OMVS. La Mauritanie prend la présidence, la Guinée suspend sa participation

1

L’Organisation pour la Mise en Valeur du fleuve Sénégal (OMVS) a tenu, ce mardi 18 juillet 2023, sa 19e session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement. C’était sous la présidence du Colonel Assimi Goïta, président en exercice sortant de l’OMVS. Les décisions prises lors de cette rencontre n’ont pas été du goût de la Guinée. Conakry suspend sa participation à l’organisation.

Le communiqué lu à la télévision nationale de Guinée et publié sur la page officielle de la présidence. Le Colonel Mahamadou Doumbouya n’entend pas faire les choses à moitié. Dans le document signé par le Secrétaire général de la présidence, on peut lire : « le Gouvernement de la République de Guinée décide, à compter de ce jour, 18 juillet 2023, de suspendre sa participation à l’OMVS ».

 Selon le Gouvernement guinéen, ses « préoccupations et ses intérêts stratégiques » ne sont pas toujours pris en compte au sein de l’OMVS depuis sa création. Ainsi, par cette suspension de participation, la Guinée « tient à être respectée » par les organisations auxquelles elle appartient. 

A l’issue de la 19e session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’OMVS, la Guinée dénonce deux faits. D’abord, le « retard considérable » dans le financement du barrage hydroélectrique de Koukoutamba, dans la préfecture de Tougué (région de Labé). Nous sommes en 2017, sous la direction de Kobiné Komara, à l’époque Haut-commissaire, l’OVMS annonce la construction de deux barrages hydroélectriques. Celui de Gouina (140 MW) au Mali et celui de Koukoutamba (300 MW) en Guinée. Six ans plus tard, Gouina est opérationnel, Koukoutamba pas encore.

 Aussi, la Guinée dénonce sa sous-représentativité au sein des instances de décision de l’OMVS. En effet, à la fin des travaux de la 19e session de la Conférence des Chefs d’État et de Gouvernement, le Colonel Assimi Goïta a passé la présidence à Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, Président de la Mauritanie. Aussi, Bintou Camara, le nouveau ministre malien de l’Énergie et de l’Eau a pris la présidence du Conseil des ministres de l’OMVS.

Guinée… deuxième retrait !

La Guinée n’est pas à sa première défection au sein de l’OMVS.  Mars 1968, les présidents Léopold Sédar Senghor du Sénégal, Mouctar Ould Dada de la Mauritanie, Modibo Keïta du Mali et Ahmed Sékou Touré de la Guinée ont créé l’OERS (Organisation des Etats riverains du fleuve Sénégal), aujourd’hui appelée OMVS. La Guinée va se retirer de l’organisation en novembre 1970, officiellement suite à l’ « agression portugaise ». Plus de 30 ans après, soit en mars 2006, le pays retrouve ses pairs pour « sauver le fleuve Sénégal ».

Mamadou TOGOLA/maliweb.net

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. In dealing with issues of Senegal river we must give utmost consideration to unstoppable accelerated Global Warming plus how it will alter river ability to maintain dams built or to be built.
    As for Guinea I pledge 100% support in having Guinea duly recognized plus addressed by OMVS. Guinea complaints should be addressed to fullest plus met with due action.
    Henry author Price Jr. aka Kankan

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Leave the field below empty!