Afri’actu : France-Sahel : un divorce à consommer

9

“Nos interventions doivent être mieux limitées dans le temps et ce, dès le début, nous n’avons pas à rester engagés sans limite de temps dans des opérations extérieures. C’est aussi pour cette raison que j’ai décidé, en concertation avec nos partenaires, d’officialiser aujourd’hui la fin de l’opération Barkhane », déclarait, en début du mois de novembre 2022, le président français.  En français facile : la France, présente au Sahel depuis huit ans, met officiellement fin à sa présence militaire au Sahel. Mais pouvait-elle faire autrement, alors que l’opération Barkhane était quasiment devenue inopérante depuis février, date à laquelle la France a annoncé son retrait militaire du Mali (où résidait la quasi-totalité de son effectif) ?

Au lieu d’une coopération militaire sincère et constructive avec l’armée malienne, les militaires de Barkhane  ont préféré  s’allier, au septentrion, à des milices locales comme le Mouvement pour le salut de l’Azawad (MSA) et le Groupe d’autodéfense touareg imghad  et alliés (GATIA), accusées par plusieurs sources d’avoir commis des massacres contre des civils. Cette coopération qui s’est manifestée par des opérations conjointes dans la zone frontalière entre le Mali et le Niger à partir de juin 2017, n’avait fait qu’attiser les tensions communautaires.  Encore qu’au Centre du Mali, la Force Barkhane n’a jamais pu empêcher les terroristes de sévir sur les populations locales.  L’un dans l’autre, il était difficile aux maliens de comprendre le bien-fondé de la présence militaire française dans leur pays. D’où son rejet par une majorité de maliens.

Le cas du Mali n’est cependant pas spécifique. Vu que l’hostilité des populations sahéliennes à l’égard de la politique africaine de la France (notamment sa coopération militaire) est croissante, on ne peut plus claire. Du Mali au Burkina en passant par le Niger et le Tchad, les populations sahéliennes ne cessent de manifester pour contraindre leurs gouvernements à rompre militairement avec l’ancienne puissance coloniale.  La dernière manifestation en date exigeant le départ des troupes françaises, s’est déroulée le vendredi 18 courant au Burkina Faso. A chaque fois, les manifestants réclament la diversification de la coopération militaire avec d’autres pays, notamment la Russie.

Pour nombre d’analystes politiques, la France n’a guère d’autre choix que de reconnaître l’échec de son opération militaire Barkhane. Laquelle n’a pu répondre, en huit  ans de présence avec un effectif de plus de cinq mille soldats,   à son objectif  initial :   stopper la propagation  du terrorisme au Sahel. Au contraire, non seulement le terrorisme s’y est propagé mais, il y est devenu endémique.

Ce sont des raisons objectives qui démontrent que le mariage du couple Sahel-France doit cesser d’exister. Le divorce doit être consommé. Ce, afin que le Sahel puisse devenir polyandrique. Ainsi, les pays du Sahel pourront avoir toute la latitude de faire leur choix entre la coopération militaire russe, chinoise, turque ou autres !

Gaoussou Madani Traoré

Commentaires via Facebook :

9 COMMENTAIRES

  1. Je ne comprends pas ce genre d’article qui encore une fois conclu que nous sommes des incapables et devons trouver des tuteurs pour se battre à notre place. C’est déprimant de constater que nombre de maliens voient le salut uniquement à travers les Russes, Chinois ou Turcs.

    • Mais depuis 1960 que tu es entre les mains de la maudite France quel est le résultat de cette relation d’exploitation! Que vive un Mali libre, indépendant et prospère!

  2. A divorce between NATO France plus Sahel nations is in all best interest. It forces Negroid Africans to be self reliance under merciless unstoppable accelerating Global Warming that give no second chances.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  3. sangare, tu es un veritable MALANKOLON DEN qui ne comprend absolument rien a la realite, nous disons adieu la maudite France, adieu la maudite FrancAfrique et adieu la maudite francophonie. Sais-tu que Kidal a ete cree par la maudite France? Faso mandjugu den!

  4. Ce n’est pas une question de divorce mais de veritable liberation et de souveraineté, adieu la maudite France et adieu la FrancAfrique et la Francophonie.

    • Alors arrête d’être un FOUGARIDEN pour chasser les séparatistes de Kidal.
      La “véritable libération et de souveraineté”,c’est de libérer kidal de la domination des SÉPARATO-JIHADISTES.
      Barkane a disparu,mais la France est toujours là.
      Les séparatistes installés à kidal sont la France.
      Ça veut dire que la France est représentée dans le gouvernement malien et au niveau du CNT.
      Un inculte genre kinguiranke le dérangé est incapable de comprendre ainsi!!!

    • fils de p’tue d’esclave guiranke, ton autre maître le dernier des dogons, nouhoun togo est en prison. Tu dis quoi dans ca.

      • In plain language marriage of french NATO to Sahel nations especially Mali have been one of evil trickery causing murder, rape, kidnapping, robbery plus property destruction of those who are innocent. It have been marriage where primary figures are drug addicts or become drug addicts as result of opposing goodness they believed they should be spreading. It have been marriage where those desiring to keep it is worthy of death at this moment. It have been marriage unfit for humans plus should have ended long ago. It’s existence to it’s ongoing steps plus stages destruction at this point proof power of somewhat loosely organized but quickly becoming greater Negroid African Self Reliance Movement. That movement having real time communication will deliver Negroid Africa to safety away from evil plus clever french NATO group to comfortable world class modern living conditions under unstoppable accelerating Global Warming or it is not feasible.
        Henry Author Price Jr aka Kankan

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here