Le groupe Achcar va bientôt installer deux huileries à Koulikoro : De l’espoir chez les ex-travailleurs de l’HUICOMA

0
Le ministre du commerce  et de l'industrie
Le ministre du commerce et de l’industrie11

Cette situation de tragédie va bientôt appartenir à l’histoire, puisque le groupe Achcar va bientôt construire dans la ville 2 nouvelles unités industrielles de transformation du coton graine.

Une convention d’établissement a été signée dans ce sens, le vendredi 19 juin 2015, au ministère du Commerce et de l’Industrie. C’était en présence du ministre Abdel Karim Konaté et des représentants des organisations industrielles.

D’un coût de 6 milliards de FCFA, ces unités industrielles auront une capacité de transformation de 60 000 tonnes de coton graine pour leurs deux premières années d’activité. A la même période, elles emploieront au total 300 personnes et produiront aussi de l’aliment bétail pour le cheptel de notre pays.

Au-delà de ces productions, le principal point de satisfaction de la construction de ces usines reste sans doute l’assurance donnée par leur initiateur de ne recruter, en grande partie, que parmi les ex-travailleurs de l’Huilerie Cotonnière du Mali.

Un ouf de soulagement pour des centaines de chefs de familles, qui avaient perdu tout espoir après la faillite de l’HUICOMA. Cela, grâce à l’instance du ministre Abdel Karim Konaté, qui s’est personnellement impliqué pour défendre cette cause.

Abdel Karim Konaté ne s’est pas limité à cela. Il a tenu à échanger avec les ex-travailleurs de l’HUICOMA pour leur demander de considérer comme leur le nouveau bébé, qui va certainement permettre à Koulikoro de retrouver sa splendeur d’antan par la relance des activités économiques.

Les représentants des organisations industrielles et les chefs d’entreprises présents ont mis à profit la cérémonie pour saluer l’idée de la construction de ces usines, qui ne fera qu’augmenter le parc industriel du Mali. L’occasion était toute trouvée pour eux pour demander une fois de plus l’engagement du Gouvernement contre certains maux du secteur, comme la fraude.

Sur cette question, le ministre Abdel Karim Konaté n’a pas fait dans la langue de bois. Il a longuement expliqué que cette question était l’affaire de tous et souligné l’engagement de son département ne ferait pas défaut.

A l’en croire, déjà, une première opération dans ce sens a permis la fermeture d’une quarantaine d’usines, sur toute l’étendue du territoire.

Yaya Samaké  

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER