L’argent et la politique malienne : L’arroseur arrosé !

15

Ils ont introduit le luxe et la luxure dans la politique au point que les élites maliennes et la majorité de nos compatriotes sont convaincues que s’enrichir est ce qui a de normal et même souhaitable quand on occupe un poste à responsabilité. Ils ont anéanti les valeurs séculaires de notre pays. Le mensonge n’est plus un tabou et est même souvent considéré comme une vertu. Le « moussalaha » et les autres « arrondis d’angle » sont devenus la norme au Mali. La vérité est désormais considérée comme « dure » et « souvent inappropriée ».

Ils ont escamoté le débat, les idéologies, les projets et visions au point de ne plus accepter les traditionnels débats de second tour à l’élection présidentielle (2002, 2013 et 2018).

Ils ont ramené la politique à la simple loi de l’offre et de la demande, là où ils se sont estimés les plus forts, pensant garder le pouvoir aussi longtemps qu’ils le voudraient. Préférant acquérir les positions grâce à l’argent ! L’exemple des péripéties du congrès extraordinaire de l’ADEMA de 2000 et surtout de la convention qui désigna le candidat de ce parti en 2001 pour les élections de 2002 illustre ce constat, avec les premiers achats massifs de délégués et une utilisation de l’argent comme jamais vus auparavant au Mali.

Ils ont réduit les partis, y compris les leurs, à leur plus simple expression au point qu’ils n’en sont que de nom, chacun y étant présent pour chercher exclusivement des avantages personnels. Les épisodes malheureux de la mise en place du bureau et des groupes parlementaires à l’assemblée nationale il y a quelques semaines ont ainsi démontré que ni le RPM ni l’URD ou encore de nombreux autres partis n’ont de prise sur leurs députés, qui sont autant de « partis individuels » mus par leurs seuls intérêts.

Ils ont chassé les empêcheurs de tourner en rond, les idéologues, les gens de conviction, les personnes avec des idées et des compétences, bref tous ceux qui ne sont pas prêts à courber l’échine. Ils sont ainsi restés avec les courtisans et les flagorneurs au profit de leur ego. L’exemple du congrès de l’ADEMA de 1994 a marqué ce long et lent déclin des idées et des projets, au point, qu’actuellement, on serait en peine de savoir quel projet est porté par les dirigeants actuels.

Parallèlement à cette lente décrépitude de notre système politique et démocratique, la situation du pays n’a cessé de se détériorer sur les plans socio-économiques et, récemment, sécuritaire. Les Maliens se sont ainsi massivement détournés de leurs décideurs et se sont convaincus que la seule chose à faire est de prendre ce qu’ils peuvent quand ils le peuvent. Ce qui contribue à faire le lit de l’argent et des contre valeurs. Nos compatriotes ont ainsi malencontreusement amplifié le mouvement engagé depuis une trentaine d’années par les acteurs de la scène politique.

Cette situation a en conséquence vu apparaitre progressivement, lentement mais surement, et de manière tout à fait logique, de nouveaux profils d’acteurs, les entrepreneurs politiques, ayant une bonne intelligence tactique et ayant bien observé les tendances des 30 dernières années pour les utiliser en leur faveur. L’argent devenant le seul critère de choix, ils ont progressivement quitté l’ombre pour la lumière, certains ont fait leur classe dans les partis, d’autres apparaissent à l’occasion de scrutins présidentiels, tous ont la stratégie d’acheter ce qui est disponible : des électeurs, des élus, des partis pour rapidement s’imposer sur l’échiquier. C’est ce à quoi on assiste aujourd’hui et la configuration politique de l’Assemblée actuelle offre une image caricaturale de ce constat. Des forces politiques constituées essentiellement à partir d’élus d’autres forces politiques et surtout des partis historiques en passe de disparaître.

Les « grands partis » sont encore plus fragiles qu’ils ne paraissent car constitués d’élus prêts à suivre le sens du vent à la première occasion et qui n’en font même pas mystère. Il est vrai que leurs premiers responsables les ont eux-mêmes habitués à ce genre de comportement ces dernières années.

Les « démocrates sincères » sont ainsi en train de connaitre un déclin dont ils peinent à imaginer le scenario, devenant victimes de leurs propres stratégies et créatures. Le scenario du pire qui peut arriver à un manœuvrier, celui de l’arroseur arrosé !

