violons, les chefs d’Etat décident de ne pas décider

0

Le 04 juin 2022, les chefs d’Etat de la Cedeao se sont réunis à Accra, au Ghana, dans le cadre d’un énième sommet extraordinaire pour discuter de la situation politique au Mali, en Guinée et au Burkina Faso. Etaient présents dix chefs d’entre eux et deux ambassadeurs (Cap-Vert et Sierra-Léone). A l’issue de leur huis clos, ils n’ont pas pu prendre de nouvelles décisions et ils se sont donné rendez-vous le 03 juillet le sommet ordinaire. Le sommet extraordinaire du samedi passé, qui était fébrilement attendu par les Maliens pour la levée des sanctions imposées à leur pays depuis le 09 janvier 2022, est désormais perçu par eux comme un regrettable faux bond opéré par les dirigeants de la sous-région. Que s’est-il passé ?

 

Concernant le Mali, il ressort du communiqué final du sommet que les chefs d’Etat ont pris note des recommandations formulées dans le rapport du médiateur pour le Mali, Goodluck Jonatahan. Ces recommandations sont : maintenir les sanctions prononcées le 09 janvier 2022 ; poursuivre le dialogue en vue de parvenir à un accord pour assurer une levée progressive des sanctions, au fur et à mesure que les critères de la transition sont atteints ; appeler les partenaires à accroître leur soutien humanitaire au Mali ; examiner la situation au Mali lors du prochain sommet ordinaire du 03 juillet 2022.

Selon plusieurs sources, les chefs d’Etat ne se sont pas entendus à l’unanimité pour lever l’embargo sur le Mali ; ce sont surtout 03 d’entre eux qui s’y sont opposés (Niger, Ghana, Nigéria) et,dans une moindre mesure, le chef d’Etat gambien. L’unanimité étant la règle dans la prise de décision, il va sans dire que les sanctions n’ont pas pu être levées. Faute donc de réussir à prendre de nouvelles décisions concernant le Mali, ils  ont décidé d’effectuer une visite de haut niveau dans le pays pour tenter de convaincre les autorités de la transition d’accepter les directives de la CEDEAO. Ce sont les présidents du Nigéria Muhammadu Buhari, du Sénégal Macky Sall et du Ghana Akufo Addo, qui vont se rendre eux-mêmes à Bamako pour discuter des termes de la transition avec les dirigeants maliens. Selon les informations, ils tenteront de convaincre Bamako d’accepter 18 mois de transition au lieu des 24 proposés. Le but de cette visite de ces chefs d’Etat au Mali devrait être de mettre fin à ce jeu de ping-pong auquel les deux parties se sont adonnés depuis plusieurs mois. Il s’agit également pour les chefs d’Etat de tenir compte des difficultés des Maliens et de trouver une solution afin de lever les sanctions imposées au pays depuis le début de l’année. La question qui taraude bon nombre de personnes, c’est la crédibilité et la capacité de l’organisation sous-régionale à jouer son rôle.

« CEDEAO, l’autre France »

La CEDEAO est de plus en plus décriée dans la région. Pour les populations, elle donne plutôt l’impression d’un conglomératdes dirigeants qui se réunissent juste pour discuter de comment se protéger eux-mêmes ou de s’éterniser au pouvoir, au lieu de se préoccuper réellement de leurs différents peuples. On peut en citer, pour preuve, le fait qu’en tant qu’institution, elle n’ose pas interpeller officiellement certains de ses membres sur le respect de la limite des mandats présidentiels. De plus, cette organisation de 15 membres est taxée de « l’autre France », du fait que les décisions qu’elle prend ou les résolutions qui émanent d’elle sont pour la plupart influencées, sinon dictées par les puissances. Le cas du Mali en est une preuve la plus éclatante. La France a, en effet, clairement dit soutenir les sanctions contre le Mali avant même la prise de ces sanctions. Elle est allée loin pour assurer son soutien à l’organisation régionale indiquant qu’elle fait partie de la CEDEAO : « Nous sommes au côté de la CEDEAO parce-que nous sommes membre de cette institution ». La CEDEAO est ainsi considérée par plusieurs Africains comme une ramification de l’Occident en Afrique et, donc, l’institution africaine ainsi indexée ferait tout pour assurer les arrières de ces puissances hors d’Afrique. Le fait donc que le Mali soit sanctionné et pressé de revenir à ce système semble donner raison à des observations des peuples d’Afrique même si juridiquement la CEDEAO a tant qu’une organisation des Etats ne peut cautionner un coup d’Etat militaire.

