Industrie : Les activités de LANA S.A à Kayes suspendues à cause de la lourdeur administrative

0

La société  de manufacturation LANA S.A peine à démarrer ses  activités dans la commune de Sadiola  à cause d’une décision du Ministère des mines et du pétrole.  Malgré que l’entreprise soudanaise de droit malien ait signé une convention avec le Ministère de l’Industrie et de l’investissement, il y a deux ans.

-Maliweb.net-  Devant la presse, le jeudi dernier, les responsables de cette société industrielle  ont exprimé leur stupéfaction  suite à l’ordre du département des Mines et du Pétrole de suspendre leurs activités.  Ils affirment avoir  investis  plus 2,6 milliards  FCFA au Mali dans la région de Kayes pour la transformation des déchets d’orpaillages en  engrais et l’extraction des résidus d’or.  Installée légalement au Mali  suite à la signature  d’une convention en   2018 avec le ministère de l’Industrie et de l’Investissement, l’entreprise se demande comment une décision d’un département ministériel peut  suspendre  un engagement  pris par un autre ministère du même pays.

A en croire le conférencier, Ben Sidi Ahmed Elkadi Mohamed Mahmoud, tout serait parti  par l’interpellation  Ministre de l’Environnement et du Développement durable   lors de  l’édition précédente de l’Espace d’Interpellation Démocratique par une tiers personne  de la commune de Sadiola qui accuse la Société LANA s.a  de  s’être rendue responsable de la pollution de l’environnement  par l’entassement des déchets d’orpaillage sur son site.   C’est ainsi  que  le  du ministre Housseini Amion Guindo s’est rendu  avec les autorités régionales ; il y a quelques jours, sur le site de l’entreprise pour vérifier la véracité  des accusations qu’on porte sur la dite société.   Sur place, l’hôte du jour s’est rendu compte que  la société respecte les normes environnementales contrairement à ce qui ait affirmé,  l’entreprise   traite les déchets d’orpaillage traditionnel  en décontaminant  les graviers contenant de la cyanure.

En suite, elle extrait les résidus d’or de ces déchets puis les  transforme en  engrais qui pourront être utilisés par les cultivateurs. Le conférencier se dit surpris qu’à peine  les installations de l’usine faite,  le Ministre des Mines a sommé la société de  suspendre les travaux. Pour cause,   elle voudrait que  leurs activités soient soumises au code minier.  Les responsables de l’entreprise se plaignent et soutiennent qu’ils ne font  ni l’orpaillage, ni l’extraction minière.  Leur travail, ont-ils déclaré, consiste à  acheter des déchets avec les orpailleurs, la mairie, qu’ils traitent  pour récupérer les  résidus  en transformant aussi ces déchets  en engrais.  Le conférencier de la société LANA S.A se défend en hissant une convention signée légalement avec le gouvernement qui l’engage à mener cette activité.  « Plusieurs de nos équipements en cours d’acheminement sont bloqués à la douane.  LANA S.A est une société  industrielle qui ne fait pas  de la mine », a-t-il insisté.

Un milliard de tonnes de déchets d’orpaillages à Kayes

Et le conférencier de poursuivre que LANA S.A s’est installé en commun accord avec les autorités maliennes qui, d’ailleurs, ont envoyé une mission d’étude  sur terrain au Soudan pour prouver l’effectivité du projet.   Malgré ce retard accusé,  la société s’est apparemment réservée le droit de saisir les  juridictions maliennes ou  régionales pour que l’Etat Malien lui remette dans ses droits.  Elle dit privilégier  le dialogue et la diplomatie pour palier à cette incompréhension  pour trouver un dénouement heureux de cette affaire. L’entreprise prévoit 500 emplois directs et des centaines d’emplois indirects uniquement dans son unité de Kayes.  Selon un expert au ministère de l’environnement, ce ne sont pas les matières premières qui manquent à l’entreprise au Mali.  A l’en croire, rien que dans la région de Kayes, il existe plus d’un milliard de tonne de déchets d’orpaillages.

Siaka DIAMOUETNE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here