Moussa MARA

www.moussamara.com

Commentaires via Facebook :

15 COMMENTAIRES

  1. Bamanan
    Je ne suis pas un griot car je ne défend pas la personne D’ALPHA OUMAR KONARE, mais les valeurs politiques qu’il incarne.
    FAIRE LA POLITIQUE POUR DÉFENDRE ET APPLIQUER SES IDÉES MALGRÉ LES OBSTACLES,SE METTRE AU DESSUS DES CONTINGENCES MESQUINES SONT LES ATTITUDES QUE J’AI AIMÉES CHEZ L’HOMME POLITIQUE AOK.
    Des vagabonds, des laquais, des namis dédiés à s’enrichir au détriment de l’intérêt général n’ont pas aimé cette façon de se comporter.
    C’est pourquoi, il est détesté.
    Donc ceux qui le défendent sont honnis comme exprimé par cette phrase “il est sans morale et éthique ce sale sangare”
    Même dire “alpha oumar konare qui est un fils de forgeron…”exprime une haine qu’on a du mal à cacher.
    Cette haine dont souffre actuellement SOUMAILA CISSE dans sa chaire.
    Vous êtes des criminels ceux qui détestent ALPHA OUMAR KONARE pour avoir défendu l’intérêt général.
    Des ennemis de la nation qui ne pensent qu’à s’enrichir.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

  2. Tom
    On parle des PERSONNALITÉS DE LA SCÈNE POLITIQUE MALIENNE.
    Elles ne meurent jamais car elles incarnent des valeurs et attitudes qui peuvent être épousées par la génération à venir.
    CE SONT CES VALEURS ET ATTITUDES QU’ON CRITIQUE, PAS LA PERSONNE PHYSIQUE.
    Dans le cas de MOHAMED LAMINE TRAORÉ, est ce efficace de rester au pouvoir, avaler les couleuvres afin d’espérer imposer ses valeurs?
    Ou quitter le pouvoir, l’affronter dans l’opposition en espérant aussi plier le pouvoir à adopter vos valeurs?
    Le choix qu’a fait MOHAMED LAMINE TRAORÉ a t’il été efficace?
    Certainement l’expérience MOHAMED LAMINE TRAORÉ guide les pas d’un certain BOKARI TRETA qui a aussi voulu s’imposer à IBK.
    Il ne s’agit pas de donner tord ou raison à un cadre politique, mais de permettre de tirer les leçons sur les attitudes adoptées face à une situation donnée qui peut se présenter actuellement ou dans le futur à un autre cadre politique.
    DANS UN CONTEXTE DE HAINE FÉROCE IMPOSÉ PAR IBK ET SES THURIFÉRAIRES, ALPHA OUMAR KONARE PEUT IL REVENIR SUR LA SCÈNE POLITIQUE POUR ÊTRE UN MILITANT DE L’ADEMA PASJ?
    Quand on exerce la politique pour s’enrichir, on ne fait plus la politique, mais du GANGSTERISME.
    Un homme respectable s’éloigne des milieux truffés de GANGS.
    C’est ce qu’a fait ALPHA OUMAR KONARE.
    Depuis 2002,on ne fait plus de politique au Mali, mais des affaires avec ses lots de BANDITISME inédit.
    À rappeler, qu’après l’investiture d’IBK, on a attaqué le domicile d’AOK aux coups de kalachnikov à tirs nourris pendant plusieurs heures.
    Le courage et le sens de bravoure des gendarmes postés ont permis d’éviter l’irréparable.
    Bizarrement le service de renseignement n’était pas là pour anticiper l’attaque.
    Face à la haine, le silence est nécessaire.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

