Le FMI approuve un décaissement de 5,5 millions de dollars au Mali

32
Le FMI approuve un décaissement de 5,5 millions de dollars au Mali
Christine Lagarde, Directrice General du FMI avec Igor Diarra, le ministre Malien des Finances lors du CMFI.
Le Fonds monĂ©taire international (FMI) a annoncĂ© vendredi dans un communiquĂ© avoir approuvĂ© un dĂ©caissement de 5,5 millions de dollars au Mali, accordĂ© dans le cadre d’un accord triennal de facilitĂ© Ă©largie au crĂ©dit.

Avec ce dĂ©caissement, le FMI porte Ă  30 millions de dollars, les montants allouĂ©s au Mali au titre de cet accord, selon la mĂȘme source.

Par ailleurs, la reprise Ă©conomique au Mali s’est maintenue pour la troisiĂšme annĂ©e consĂ©cutive malgrĂ© un ralentissement enregistrĂ© en 2015. La croissance devrait rester robuste Ă  court terme Ă  plus de 5%.

Pour 2016, le dĂ©ficit budgĂ©taire du Mali sera un peu plus Ă©levĂ© par rapport Ă  2015 en raison de la hausse des dĂ©penses des investissements publics et de celles de la reconstruction, selon les pronostics du Fonds qui vient d’achever sa mission d’évaluation de l’économie malienne.

Le déficit budgétaire global sera contenu à court terme pour amorcer une baisse à moyen terme, tout en gardant la dette publique inférieure à 40% du PIB.

Les recettes fiscales devraient continuer à progresser en 2016. Ces gains de revenus vont servir à financer la hausse des investissements publics et les dépenses sociales.

“Les autoritĂ©s maliennes ont continuĂ© Ă  prendre les mesures nĂ©cessaires afin d’atteindre les objectifs Ă©tablis par le programme d’appui du FMI”, a dĂ©clarĂ© le directeur gĂ©nĂ©ral adjoint du FMI, M. David Lipton.

Mais il a estimĂ© que des amĂ©liorations sont nĂ©cessaires dans le domaine de la gestion des finances publiques pour soutenir la discipline budgĂ©taire et aider Ă  l’utilisation adĂ©quate des ressources publiques.

APS

 

SOURCE radioalgerie.dz
PARTAGER

32 COMMENTAIRES

  1. CE QUI FAI MAL C’EST QUON CONTINU A ENVOYE DES BATARS POUR VENIR INNONDEE LA SECTION DES COMMANTAIRE. MALIWEB NA AUCUN SERIEU POUR LAISSE LES COMMMANTIRES DE CE GENRE PASSEE.

  2. Evaluation par le Conseil d’administration2
    Les administrateurs fĂ©licitent les autoritĂ©s des rĂ©sultats macroĂ©conomiques solides qui ont Ă©tĂ© enregistrĂ©s rĂ©cemment, tels qu’une croissance Ă©conomique robuste, une inflation faible et une position budgĂ©taire viable. Si les perspectives Ă©conomiques sont favorables, les administrateurs attirent aussi l’attention sur les risques de dĂ©gradation importants, en particulier du fait de la fragilitĂ© persistante de la situation sĂ©curitaire au Mali. Les administrateurs saluent l’accord de paix qui a Ă©tĂ© conclu rĂ©cemment entre le gouvernement et les groupes rebelles, mais ils notent que les rĂ©cents Ă©vĂ©nements tragiques Ă  Bamako soulignent qu’il est nĂ©cessaire de continuer de chercher Ă  renforcer la sĂ©curitĂ© avec l’appui de la communautĂ© internationale.
    Les administrateurs saluent la volontĂ© des autoritĂ©s de mettre en Ɠuvre une politique Ă©conomique visant Ă  prĂ©server la stabilitĂ© macroĂ©conomique et Ă  promouvoir une croissance solidaire. En particulier, ils souscrivent aux efforts dĂ©ployĂ©s pour accroĂźtre les recettes fiscales et amĂ©liorer la qualitĂ© et l’efficience des dĂ©penses afin de crĂ©er un espace permettant d’investir dans les infrastructures de base et d’engager des dĂ©penses sociales. Ils reconnaissent qu’il convient d’élargir l’assiette de l’impĂŽt et de rĂ©duire les exonĂ©rations pour accroĂźtre les recettes. Les administrateurs encouragent aussi les autoritĂ©s Ă  redoubler d’efforts pour amĂ©liorer la gestion des finances publiques afin de faciliter l’usage adĂ©quat des ressources publiques tout en prĂ©servant la bonne santĂ© des finances publiques. Une approche prudente en ce qui concerne de nouveaux financements non concessionnels permettra de prĂ©server la viabilitĂ© de la dette.
    Les administrateurs souscrivent aux plans des autoritĂ©s visant Ă  mettre en Ɠuvre progressivement la dĂ©centralisation budgĂ©taire en vue d’amĂ©liorer la responsabilisation sur le plan des dĂ©penses tout en augmentant l’aide accordĂ©e aux rĂ©gions moins favorisĂ©es du pays. Ils soulignent que ce processus doit se dĂ©rouler parallĂšlement Ă  une augmentation des capacitĂ©s d’administration et d’absorption des collectivitĂ©s locales, et Ă  la mise en place de mĂ©canismes adĂ©quats en matiĂšre de transparence et de responsabilisation.
    Les administrateurs soulignent que, pour accĂ©lĂ©rer et pĂ©renniser la croissance Ă  long terme, il conviendra de diversifier les sources de croissance et les secteurs exportateurs. Une amĂ©lioration de la rĂ©glementation, une baisse des impĂŽts sur le travail, une augmentation du taux d’activitĂ©, en particulier des femmes, et une amĂ©lioration de la gouvernance faciliteraient l’activitĂ© et l’investissement du secteur privĂ©.
    Les administrateurs appellent les autoritĂ©s Ă  continuer de s’attaquer aux faiblesses du secteur financier afin de promouvoir l’inclusion financiĂšre, la stabilitĂ© et la croissance. Il s’agit d’assainir le bilan des banques dont les prĂȘts improductifs sont Ă©levĂ©s, de rĂ©duire la concentration du crĂ©dit dans un petit nombre de gros emprunteurs et de renforcer le secteur de la microfinance. Les administrateurs notent avec satisfaction les plans de restructuration de la Banque de l’habitat du Mali, qui devraient rĂ©duire les risques budgĂ©taires et rendre l’établissement attrayant pour les investisseurs privĂ©s. Ils appellent aussi Ă  continuer de renforcer le dispositif de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

  3. « Les efforts que les autoritĂ©s continuent de dĂ©ployer pour amĂ©liorer la gestion des finances publiques sont encourageants aussi. Il est important de continuer d’apporter des amĂ©liorations dans ce domaine afin de contribuer Ă  la discipline budgĂ©taire globale et Ă  l’usage adĂ©quat des ressources publiques.
    « La dĂ©centralisation budgĂ©taire devrait amĂ©liorer la responsabilisation en matiĂšre de dĂ©penses publiques et accroĂźtre l’aide accordĂ©e aux rĂ©gions moins favorisĂ©es du pays. Il est important que ce processus soit progressif et que des mĂ©canismes adĂ©quats en matiĂšre de transparence et de responsabilisation soient mis en place pour que les ressources transfĂ©rĂ©es aux collectivitĂ©s locales soient bien utilisĂ©es.
    « Il est essentiel d’engager des rĂ©formes visant Ă  amĂ©liorer le climat des affaires pour rehausser les perspectives Ă©conomiques du Mali. Le plan d’action des autoritĂ©s dans le cadre du programme appuyĂ© par le FMI porte sur des domaines oĂč des lacunes ont Ă©tĂ© observĂ©es. Il est crucial d’accomplir des progrĂšs dans ces domaines, notamment dans l’amĂ©lioration de la gouvernance et l’allĂ©gement de la charge administrative des contribuables, pour accĂ©lĂ©rer la croissance et crĂ©er des emplois, et, en fin de compte, faire reculer la pauvretĂ©. »

  4. « Le redressement de la croissance des recettes fiscales observĂ© en 2015 est particuliĂšrement encourageant, et fait suite Ă  diverses mesures prises par le MinistĂšre de l’économie et des finances plus tĂŽt dans l’annĂ©e. Il est essentiel d’accroĂźtre les recettes fiscales, ainsi que d’amĂ©liorer la qualitĂ© et l’efficience des dĂ©penses, pour crĂ©er un espace supplĂ©mentaire qui permettra d’investir dans les infrastructures et d’engager des dĂ©penses sociales Ă  l’appui de la croissance et de la rĂ©duction de la pauvretĂ©. Cependant, il sera important Ă  l’avenir que de nouvelles augmentations des recettes proviennent d’un Ă©largissement de l’assiette de l’impĂŽt, notamment grĂące Ă  la rĂ©duction des exonĂ©rations considĂ©rables.