 

La CEDEAO peut retrouver la confiance des peuples

 

La CEDEAO peut retrouver sa pleine légitimité en accompagnant les pays membres dans des réformes visant à renforcer la légitimité et l’effectivité de l’Etat, leur cohésion interne et leur ancrage dans les valeurs portées par la communauté internationale. La marge de manœuvre de l’organisation pour impulser des changements dans le fonctionnement des Etats membres existe, mais elle est limitée. Cette marge se trouve dans la production de normes qui s’imposent à tous. C’est en cela que le traité révisé ainsi que les protocoles de 1999 et de 2001 sont de précieux acquis. L’élaboration et l’entrée en vigueur de ces textes se sont faites pendant une période où la région essayait de tourner la page des conflits armés au Libéria et en Sierra Leone, tout en promouvant non sans mal les nouvelles règles du multipartisme, des élections démocratiques et du respect des libertés. Si la CEDEAO veut être plus efficace dans la prévention des conflits, elle ne doit pas se reposer exclusivement sur le dispositif d’alerte précoce, même réorganisé, et sur les médiations ad hoc lorsque les crisescouvent déjà. La prévention la plus efficace des crises nécessite de changements importants dans les systèmes et les pratiques politiques des Etats membres, et de la part de la CEDEAO, une volonté de stimuler et d’accompagner ces changements dans les Etats eux-mêmes. La décision de créer des bureaux permanents de représentation de la CEDEAO dans chacun des quinze Etats membres est salutaire et devrait servir cet objectif. Mais disposer d’une présence permanente sans se fixer des objectifs stratégiques adaptés à la situation politique et sécuritaire de chacun de ces Etats, et sans se doter de moyens d’action correspondants, ne suffira pas. Il faudra en particulier accorder à ces bureaux des ressources humaines suffisantes et compétentes sur les plans stratégique, diplomatique et opérationnel afind’identifier les meilleurs points d’entrée pour impulser des changements dans les Etats membres. Il revient impérativement à la CEDEAO de soutenir la demande populaire ; la démocratie est le résultat d’un ensemble de valeurs et de croyances partagées, basées sur les droits des citoyens à participer au processus politique, l’égalité politique, les limites du pouvoir exécutif, le respect de l’État de droit et un gouvernement servant les intérêts de ses citoyens, entre autres caractéristiques. Ce sont des valeurs auxquelles les citoyens vivant dans les pays de la CEDEAO ont constamment adhéré depuis les années 1990. Elle doit institutionnaliser la succession ; le revers de la réalité de cette exigence populaire est que certains dirigeants de la CEDEAO ne font pas preuve d’un grand attachement aux limites du pouvoir exécutif qui forment le socle de tout système démocratique. La réforme institutionnelle est une nécessité ; l’aptitude de la CEDEAO à faire respecter de manière systématique son Protocole sur la démocratie et la bonne gouvernance a été entravée par l’influence politique exercée par certains chefs d’État qui occupaient alors les fonctions de Président de l’Autorité des chefs d’État. Par conséquent, la CEDEAO devrait envisager de donner à un organe technocratique l’autorité de décider si un membre est coupable de violation des normes démocratiques et d’identifier les sanctions appropriées afin de dépolitiser ces décisions. Elle lui revient également de renforcer les options non militaires ; la CEDEAO semble plus encline à se mobiliser lorsqu’elle réagit à une spirale de conflits. Cependant, ce même niveau d’urgence est requis en présence de menaces contre les normes démocratiques qui contribuent également à l’instabilité dans la région. La CEDEAO dispose de nombreuses voies d’engagement qui ne nécessitent pas pour autant une intervention militaire.

Luc Sidibé

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here