  3. Barou
    J’aurai accusé ALPHA OUMAR KONARE, s’il avait soutenu IBK en 2002.
    ALPHA OUMAR KONARE A MANŒUVRÉ POUR QUE L’ADEMA PASJ GARDE LE POUVOIR.
    Seulement, on confond le pouvoir présidentiel et le pouvoir parlementaire.
    L’ADEMA PASJ n’ayant pas un candidat consensuel, ALPHA OUMAR KONARE a voulu qu’il fasse d’ATT son candidat naturel.
    Ce que ce parti a fini par faire en 2007.
    Imaginer ATT CANDIDAT NATUREL de l’ADEMA PASJ en 2002.
    Il aurait gardé sa majorité absolue lui permettant de partager le pouvoir avec ATT.
    Ce qui aurait empêché ATT d’avoir la main libre à collaborer avec certains partis opposés au parti au pouvoir.
    Il aurait surtout permis à ATT de passer dès le premier tour empêchant de négocier au deuxième tour avec les opposants du parti comme il l’a fait permettant à IBK d’être président de l’assemblée nationale.
    Au lieu de cela, le parti a préféré organiser une primaire qui l’a fagocité.
    EST-CE LA FAUTE À ALPHA OUMAR KONARE QUE SON PARTI AIT ÉTÉ INCAPABLE D’AVOIR UN CANDIDAT CONSENSUEL?
    L’ADEMA PASJ n’appartient à personne.
    On ne fait que donner son avis.
    S’il est adopte tant mieux.
    Le cas contraire l’histoire jugera.
    On n’a pas écouté ALPHA OUMAR KONARE, l’histoire lui a donné raison car et DIONCOUDA TRAORÉ, président du parti en 2002 et SOUMAILA CISSE candidat du parti ont fini par soutenir ATT en 2007.
    Ça veut dire qu’ils devraient le faire en 2002.
    Pourquoi je n’accuse jamais ALPHA OUMAR KONARE ?
    Le malien n’arrive pas à imaginer que le président de la république peut-être abandonné à son sort par ses camarades, obligé de se débrouiller pour satisfaire le peuple.
    C’est ALPHA OUMAR KONARE et MOHAMED LAMINE TRAORÉ qui se sont associés pour conquérir le pouvoir.
    Le premier est plus politique, le deuxième est plus stratège.
    MOHAMED LAMINE TRAORÉ n’a pas été limogé, a abandonné le navire car il a confondu son rôle à celui du président de la république.
    Il a voulu dicter au président de la république la conduite à tenir.
    Quand ce dernier ne l’a pas voulu, il a essayé de prendre la tête du parti.
    C’EST MOHAMMED LAMINE TRAORÉ, DE PART SON COMPORTEMENT, A ABANDONNÉ AOK.
    Ce dernier n’a fait que se défendre en adoptant des comportements qu’il n’aurait jamais suivis si MOHAMED LAMINE TRAORÉ était resté à ses côtés.
    Par exemple, IBK ne serait jamais président du parti, si MOHAMED LAMINE TRAORÉ n’avait pas essayé de ronger sur les prérogatives du président de la république.
    IBK ne serait pas aussi puissant qu’il l’a été.
    Donc le parti aurait échappé à l’INCARNATION de la personnalité d’IBK c’est à dire dominé par des pratiques mafieuses.
    MOHAMED LAMINE TRAORÉ ne s’est pas contenté de quitter le parti.
    Il est allé animer l’opposition radicale espérant provoquer un coup d’État.
    Ce qui a poussé ALPHA OUMAR KONARE a donné plus de pouvoirs à son premier ministre pour contrer son desormais principal ennemi.
    On a tout fait pour l’empêcher de réussir.
    Au bout du bout, on comprend qu’il ait voulu passer le témoin à un homme consensuel pour apaiser le pays.
    MOHAMED LAMINE TRAORÉ qui était le numéro deux du régime en 1992 est devenu un simple ministre de l’éducation nationale d’ATT.
    Ses alliés, dont l’actuel président du parti ADEMA PASJ, l’ont abandonné pour rejoindre le parti.
    Là aussi l’histoire a donné raison à ALPHA OUMAR KONARE.
    MOHAMED LAMINE TRAORÉ aurait accompagné ALPHA OUMAR KONARE, il serait l’homme fort du parti permettant à l’ADEMA PASJ de jouer son rôle d’appui aux IDÉAUX qui ont motivé ses fondateurs.
    Le mandat d’AOK aurait connu un bilan plus brillant compte tenu de ce qu’il a accompli malgré la guérilla de ses adversaires politiques.
    ALPHA OUMAR KONARE n’est pas fautif.
    Il est plutôt victime de l’abandon de son principal allié numéro deux du régime.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

    • Trop de si….
      Comme dit la chanson avec des si on construit un monde….

      On ne charge pas les morts…….