  5. « Les autoritĂ©s maliennes ont continuĂ© de prendre les mesures nĂ©cessaires pour que les objectifs Ă©tablis leur programme appuyĂ© par le FMI soient atteints. Les rĂ©sultats du programme jusqu’à fin juin ont Ă©tĂ© solides, ce qui a permis aux autoritĂ©s de renforcer leur programme budgĂ©taire pour 2015. Le programme pour 2016 prĂ©voit un dĂ©ficit budgĂ©taire lĂ©gĂšrement plus Ă©levĂ©, mais encore modĂ©rĂ©, afin de financer une augmentation des dĂ©penses d’équipement et de satisfaire les besoins de reconstruction. Cela devrait s’accompagner d’une croissance encore vigoureuse du PIB, bien que les problĂšmes de sĂ©curitĂ© reprĂ©sentent un risque pour les perspectives Ă©conomiques

  6. Moi je pense que ce soutien permanent des grandes institutions financiÚres à notre pays est dû au leadership du président IBK.
    Ce leadership fait qu’il inspire confiance et cela rejaillit sur notre pays.
    Merci au prĂ©sident pour tout ce qu’il fait pour notre pays.

  7. Sous le pouvoir du prĂ©sident les institutions financiĂšres internationales n’ont jamais cessĂ© d’apporter leur soutien Ă  notre pays.
    Nous souhaitons que ce soutien continue pour permettre à notre pays de sortir du trou dans lequel les anciens locataires de Koulouba nous ont laissé..
    Vive le Mali Ă©conomiquement fort


    • Le pouvoir IBK est digne de confiance et il ne joue pas avec l’image du Mali donc je pense qu’il ne cesserai de continuer dans cette veine.
      Il a pour devis le Mali d’abord. Un Mali dĂ©veloppĂ© et Ă©mergent

  8. Je remercie le FMI pour cet acte posĂ© en faveur de notre pays. Cela rĂ©affirme la confiance que cette institution financiĂšre place Ă  notre patrie. Je fĂ©licite le gouvernement pour ce travail rĂ©alisĂ© sans lequel ce dĂ©caissement n’aurait pas lieu.
    VIVE LE MALI!!

  9. “La croissance devrait rester robuste Ă  court terme Ă  plus de 5%.” Pour ma part, je pense que ce pourcentage prouve que notre Ă©conomie est au beau fils. Ce dĂ©caissement permettra d’amĂ©liorer notre croissance Ă©conomique voire ‘amĂ©lioration du niveau de vie des citoyens.

  10. Le président IBK est un homme qui travaille efficacement pour le rayonnement de son pays.
    C’est avec joie que nous constatons que ce exploit est reconnu Ă  l’international et aboutit Ă  un prĂȘt trĂšs considĂ©rable pour permettre de renforcer notre budget.
    Merci président et bonne continuation..

  11. “Les autoritĂ©s maliennes ont continuĂ© Ă  prendre les mesures nĂ©cessaires afin d’atteindre les objectifs Ă©tablis par le programme d’appui du FMI”. C’est une preuve que le gouvernement s’est engagĂ© Ă  rendre notre Ă©conomie performante. Je fĂ©licite le chef du gouvernement et son Ă©quipe pour ces mesures en vue de renforcer l’Ă©conomie.

