Attribution des bourses : le Pr. Abdoulaye Salim Cissé joue la carte de la transparence

2

Le Directeur général de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, le Pr. Abdoulaye Salim Cissé, a animé un point de presse, le samedi 19 décembre, à la Direction générale de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Où il a expliqué le processus d’attribution des bourses d’études afin de lever toute équivoque.

maliweb.net -«S’il y a vente de bourses, on les vend avec la moyenne obtenue. Le prix, c’est uniquement la moyenne obtenue au baccalauréat. Il n’y a pas d’autres prix et les gens sont classés en fonction de la moyenne obtenue au baccalauréat. Et rien que la moyenne obtenue au baccalauréat». Ce sont les propos du Directeur général de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Pr. Abdoulaye Salim Cissé. Une manière pour lui de couper court aux rumeurs et de lever toute équivoque.

Tous les ans, assure-t-il, beaucoup de pays amis du Mali comme la France, l’Algérie, la Tunisie et le Maroc octroient des bourses d’études aux nouveaux bacheliers maliens. Mais à cause de la situation sanitaire que vit actuellement notre planète, seul le dernier pays cité a donné 150 bourses d’études qui doivent être réparties entre tous les admis au baccalauréat de la session d’octobre 2020.

Depuis la publication des résultats, précise-il, le ministre Amadou Kéïta a dit de faire en sorte que l’attribution des bourses soit traçable et vérifiable. Il a indiqué que contrairement aux années précédentes, cette année, seuls les bacheliers qui ont reçu les mentions «Bien», «Très Bien» et «Excellent» ont été appelés. Ces derniers sont au nombre de 332 personnes, alors qu’il n’y a que 150 bourses disponibles.

Faut-il le signaler, dans un premier communiqué, Pr. Abdoulaye Salim Cissé avait déclaré qui pouvait faire acte de candidature tout bachelier malien régulier de la session d’octobre 2020, âgé de 23 ans au plus, et ayant obtenu au moins la mention Bien. Ainsi, les 150 bourses se répartissent comme suit : 60 pour les séries TSE (Terminale Sciences Exactes) et STI (Sciences et Technologies Industrielles), 50 pour la série TSEXP (Terminale Sciences expérimentales), 20 pour les séries TSCO et STG (Sciences et Technologies de Gestion) et enfin les 20 autres seront partagées entre les séries littéraires et sociales. Il s’agit des séries TLL (Terminale Langues et Littérature) et TAL (Terminale Arts et Lettres) et TSS (Terminale Sciences Sociales).

À la date de clôture du dépôt des candidatures, 270 dossiers de candidatures ont été reçus dont 62 candidatures féminines. Après le traitement des dossiers, une liste a été établie. Ainsi, en série TSE, ce sont 47 garçons et 7 filles qui ont été présélectionnés ; en série STI il y a 6 garçons ; en série TSEXP, il y a 33 garçons et 7 filles.

En série TSCO, il y a 8 garçons et 2 filles ; en série STG, il y a 4 garçons et 6 filles ; en série TLL, il y a 17 garçons et 3 filles, et dans les deux autres séries (TAL et TSS), les moyennes étaient au-dessous du critère établi. Du coup, personne n’a été pris dans ces deux séries.

De façon globale, 115 garçons et 35 filles ont été présélectionnés. Le Pr. Cissé a conclu en rappelant que l’attribution des bourses se fait toujours et uniquement sur ordre de mérite. «Le ministre Amadou Kéïta a d’ailleurs insisté sur ce point», a-t-il précisé.

Fadiala N. Dembélé/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Si je comprends bien la France donne 150 bourses au Mali. Je pense que notre orgueil de malien doit nous amener à refuser ces bourses du colon France. Refusons que la France continue de coloniser nos élites en les endoctrinant des ses écoles.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here