      MLT est parti avec sa part de vérité, et toi tu l’accable en l’accusant de tous les péchés d’Israël…
      Sachons raison gardée comme le dit le latiniste sorbonnard pedantesque, une caricature d’homme de culture mais dont une vacuité abyssale…… Quelqu’un qui viendrait pour un pouvoir…..
      Alors parlons de ta thèse sur l’héritage politique de ton AOK….. L’homme mystérieux de la démocratie qui avait juré de ne jamais être “simple militant de l’Adema”, au moment de quitter le pouvoir….
      Eh bien, les maliens l’attendent toujours. Peut-être, il nous dira un jour les raisons de son silence lourd sur le pays qui délite maille après maille, région après région….
      Mais entre toi, tu arrêtes d’être l’avocat du diable en accablant les morts comme savent le faire les petits vaguemestres de ta nature.
      Compris !

    • Il est sans moral et éthique ce sale Sangare. Sangare, grand griot. Non, tu fais honte aux gnamakala. Alpha O. Konare qui est un fils de forgeron aurait honte à t’écouter.

  4. Ce monsieur est un malhonnête de la pure espèce, on l’a vu en lécheur du cul du prince. Donc qu’il arrête c’est un égoïste qui se prend comme le centre du monde. Le declin politique il y a contribué, ce qui se passe au Mali ce sont les gouvernants qui confisquent les votes des électeurs sinon tous ces partis qu’il est entrain de critiquer pèsent très lourd par rapport à son faux club politique dit de changement. On t’a vu livrer les enfants des gens à la boucherie, défendre l’indéfendable devant l’assemblée nationale avec des mensonges grotesques. Tu es plus faux que tes adversaires que tu es entrain de critiquer dans les médias.

  5. Une ordure de la pire espèce. Toujours le beau l honnête et le bon c est lui. Il n a pourtant à lecher le cul du prince devant les élus du peuple pour justifier le plus grand scandale financier de tous les temps.
    Un vrai minable.

    • LES GARS OUVREZ VOS YEUX . ne jetez pas le bébé avec l’eau de bain, dans sa loyauté en tant que PM ; il a répondu aux questions des députés avec les données qu’il avait à sa disposition (données transmises par ses autres collègues ministres ) vous ne pouvez lui reprochez cela toute la vie.
      jugez le sur les faits , corruption, abus de bien sociaux et autres ?????, vous n’en trouverez pas un autre politique qui puisse montrer pattes blanches ; alors ouvrez vos yeux.

      • Un menteur reste menteur. Et comme le dit l’adage, celui qui vole un œuf volera un bœuf. A bon entendeur, salut !

        Pensées rebelles.

  6. Ces propos sont une insulte au peuple car venant de celui qui, pendant son service à la nation, n’a pas hésité une seconde à mentir sans vergogne devant la représentation nationale pour des intérêts personnelles… Aujourd’hui, Monsieur veut jeter l’anathème sur la politique au nom d’une morale qui n’existe pour lui que dans ses propres fantasmes. Mais les Maliens savent ce que vaut chaque mot de ce verbiage, et nul ne se laissera duper par le monologue incohérent d’un bonimenteur professionnel.

    Pensées rebelles.

    • LES GARS OUVREZ VOS YEUX . ne jetez pas le bébé avec l’eau de bain, dans sa loyauté en tant que PM ; il a répondu aux questions des députés avec les données qu’il avait à sa disposition (données transmises par ses autres collègues ministres ) vous ne pouvez lui reprochez cela toute la vie.
      jugez le sur les faits , corruption, abus de bien sociaux et autres ?????, vous n’en trouverez pas un autre politique qui puisse montrer pattes blanches ; alors ouvrez vos yeux.

      • Allez-y demander à votre champion d’expliquer les dessous de l’opération “taxini” et la faillite de l’ex-BRS… dont il était justement le Commissaire aux comptes contre espèces sonnantes et trébuchantes.

        Pensées rebelles.

