10 ans du Fonds français de Muskoka au Mali : des résultats beaucoup plus satisfaisants

1

Dans le cadre de la célébration du 10e anniversaire du Fonds français de Muskoka (FFM), le ministère de la Santé et du Développement social et ses partenaires, ont organisé le jeudi 13 octobre, une conférence de presse à la direction régionale de Santé de Sikasso. Objectif : faire le point non seulement des activités réalisées sur le FFM mais aussi des résultats obtenus en santé de la reproduction, maternelle, néonatale, infantile et des adolescentes et la Nutrition (SRMNIA-Nut). C’était sous l’égide du Hamadoun Dicko, conseiller technique au ministère de la Santé et du Développement social.

L’objectif du Fonds Français de Muskoka (FFM) est de contribuer d’une façon complémentaire et synergique à la réduction de la mortalité et la morbidité maternelle, néonatale et infanto-juvénile dans les pays cibles (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée, Mali, Niger, Sénégal, Tchad et Togo), grâce à la mise en œuvre d’un groupe d’interventions de santé à haut impact, dans le cadre de la continuité des soins. Il s’agit d’améliorer les indicateurs dans les domaines suivants : Santé Maternelle, Néonatale et Infantile ; Santé Sexuelle et de la Reproduction des Jeunes et des Adolescents, Planification familiale, Nutrition.

« Le FFM agit en mobilisant les avantages comparatifs et en coordonnant les expertises complémentaires de quatre agences des Nations Unies (OMS, ONU Femmes, UNFPA et UNICEF) », a rappelé Hamadoun Dicko, conseiller technique au ministère de la Santé et du Développement social. La célébration des 10 ans du Fonds Français Muskoka est, selon la représentante du bureau de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) au Mali, l’occasion de dresser le bilan des progrès réalisés en santé de la reproduction, maternelle, néonatale, infantile et des adolescentes et la Nutrition (SRMNIA-Nut).

De 2011 à 2021, plus de 144 millions d’euros alloués aux agences de l’ONU dans le cadre du Fonds Français Muskoka

Dr Téssougué Fatoumata Cissé a souligné que le taux de grossesse chez les adolescentes en Afrique de l’Ouest et du Centre est de deux fois supérieur à la moyenne mondiale. « Chaque année dans les 9 pays soutenus par le Fonds Français Muskoka, environ 30 000 décès maternels et plus de 80 000 mort-nés sont enregistrés, dus à une prise en charge inadéquate lors de la grossesse, de l’accouchement ou du post partum », a rappelé Dr Téssougué Fatoumata Cissé.

De 2011 à 2021, plus de 144 millions d’euros ont été alloués aux agences de l’ONU dans le cadre du Fonds Français Muskoka. Depuis 2017, pour des raisons de convergences, d’efficience et d’efficacité en accord avec le secteur de la santé, les quatre agences ont décidé d’appuyer la région de Sikasso notamment les districts sanitaires de Bougouni Koutiala et Sikasso. Ce choix a été soutenu par le niveau élevé des indicateurs dont le taux de la malnutrition chronique qui s’élevait à 31%.

Les résultats des réalisations sont satisfaisants dans tous les domaines d’intervention du fonds.  Au nombre desquelles, Dr Aïssata Baya Sidibé, chargée de la santé de la reproduction à la direction régionale de la santé, a cité : le renforcement du plateau technique : 32 structures soins obstétricaux néonataux d’Urgence (Sonu) dans la région, la dotation en tables chauffantes, moto ambulance, couveuse, monitor… ; Le déploiement de quatre sages-femmes dans les centres de santé communautaire, la dotation de quatre CSCom en moto-ambulance pour la référence-évacuation.

Autres résultats obtenus : le renforcement de compétence des pairs éducateurs, enseignants, élèves, prestataires de santé, leaders communautaires ; mise en place de 27 espaces sûrs ; Mise en place de 300 groupes de soutien aux activités de la nutrition pour la prévention de la mal nutrition, Formation des prestataires, enseignants/pédiatres sur les normes de la croissance de l’OMS ; Elaboration du plan stratégique de SERMINIA-Nut 2020-2024.

En juin 2021, le gouvernement français s’est de nouveau engagé jusqu’à la fin 2026 à hauteur 10 d’euros par en faveur du FFM

A titre de rappel, c’est lors de la réunion du G8 en 2010 à Muskoka (Canada, 25-26 juin 2010), la France réaffirme la France son engagement pour la santé des femmes, des enfants, des jeunes et adolescents (es) et la promotion de leurs droits fondamentaux dans le monde en consacrant 500 millions d’Euros supplémentaires sur cinq ans pour accélérer l’atteinte des objectifs du Millénaire pour le développement n°04 (réduction de la mortalité infantile) et 5 (amélioration de la santé maternelle).

Initialement prévu pour cinq ans, le FFM a été renouvelé pour deux années (2017-2018) puis pour cinq ans (2018-2022) à hauteur de 10 millions d’euros par an en renforçant l’appui envers les jeunes et le volet nutrition. En juin 2021, lors du forum génération Egalité, le gouvernement français s’est de nouveau engagé officiellement jusqu’à la fin 2026 à hauteur 10 d’euros par en faveur du FFM.

Abdrahamane SISSOKO/Maliweb.net

Envoyé spécial à Sikasso

 

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Incroyable encore un horrible complot français pour améliorer la natalité au mali….

    Sérieux pourquoi on donne du fric à un peuple qui nous déteste ?
    Et qui nous crache à la gueule ?

    Faudrait couper ces dépenses et les réserver aux français…
    Et faire un grand bras d’honneur aux maliens qui ont qu’à demander à leur colonisateur russe

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here