  12. Le Conseil d’administration du Fonds monĂ©taire international (FMI) a conclu le 2 dĂ©cembre 2015 les consultations au titre de l’article IV1 avec le Mali et a achevĂ© la quatriĂšme revue des rĂ©sultats enregistrĂ©s par le Mali dans le cadre d’un programme Ă©conomique appuyĂ© par un accord triennal au titre de la facilitĂ© Ă©largie de crĂ©dit (FEC). La dĂ©cision du Conseil d’administration ouvre la voie au dĂ©caissement d’un montant de 4 millions de DTS (environ 5,5 millions de dollars), ce qui porte le montant total des dĂ©caissements au titre de l’accord FEC Ă  22 millions de DTS (environ 30 millions de dollars).

    • En achevant la revue, le Conseil d’administration a approuvĂ© la demande des autoritĂ©s de modifier le critĂšre de rĂ©alisation relatif Ă  l’emprunt extĂ©rieur non-concessionnel Ă©tant donnĂ© la nouvelle politique du FMI quant aux plafonds d’endettement qui est mise en vigueur Ă  partir de juin 2015. Le Conseil d’administration a approuvĂ© l’accord au titre de la FEC en faveur du Mali le 18 dĂ©cembre 2013 pour un montant de 30 millions de DTS (environ 42 millions de dollars, voir communiquĂ© de presse 13/524).

      • Les rĂ©sultats du programme continuent Ă  ĂȘtre bons comme en attestent le respect de tous les critĂšres de rĂ©alisation et de la plupart des repĂšres structurels Ă  fin juin 2015. Le programme pour 2016 comprend un dĂ©ficit budgĂ©taire lĂ©gĂšrement en hausse par rapport Ă  2015 pour permettre une augmentation de l’investissement public et des dĂ©penses de reconstruction. La composante structurelle du programme inclut des mesures visant Ă  soutenir la croissance continue des recettes, Ă  renforcer la gestion des finances publiques, et Ă  promouvoir la bonne gouvernance.

        • La reprise Ă©conomique du Mali est dans sa troisiĂšme annĂ©e. AprĂšs une forte croissance de 7 % en 2014, entraĂźnĂ©e par le retour Ă  un niveau plus normal de production agricole et une forte reprise du secteur manufacturier, la croissance ralentie en 2015 mais devrait demeurer robuste Ă  court terme (au dessus de 5 %). Le solde courant de la balance des paiements devrait s’amĂ©liorer Ă  court terme mais se dĂ©tĂ©riorer Ă  plus long terme, en raison principalement d’une dĂ©tĂ©rioration des termes de l’échange. D’ importantes entrĂ©es de capitaux publics et d’investissements directs Ă©trangers devraient permettre au Mali de financer ces dĂ©ficits et mĂȘme de renforcer lĂ©gĂšrement sa position imputĂ©e de rĂ©serves internationales. Le dĂ©ficit budgĂ©taire global devrait rester maĂźtrisĂ© Ă  court terme et diminuer Ă  moyen terme, de telle sorte que le rapport de la dette nominal au PIB resterait en dessous de 40 %. Il est prĂ©vu que l’augmentation des impĂŽts perçus se poursuive, et que l’augmentation des recettes permette davantage d’investissement public et de dĂ©penses sociales.

  13. Ce décaissement de plusieurs millions de nos francs vient confirmer la bonne gouvernance du président IBK.
    Cette belle somme somme permettra Ă  notre pays de faire des financement dans des milieux comme la santĂ©,l’Ă©ducation et surtout la sĂ©curitĂ©.
    Vive le Mali.

  14. “Le dĂ©ficit budgĂ©taire global sera contenu Ă  court terme pour amorcer une baisse Ă  moyen terme, tout en gardant la dette publique infĂ©rieure Ă  40% du PIB.” Cela prouve que notre Ă©conomie se porte bien et j’en suis fier. J’encourage le ministre des finances Ă  redoubler d’effort pour que notre Ă©conomie aille de mieux en mieux.

  15. Je pense que ce prĂȘt permettra Ă  notre pays de dĂ©couvrir son dĂ©ficit budgĂ©taire. Ce dĂ©caissement de fonds par le FMI Ă  l’endroit de notre pays est le fruit d’un travail de longue haleine sous l’impulsion de notre ministre des finances Igor.
    VIVE LE MALI!!
    VIVE LE FMI!!