  7. L’arroseur n’est pas arrosé, il est toujours le maitre du système qu’il a mis en place quand il est devenu président de l’ADEMA PASJ en 1994.
    ON N’EST PAS ARROSÉ QUAND ON EST PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE.
    L’ADEMA PASJ a été créé sur la base des IDÉES incarnées par des cadres qui l’ont créé après la chute du régime dictatorial.
    Ces cadres sont issus de l’ADEMA association qui a participé à la chute de MOUSSA TRAORÉ.
    ALPHA OUMAR KONARE, MOHAMED LAMINE TRAORÉ, ALI NOUHOUN DIALLO, BOUBACAR SADA SY, DIONCOUDA TRAORÉ, MME SY KADIATOU SOW connus pour leurs engagements politiques avant l’avènement de la démocratie sont les animateurs les plus connus.
    Ils incarnent l’idéologie de l’ADEMA PASJ.
    Ils sont les premiers des ministres du nouveau président ALPHA OUMAR KONARE.
    Ni IBK, ni SOUMAILA CISSE n’en faisaient partie.
    Le premier était proche du président du parti, le second d’un membre influent du parti BOUBACAR SADA SY.
    À l’exercice du pouvoir, des divergences d’exercice du pouvoir, non d’idéologie,sont apparues entre l’ancien président du parti devenu président de la république et le vice-président président devenu ministre de l’intérieur.
    Ces divergences ont obligé le ministre de l’intérieur MOHAMED LAMINE TRAORÉ à rendre le tablier tout en gardant la direction du parti donc une influence sur la conduite du pouvoir.
    Deux conceptions de la conduite des affaires au sommet de l’État empêchaient le président de la république d’avoir la main libre pour imposer ses vues sur la marche du pays.
    Un fidèle, IBRAHIM BOUBACAR KEITA, a impressionné l’opinion publique quant il a été nommé chef de gouvernement après la démission de deux autres conséquences des divergences avec le vice-président Mohamed LAMINE TRAORÉ.
    Ce dernier voulait prendre la tête du parti pendant le congrès pour s’imposer chef de gouvernement.
    Le président ALPHA OUMAR KONARE serait ainsi freiné dans son élan, s’il devenait président de la l’ADEMA PASJ.
    Un combat politique s’est engagé pour prendre la tête du parti.
    ALPHA OUMAR KONARE s’est servi de son chef de gouvernement très populaire pour empêcher MOHAMED LAMINE TRAORÉ de prendre la tête du parti.
    IBK est ainsi devenu président du parti au pouvoir pour empêcher MOHAMED LAMINE TRAORÉ d’en prendre possession.
    Ce dernier a préféré quitter le navire après le congrès.
    ALPHA OUMAR KONARE, en voulant éviter MOHAMED LAMINE TRAORÉ, a imposé un homme sans conviction aux autres membres du parti tout en lui permettant de garder sa fonction de chef de gouvernement.
    IBK a aussitôt pensé qu’il peut-être le successeur naturel du président AOK.
    L’ADEMA PASJ, au lieu d’être une machine d’exécution des idéaux du président ALPHA OUMAR KONARE, est devenu une machine pour préparer sa succession.
    Des actions pour éliminer tout conçurent ont été engagées à travers l’utilisation des moyens de l’État.
    Ceux qui ne partageaient pas la vision du président du parti au pouvoir ont été écartés pour replacer les opportunistes prêts à aider le président du parti à succéder à IBK.
    Ce processus de succession à ALPHA OUMAR KONARE a favorisé l’avènement des hommes d’affaire mafieux et l’écart des hommes politiques dédiés aux intérêts supérieurs du Mali.
    Un lutte politique latente s’est dessinée entre un groupe de cadres qui ont la confiance du président ALPHA OUMAR KONARE et le président du parti IBRAHIM BOUBACAR KEITA.
    Ceux qui ont envahi le parti sous l’autorité d’IBK n’étaient intéressés que pour satisfaire leurs intérêts individuels.
    Les cadres opposés constataient leurs actions freinées par les proches du chef de gouvernement.
    Des oppositions fortes à l’intérieur du gouvernement sont apparues.
    SOUMAILA CISSE, Mme SY KADIATOU SOW, MODIBO SIDIBE n’ont pas hésité à affronter le puissant chef de gouvernement qui n’hésitait plus à se mettre au même pied d’égalité que le président de la république.
    ALPHA OUMAR KONARE a fini par comprendre qu’il a fait une grave erreur en confiant le parti à IBK grâce à certains cadres qui n’ont pas cessé de le défier constatant qu’il n’agit pas pour les intérêts supérieurs du Mali.
    Six ans à la tête de l’ADEMA PASJ ont permis à IBK de façonner le parti D’ALPHA OUMAR KONARE à son image c’est-à-dire un parti mafieux intéressé à profiter des deniers publics.
    On s’est débrouillé à accuser les cadres qui l’ont défié d’être responsable des défaillances du parti.
    Le parti ADEMA PASJ devrait servir à enrayer l’esprit de la PRIMAUTÉ de l’intérêt INDIVIDUEL hérité de l’ère de la dictature militaire, mais l’a perpétué sous l’autorité d’IBK.
    La parenthèse ATT devrait servir à corriger le tir d’où la confiance de MOHAMED LAMINE TRAORÉ à la candidature du président de la transition en 2002.
    Le constat est qu’ATT a ressuscité IBK, a ramené les héritiers de la dictature militaire.
    Il ne fallait pas plus pour revivifier l’esprit de la PRIMAUTÉ de l’intérêt INDIVIDUEL.
    L’intérêt général ayant été délaissé, l’État s’affaiblit.
    Les ennemis du Mali en ont profité.
    IBK aussi.
    Il s’est précipité pour faire rappeler ses premières années à la primature tout en escamotant ses actions à la tête de l’ADEMA PASJ attribuées à ALPHA OUMAR KONARE.
    Les adversaires politiques de ce dernier l’ont aidé à se réhabiliter en faisant oublier ses défaillances comme président de l’ADEMA PASJ en épinglant ce parti sans jamais citer IBK.
    ALPHA OUMAR KONARE étant le premier président de l’ADEMA PASJ est devenu le seul responsable des défaillances du parti.
    IBK devenu président de la république, les pratiques qu’il a instaurées pendant six ans de la mandature d’AOK ont continué puisque ATT n’y a jamais mis fin.
    Tout est parti d’IBK en 1994,il est toujours là.
    Qui est l’arroseur?
    Qui est l’arrosé?
    En 2000,le président de la république a montré à IBK que c’est lui qui l’a fait en le sanctionnant pour son arrogance.
    Il n’avait pas besoin des moyens de l’État pour le dégager.
    Une simple instruction suffisait.
    Les thuriféraires d’IBK ont circulé les rumeurs que l’argent a circulé.
    IBK s’est fait entourer des opportunistes qui l’ont abandonné quand ils ont constaté qu’il n’a plus la confiance du président de la république.
    Ces mêmes personnes sont revenues à ses cotés dont un, le député touareg de GAO député depuis 1978,l’a affronté à l’assemblée pendant le deuxième mandat d’ATT quand il n’était plus président de l’assemblée nationale.
    Ce dernier est aujourd’hui aux côtés de MOUSSA TIMBINE comme l’un des vice-présidents après avoir été écarté par IBK en 2013 pour le corriger.
    IBK est l’homme politique qui a dénaturé la pratique politique aidée par ATT.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

