Sommet extraordinaire de la CEDEAO : Allocution de clôture de SE M. Issoufou Mahamadou, président de la République, chef de l’état, président en exercice de la CEDEAO

5

Excellences Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement,

Mesdames et Messieurs,

Nous sommes au terme de notre Sommet Extraordinaire consacré à la situation du Mali.

Nous avons procédé à un examen minutieux de la situation dans ce pays frère et nous avons convenu d’appeler solennellement tous les maliens, dans leur diversité, à un sursaut pour protéger leur pays des périls graves auxquels il se trouve exposé aujourd’hui. Nous les avons en particulier engagés à éviter les violences et à privilégier le dialogue.

Nous avons en outre décidé de soutenir toutes les propositions faites par la Médiation de la CEDEAO conduite par le Président Goodluck Jonathan. Nous avons demandé instamment à ce que les mesures suivantes soient prises relativement aux questions institutionnelles ci-après :

– La démission immédiate des 31 députés dont l’élection est contestée y compris le Président du Parlement. La Majorité Présidentielle devra mettre tout en œuvre pour obtenir cette démission qui ouvrira la voie à des élections partielles. En attendant ces élections partielles, le Parlement pourra fonctionner avec les 116 députés restants.

– Une recomposition rapide de la Cour Constitutionnelle, conformément aux dispositions constitutionnelles du Mali. Le Parlement proposera ses représentants après la démission des 31 membres dont l’élection est contestée. En cas de difficulté de nomination des membres de la Cour Constitutionnelle par les différentes Instances, le Président de la République utilisera l’article 50 de la Constitution pour nommer les 9 membres.

– la mise en place rapide d’un Gouvernement d’union nationale avec la participation de l’opposition et de la Société civile. L’opposition, particulièrement le M5-RFP est encouragé à participer à ce Gouvernement d’union nationale en vue de contribuer au règlement des problèmes de gouvernance qui affectent le Mali et ce dans un esprit de patriotisme. La tâche prioritaire de ce Gouvernement d’union nationale sera de mettre en œuvre toutes les réformes, recommandations et décisions issues du Dialogue National Inclusif et de traiter les questions de gouvernance. En particulier, la mise en œuvre des accords d’Alger devra être accélérée. Compte tenu des nombreux défis auxquels fait face le pays, certains membres du Gouvernement pourront être nommés avant la formation du Gouvernement d’union nationale. Il s’agit de ceux en charge de la Défense, la Justice, les Affaires Etrangères, la Sécurité intérieure et les Finances.

– La mise en place rapide d’une commission d’enquête pour déterminer et situer les responsabilités dans les violences qui ont entrainé des décès et des blessés les 10, 11 et 12 juillet 2020 ainsi que les destructions des biens publics et privés.

– La mise en place d’un Comité de Suivi de toutes les mesures ci-dessus prises qui comprendra des représentants du Gouvernement, du Parlement, de la Société civile, de la Magistrature, du M5-RFP, des femmes et des jeunes, avec la participation de l’Union Africaine et des Nations Unies, sous la présidence de la CEDEAO.

– La mise en place par la CEDEAO d’un régime de sanctions contre ceux qui poseront des actes contraires au processus de normalisation de cette crise, étant entendu que l’ensemble des décisions et mesures ci-dessus devront être mises en œuvre au plus tard le 31 juillet 2020.

Nous avons également réitéré notre solidarité avec l’Honorable Soumaila CISSE, Chef de file de l’opposition enlevé depuis le 25 mars 2020. Nous demandons aux Autorités Maliennes d’intensifier leurs efforts déjà en cours, en vue de sa libération.Notre souhait c ‘est de voir ces différentes propositions rencontrer l’agrément des différentes parties prenantes de la situation au Mali.

Je voudrais enfin, Excellences Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement, Mesdames et Messieurs, réitérer l’engagement inébranlable des Chefs d’Etat et de Gouvernement et des peuples de la CEDEAO à n’épargner aucun effort pour promouvoir la stabilité et la paix au Mali.

En tout état de cause, la CEDEAO sera toujours présente aux côtés du Mali, acteur important des dynamiques communautaires en cours pour l’approfondissement de l’intégration de notre sous-région ouest africaine.

 

Je vous remercie !

 

Commentaires via Facebook :

5 COMMENTAIRES

  1. CURIEUSES CONCIDENCES

    La Messe Présidentielle CEDEAO s’est tenue le 27 JUILLET 2020.

    En bonne place dans le Discours du Président en exercice:
    – Les vifs remerciements adressés aux différents participants
    – Les condoléances adressées à l’un des présidents participants suite au décès de son Premier ministre le 8 juillet
    – Par contre les 23 tués et plus de cent blessés deux (2) jours plus tard sont superbement oubliés.
    – Cependant l’on a pensé mettre en place une commission d’enquête sur les INCIDENTS des 10 au 12 juillet.

    Ces Chefs d’Etat et de Gouvernement savent bien compter: ils ont proposé de « limoger » 31 députés mal élus et après soustraction ont trouvé qu’il reste encore 116 députés qui peuvent valablement faire tourner le Parlement.

    Les esprits critiques sont intrigués par le fait que:
    – Le Sommet NTIC se tient le 27 JUILLET
    – Les résolutions font l’objet d’une lecture de texte le 27 JUILLET par le Président Issoufou qui semble mal à l’aise
    – Comme mesure d’urgence le Sommet suggère, notamment, la nomination de cinq (5) Ministères de souveraineté
    – Comme par enchantement, tout juste après le Sommet le décret 0325- PRM de nomination de ce noyau de GUN (Gouvernement d’Union Nationale), nous avons encore en tête les prouesses de FORSAT, était diffusé ce même 27 JUILLET.

    Il y a lieu de croire que le Décret était signé (à la rigueur préparé) avant le Sommet.
    Est-ce par coïncidence, maladresse, désespoir ..ou cynisme ??

    S’il vous plaît,distingués dirigeants, ayez un peu plus d’égards pour le Peuple malien.

  2. Vous venez , implicitement de “mettre le feu a la broussaille derrière laquelle, l’autre, allait faire ses besoins. EN FAIT LA CEDEAO VIENT DE COMPLIQUER UNE FOIS DE PLUS LES CHANCES DE RÉSOLUTIONS DE LA CRISE MALIENNE.
    DEPUIS MARS 1991, PERSONNE ET AUCUN PRÉSIDENT NE PEUT FAIRE COULER LE SANG SUIVI DE MORT D’HOMMES MALIENS ET PRÉTENDRE “DIRIGER COMME AVANT ” LE MALI.

  3. Veritablement la montagne a accouche d’une souris! Boubou tigua avec 6 Ministres qui font honte, je ne suis pas surpris de voir le Petit-Monsieur de Bou ou le Monsieur France-Afrique d’ATT notre grand Tieblen revenir a la table a manger, c’est comme d’habitude, car il est un homme sans honneur et sans vertu comme Boua le ventru IBK.

  4. Cette maudite organisation impose aux maliens un premier ministre qui n’a jamais ete confirme par l’AN car il n’a pas daigne presenter sa declaration de politique generale conformement aux articles 78-79 de la constitution malienne,apres 14 mois a la primature..
    C’est insultant !

  5. Le M5 ne prend pas ces recommandations en compte . A partir du 03 Aout 2020, vous comprendrez à vos dépens que le Mali des grands empires peut lui-même résoudre sa crise . Le Mali nouveau se fera sans IBK ou sombrera .

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here