  16. “La reprise Ă©conomique au Mali s’est maintenue pour la troisiĂšme annĂ©e consĂ©cutive malgrĂ© un ralentissement enregistrĂ© en 2015. La croissance devrait rester robuste Ă  court terme Ă  plus de 5%.”
    Donc ce qui n’ont pas d’yeux pour voir ni d’oreilles pour entendre voudront bien laisser le pays avancer au lieu de tout le temps vocifĂ©rer de gauche Ă  droite. On est fatiguĂ©!!!

  17. des gens ont crié partout dans ce pays que nos autorités ne bénéficiaient plus de la confiance qu FMI et voici ce que le FMI dit. Donc moi je ne sais pas quoi penser de ces gens que je considÚre comme des menteurs et des ennemis de ce pays. 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8)
    Que vont-ils bien nous dire aprÚs cette décision du FMI? :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:
    LE MALI AVANCE!

  18. AprÚs les attaques du Radisson plusieurs pays avaient témoignés leur soutien au Mali.
    Mais nous espĂ©rions encore plus. Et je pense que au delĂ  des paroles les Etats-Unis concrĂ©tisent leur volontĂ© de soutenir notre pays dans cette lutte contre le terrorisme; c’est pourquoi j’apprĂ©cie ce partenariat entre l’Etat Malien et les Etats_Unis dans ce combat qui nous concerne tous.
    Je demande donc à mes compatriotes de soutenir le gouvernement dans cette lutte contre le terrorisme en communiquant et en collaborant avec nos forces de sécurités.

  19. Je salue cette action du FMI en faveur de mon pays et je pense que ces fonds permettront d’atteindre des objectifs que ce sont fixĂ©s nos autoritĂ©s. Merci Ă  Christine Lagarde et Ă  toute son Ă©quipe pour ce geste.

  20. C’est un travail de fond qui est en train d’ĂȘtre pour le bien -ĂȘtre des maliens
    cela est Ă  saluer et que les nombreux voyages ont portĂ© des fruits qui sont d’ailleurs juteux.
    Merci IBK pour avoir renouveler la confiance avec les différents partenaires

  21. Ce prĂȘt va permettre Ă  notre pays de financer des projets de dĂ©veloppement pour le pays.
    En mon sens c’est une bonne chose qui va permettre de soutenir l’Ă©tat dans ses tĂąches toujours pour le bonheur de la population.
    Merci au FMI pour sa confiance en nos autoritĂ©s et merci aussi au ministre Igor pour ses actions en faveur du bien-ĂȘtre des populations.

  22. C’est la relance Ă©conomique qui est importante pour notre pays car on a besoin surtout des compĂ©tents pour servir le pays en hĂ©ritant d’une caisse vide donc il faut les travailleurs
    IBK a vraiment réussi son pari
    Merci président

  23. IBK s’est fixĂ© un objectif dont pour atteindre cet objectif il faut faire appel Ă  des hommes compĂ©tents et dynamiques tel que THIAM, IGOR DIARRA, le DG de la douane et autres.
    Abat la corruption et c’est le Mali qui gagne.
    Ils sont Ă  saluer le travail abattu

  24. C’est la rĂ©compense d’un travail de longue halĂšne car il avait affirmĂ© que le taux de croissance prĂ©vu pour 2016 s’établirait Ă  5,4 %. Une projection rendue largement possible par la signature de l’accord pour la paix et la rĂ©conciliation au Mali, le rĂ©tablissement progressif de la sĂ©curitĂ©

  25. Encore un coup de pari réussi par IBK et son jeune talentueux et dynamique ministre des finances Igor.
    Nous sommes satisfait de ses efforts inlassables pour le redressement de notre Ă©conomie

    • Combien de personnes voudront bien reconnaitre ces exploits??? 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8)
      Ils ont (une haine pour ne pas dire une jalousie) maladive envers les autoritĂ©s de ce pays qui voient leurs efforts couronnĂ©s de succĂšs. 😛 😛 😛 😀 😀 😀 😛 😀
      Mais nous constatons les avancĂ©es et c’est le plus important; le reste on s’en fout! 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄

      • Que ces aigris reconnaissent cet exploit ou pas,cela n’a aucune importance.
        Le plus important,c’est que les maliens capables de discernement voient et sentent tout ce que ce pouvoir fait pour notre bien ĂȘtre.
        Merci prĂ©sident…

Comments are closed.