Violences basées sur le genre : Kayes et Diéma étrennent leurs «One Stop Center»

0

L’Association malienne pour le suivi et l’orientation des pratiques traditionnelles (AMSOPT), en partenariat avec la direction régionale de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille et la direction générale de l’Hôpital Fousseyni Daou, a procédé le 16 juillet 2021 à la remise officielle des guichets uniques dénommés «One Stop Center » de Kayes et de Diéma dans le cadre de la lutte contre les violences basées sur le genre (VBG).

C’était au cours d’une cérémonie qui s’est déroulée dans la cour dudit hôpital, sous la présidence d’Adama Assagaïdou Maïga, conseiller aux affaires économiques et financières du gouverneur de la Région de Kayes.

L’événement a été marqué par la remise symbolique de protocoles opérationnels standards signés des One Stop Center de Kayes et Diéma, puis celle de la plaque signalétique du One Stop Center de Diéma et des clés de celui de Kayes. Après les discours, ponctués de sketches sur l’excision et le mariage précoce et d’animation folklorique, le représentant du gouverneur de la Région de Kayes a procédé à la coupure du ruban symbolique du One Stop Center de Kayes, en présence de nombreux invités.

Lancé depuis 2017 avec un financement initial de 500 millions d’euros de l’Union européenne, conjointement avec les Nations unies, l’Initiative Spotlight représente un effort mondial sans précédent visant à investir dans l’élimination des violences faites aux femmes et aux filles, l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, condition préalable de l’atteinte des Objectifs de développement durable à l’horizon 2030.

Au Mali, ce programme national est mis en œuvre par cinq agences du système des Nations Unies (PNUD, UNFPA, UNHCR, UNICEF et ONU Femmes) dans les Régions de Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou et le District de Bamako pour un coût de 18 millions de dollars US. Il vise à protéger les femmes et les filles contre les VBG ainsi que les pratiques néfastes. Le programme a également pour ambition d’assurer une prise en charge holistique des survivantes et de promouvoir les droits des femmes et des jeunes filles à la santé reproductive.

………LIRE LA SUITE SUR https://www.lessormali.com/

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here