    • Merci Monsieur Singaré pour votre article. En le lisant on sait que vous étiez à un niveau qui vous permet de livrer toutes ces infos. Je suis d’accord avec une partie de votre article. Mais ce que je ne comprends pas vous n’accusez pas Alpha Oumar Konaré dans tout ça. Pourquoi Alpha n’a jamais gobé Mamadou Lamine sachant qu’il est un homme de conviction, engagé et patriote qui aime ce pays? En faisant venir IBK Alpha nous a montré ce qu’il était et ce qu’il voulait. Car il s’agissait pour lui de tout contrôler, détruire ses opposants politiques et par conséquent la démocratie en affaiblissant les partis politiques en apportant son soutien à ATT en 2002. Je pense que vous rappelez surement de tout ce que IBK a fait pour détruire des opposants comme Mountaga, en l’empêchant avec les moyens de l’Etat de devenir député pour continuer son combat politique. Vous serez d’accord que Mountaga a été un très bon opposant pendant la 1ere mandature d’Alpha. Vous rappelez surement que près d’une dizaine d’opposants ont été arrêtés et mis en prison par IBK sous Alpha comme des petits voyous. IBK est le pur produit du système d’Alpha c’est pourquoi il s’est tu comme un cadenas bouclé et ne dit mot concernant la vie politique du Mali qu’il a dirigé pendant 10 ans.
      Pour moi Alpha devait laisser le pouvoir à l’ADEMA en 2002 car les 10 ans d’ATT ont affaibli les partis politiques et le fait partisans. Vous serez d’accord avec moi que cette course à l’opportunisme s’est exacerbée sous ATT car les hommes politiques dépouillés de l’exercice du pouvoir ont tout fait pour être dans la gestion du pouvoir pour faire vivre leurs partis politiques.

    • Sangare, grand griot. Non, tu fais honte aux gnamakala. Alpha O. Konare qui est un fils de forgeron aurait honte à t’écouter.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here