Invalidation de 14 listes de candidature de l’Urd : «Ces invalidations constituent une injustice flagrante,» dixit Coulibaly Kadiatou Samaké

À la fin du contentieux électoral, l'Urd, seule, sur une centaine de partis politiques en compétition, a eu 14 listes de candidatures invalidées, soit près de 20% du total des listes invalidées.

0

À la fin du contentieux électoral, l’Urd, seule, sur une centaine de partis politiques en compétition, a eu 14 listes de candidatures invalidées, soit près de 20% du total des listes invalidées. Le parti se retrouve ainsi avec 646 listes en compétition et 7239 candidats. 

La vice-présidente de l’Urd, chargée des questions électorales, Coulibaly Kadiatou Samaké, a, à la faveur d’une conférence de presse, dénoncé ces invalidations qui constituent, selon elle, une injustice flagrante, intolérable et une atteinte grave à la démocratie. C’était le jeudi 10 novembre 2016 au siège de l’Urd.

À cette conférence de presse, la vice-présidente, chargée des questions électorales, Coulibaly Kadiatou Samaké, était accompagnée de Me Demba Traoré et de Befon Cissé, Secrétaire politique.

Selon la conférencière, Coulibaly Kadiatou Samaké, le ministère de l’Administration territoriale a fait le point aux partis politiques. Il en ressort que 2581 listes propres de partis politiques, 1416 listes de regroupements de partis politiques et 125 listes indépendantes ont été déposées pour ces élections, soit au total 4122 listes de candidatures déposées dans 688 communes. Elle dira que, selon le ministre toujours, 324 recours ont été déposés devant les juges civils, 31 listes ont été invalidées par les juges d’instance dont les décisions n’ont pas fait objet d’appel ; 44 listes ont été annulées en Appel, soit un total de 75 listes invalidées. Ce qui fait que 4047 listes sont en compétition.

Au niveau de l’Urd, Coulibaly Kadiatou Samaké a signalé que son parti a déposé 266 listes propres et il est en alliance sur 394 listes, soit au total 660 listes déposées dans 660 communes. Elle dira qu’au terme du contentieux électoral, l’Urd, seule, sur une centaine de partis politiques en compétition, a eu 14 listes de candidatures invalidées, soit près de 20% des listes invalidées. Ce qui fait que le parti se retrouve avec 646 listes en compétition et 7239 candidats.

Aux dires de la conférencière, 9 listes ont été invalidées dans la région de Mopti ; 3 listes dans la région de Ségou.  Pour la région de Koulikoro, elle a expliqué que la liste Urd-Cnas Faso Hèrè de la commune de Nyamina a été invalidée, au motif qu’une candidate se trouvait sur la liste et en même temps sur la liste Rpm. Dans la région de Tombouctou, à en croire toujours Coulibaly Kadiatou Samaké, la liste Urd, reconnue par le parti dans la commune de Douékiré, cercle de Goundam, a été invalidée au profit de la liste dissidente Urd.

Sur les 14 listes invalidées, la conférencière a fait savoir que l’Urd est seule dans 8 communes : Konio, Pondori, Niansanari, Togué Mourari (Djenné); Tamani(Baroueli); Douekiré  (Goundam); Bassiro (Mopti) et Bandiagara. Elle est en alliance dans les 6 autres communes. Elle dira que les motifs retenus par les juridictions d’instance et d’Appel pour invalider les listes Urd,  ne constituent point des motifs valables d’invalidation au sens de la loi électorale. «Ces invalidations constituent une injustice flagrante, intolérable et une atteinte grave à la démocratie», a déclaré Coulibaly Kadiatou Samaké. Et pourtant, suivant ses propos, la liste Rpm de Togué  Kotya dans le cercle de Teninkou, invalidée par le juge de cette localité pour non-respect de l’âge (un candidat qui avait moins de 21 ans sur la liste), a été validée par la Cour d’Appel de Mopti.

Par ailleurs, la conférencière a rappelé qu’à l’exception du Tribunal de grande instance de Sikasso, aucune juridiction d’instance, ni d’Appel, n’a accepté d’appliquer la loi sur le genre. Selon elle, l’essentiel des recours initiés par l’Urd visait le non-respect de la loi sur le genre. C’est dans ce cadre que, souligne Coulibaly Kadiatou Samaké, le Tribunal de Sikasso a invalidé 7 listes de candidatures pour non-respect de la loi sur le genre, qui ont malheureusement été, en Appel, validées au motif de l’absence de décret d’application de la loi sur le genre.

En outre, la vice-présidente du parti a rappelé que sur les 688 communes retenues par le gouvernement, l’Urd est en compétition dans 646 communes. Ce résultat, selon elle, a été obtenu grâce à une union et à une cohésion plus fortes ; un engagement constant et sans calcul des responsables et militants et une meilleure organisation.

Diango COULIBALY

Commentaires via Facebook :

PARTAGER