Edito :Le Mali souffre d’une crise de leadership politique

3

Le Mali est désormais à un tournant très décisif, voire historique de sa vie politique depuis la prise du pouvoir par une junte militaire le 18 Août 2020. Le coup d’Etat, puisque c’est de cela qu’il s’agit, a fini par discréditer la classe politique, nouvelle comme ancienne, au point que l’opinion publique pense que nul,  parmi les leaders politiques, ne jouit d’une certaine crédibilité pour diriger la transition.Pour avoir été déçue par la classe politique toutes tendances confondues, une très grande frange de l’opinion nationale  est  favorable à la gestion de la transition par les militaires, ne serait-ce que pour mettre de l’ordre et assainir l’administration. Qu’est qui pourrait expliquer cette grande désillusion des citoyens maliens  vis-à-vis de leur classe politique ? Sont-ils tous corrompus au point de ne pas leur faire confiance ? Le Mali souffre-t-il véritablement d’une crise de leadership politique ?

Le coup d’Etat ou coup de grâce  perpétré par Assimi Goita et ses compagnons d’armes du CNSP, comme d’ailleurs celui du capitaine Amadou Haya Sanogo et ses frères d’armes du CNRDRE en 2012, ont mis à nu toutes les tares de la classe politique malienne.Et pourtant,  qu’on ne  se méprenne point sur la gestion d’un pays est l’affaire des hommes politiques.Deux raisons fondamentales pourraient expliquer le discrédit des hommes politiques maliens. D’abord l’appât du gain facile. Ils sont très nombreux  pour ne pas dire tous à être  inconstants et ne changent qu’en fonction de la direction du vent, foulant ainsi au pied la morale, l’éthique et la conviction. Sinon, comment comprendre que ceux qui se sont battus corps  et âme pour que l’ancien Président de la République, IBK, ne tombe pas, puissent être au premier rang dans la salle où il était  question de parler de l’après IBK et de sa gestion calamiteuse du pays ?Pour rappel,Il n’y a pas que du côté des IBKistes qu’on constate cette indignité,mais même du côté du M5 RFP, ce mouvement qui a fait rêver le peuple malien par la noblesse de son combat, est en train de mourir de sa belle mort à cause des contradictions, des dissensions  et des calculs politiciens de ses leaders. Les responsables du M5 RFP, excepté l’Imam Dicko, sont à Hue et à Dia sur qui doit gérer la transition. Pour certains opportunistes, il faut laisser les militaires la diriger, même si le peuple va en pâtir. Par contre, pour d’autres, il faut un civil conformément à la charte de la CEDEAO à laquelle le Mali a volontairement souscrit.La deuxième raison fondamentale du discrédit des hommes politiques maliens est leur versatilité. Jamais la politique n’a autant été synonyme de mensonge, de retournement de veste, de trahison, d’inconstance, que sous l’ère démocratique. Les hommes politiques ont foulé aux pieds toutes les  valeurs de probité, de droiture, d’honnêteté, d’amour pour la patrie pour n’être guidés que par la seule volonté de se servir. En se comportant ainsi ils feignent d’oublier qu’ils sont observés de près par le peuple. Le chat échaudé craignant l’eau froide, le peuple malien en a marre de sa classe politique qui l’a longtemps floué, d’où sa volonté de permettre aux militaires de gérer la transition quel que soit les conséquences.

En somme, le rêve suscité par le Mouvement du 5 juin Rassemblement des Forces patriotiques est en passe de devenir une immenseillusion, car c’est un M5 RFP affaibli par  les désaccords internes entre ses leaders et divisé sur la question essentielle, qui est :qui doit diriger la transition et qui a  participé aux concertations nationales.

Youssouf Sissoko

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Tant qu’on ne comprendra pas que c’est la société qui est en cause expliquant cette crise de leadership,le Mali continuera à connaître l’humiliation effrénée.
    LA SOCIÉTÉ A ÉTÉ FAÇONNÉE POUR PRIVILÉGIER LA PRIMAUTÉ DE L’INTÉRÊT INDIVIDUEL.
    A partir du 19 novembre 1968,un processus de RÉINITIALISATION de la mentalité malienne, façonnée par plusieurs années de colonisation française,a été stoppée net.
    Il s’agissait de privilégier L’INTÉRÊT GÉNÉRAL en donnant la PRIMAUTÉ à l’émergence de l’AMBITION AFRICAINE face au néocolonialisme français.
    Une VISION POLITIQUE qui écrasait toute ambition de prioriser ses INTÉRÊTS INDIVIDUELS.
    Le coup d’État du 19 novembre 1968 a mis fin à cette AMBITION AFRICAINE pour une soumission aux exigences NÉOCOLONIALISTES de la France.
    Sans ambition basée sur une conviction avérée, les intérêts individuels se mettent en place.
    De génération en génération, la PRIMAUTÉ de l’intérêt INDIVIDUEL devient la règle, celle de l’intérêt GÉNÉRAL l’exception.
    CEUX QUI DÉFENDENT L’INTÉRÊT GÉNÉRAL SONT NATURELLEMENT MINORITAIRES.
    Ce qui explique cette crise de leadership qui ne veut pas dire que les leaders sûrs n’existent pas.
    FAIRE LE CHOIX DE L’HOMME POLITIQUE PAR RAPPORT À SES INTÉRÊTS PERSONNELS, NON EN FONCTION DE L’AMBITION QU’ON NOURRIT POUR SON PAYS CRÉE CE CHANGEMENT DE POSITIONNEMENT HONTEUX.
    Il n’y a personne pour défendre le bilan D’ALPHA OUMAR KONARE, ni D’ATT, encore moins d’IBK du fait qu’ils n’ont pas été supportés et accompagnés pour les ambitions qu’ils nourrissaient pour le pays, mais pour la possibilité de profiter des deniers publics pendant leurs exercices du pouvoir.
    Des manipulations politiques sont régulièrement exercées pour dénigrer régulièrement ceux (SOUMAILA CISSE sous AOK, MODIBO SIDIBE sous ATT)qui agissent pour satisfaire l’intérêt général.
    À chaque fois qu’ils sont mieux placés, une coalition est formée pour les écarter.
    Il en a été ainsi pour élire ATT et IBK qu’on savait très favorables au MOUSSALAHA.
    Les mêmes manipulations continuent pour favoriser un des leurs.
    Elles vont réussir car c’est la société qui est façonnée à faire en sorte que chacun pense à ses intérêts individuels au détriment de l’intérêt général.
    Tous ceux qui ont une ambition certaine de favoriser l’assainissement du fonctionnement de l’État sont combattus.
    Par hypocrisie les grands mots d’assainissement sont prononcés sans être une ambition partagée.
    Que la France s’y mêle rend encore très difficile le combat des patriotes.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

  2. Mwalimou Moussolou'man. TROUBLE MENTAL PAS TROUBLE DE LEADERSHIP, DEPUIS DES SIECLES DEJA.

    https://www.youtube.com/watch?v=w5JuE53sM2o

    TROUBLE MENTAL PAS TROUBLE DE LEADERSHIP, DEPUIS DES SIECLES DEJA. ON VOUS VIOLE ON VOUS VOLE ON VOUS VIOLENTE, DE QUEL TROUBLES ENCORE VOUS NOUS PARLEZ? VOS VOISINS VOUS VOLENT VOS TERRES DEPUIS DES SIECLES VOS VOISINS VIOLENT VOS FEMMES ET VOS FILLES DEPUIS DES SIECLES, VOS VOISINS VOUS VIOLENTENT DEPUIS DES SIECLES!

    QUEL TROUBLE ENCORE? LA L A C H E T E E !

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here