Orange en grand danger ? Des jeunes veulent boycotter ses produits

9

Pour exprimer leur mécontentement par rapport à ce qu’ils considèrent comme une arnaque, des jeunes Maliens ont créé une page facebook dénommée ” Stop aux arnaques de Orange Mali” et qui compte à ce jour 13 000 membres; ces jeunes  projettent d’organiser le boycott  des produits d’Orange à partir du 1er décembre 2015 avec le slogan : “STOP aux arnaques d’orange-Mali”. Nous avons rencontré l’initiatrice du projet, Christel Astou Cissé, avec deux autres membres de son groupe: Chist Anselme Kama, le chargé de communication, et Lalia Sanogo, chargée des relations extérieures.

 

Des tarifs trop chers et un service médiocre

Pour Christel Astou Cissé, elle s’est inquiétée le jour où elle a pris 1Go de connexion Orange au prix de 7500 FCFA. Après avoir visionné une vidéo de 9 mn, et utilisé une connexion simple pendant 3 heures, l’opérateur lui a signifié la fin de son forfait. Elle ne pouvait donc plus se connecter, faute de crédits. Elle juge la chose inadmissible car, à ses dires, la création le Mali est le seul pays de la sous-région où des crédits de connexion peuvent filer à une telle vitesse. “Orange-Mali est trois fois plus chère que les autres réseaux Orange de la sous-région!”, peste-t-elle. Elle estime avoir constaté un énorme fossé entre les prix et la qualité des services d’Orange-Mali avec les mêmes prix et services dans les autres Etats de la sous-région. À titre d’exemple, elle  cite le Sénégal  (500 MO vendus à 2000 Fcfa avec un très bon débit) et le Niger (500 MO vendus à 500 Fcfa un débit bon). Or, au Mali, Orange-Mali vend  500 MO à 4.700 FCFA avec un débit médiocre ! Pour toutes ces raisons, Christel Astou Cissé et ses amis organisent un boycott des produits d’Orange pour contraindre l’entreprise à revoir considérablement à la baisse ses tarifs et à améliorer la qualité de la connexion qu’elle offre aux Maliens.

 

Mode de boycott

 

Pourquoi avoir choisi les réseaux sociaux pour se faire entendre ? Christel Astou Cissé répond que ces réseaux sont le lieu de rencontres et d’échanges d’un très grand nombre de personnes à travers le monde. Dans le cadre du boycott projeté, les jeunes protestataires appelleront les Maliens à retirer pendant 24 heures leurs puces Orange-Mali de leur téléphone et à débrancher leur connexion internet Orange-Mali. Un tel boycott, s’il était suivi, pourrait générer de très grosses pertes financières chez l’opérateur de télécommunications et sonner la naissance d’un grand mouvement de défense des consommateurs maliens.

 

Abdoulaye Koné

PARTAGER

9 COMMENTAIRES

  1. je l'avais suggerer il y a de cela qqs jrs car seul le droit des consommateurs maliens est foulé au pied au vue et au sus des autorités. je suis le premier à oter ma puce. Bon courage tout commence par un.

  2. je suis a 1000% d’accord avec vous, moi qui suis en Guinee je vois une tres grande difference, je soutiens encourange cette initiatives. 😈 😈 😈 😈

Comments are closed.