Des Délinquants aux Législatives : Revoir les critères d''éligibilité pour moraliser l''Assemblée

0

Au Mali, n”importe qui peut être député. De l”illettré qui ne distingue rien pour défendre quoi que ce soit, au prisonnier en liberté provisoire, en passant par les délinquants financiers potentiels ou avérés, tout y passe. Honorables députés, ce sera leur appellation ; et ils seront couverts par l”immunité parlementaire comme quoi, sans l”accord de leurs collègues députés, la Justice est incapable de les toucher. Souillant du coup l’hémicycle et les honorables personnalités dignement élues. Ne faut-il pas revoir les critères d”éligibilité à l”Assemblée Nationale ?rn

rn

Au constat des listes de candidatures pour les législatives de 2007, il se trouve que la ruée vers l”Assemblée Nationale dépasse tout entendement cette année. Plus de 500 candidats pour moins de 200 chaises. Suite à nos investigations, il revient que certains candidats se battent pour éviter les mailles de la Justice. D”autres, au contraire, sont dans la course derrière les sous gracieusement offerts aux députés. Pour cause, la mandature qui vient de s”épuiser a incontestablement fait doubler le traitement des députés. Tous sont devenus de véritables bourgeois. L”Etat dépense énormément pour leur élection et pour leur entretien.

rn

Mais leur bilan est négatif ou même on ne peut parler de bilan. En tout cas, nul ne saurait le contester, ces " honorables " sont majoritairement carents dans l”exécution des tâches qui leur sont dévolues. Rares sont ceux qui ont pu poser la moindre pierre de construction d”un seul édifice sur l”étendue du territoire national. Bien sûr, ils ont pu construire à titre privé. Les promesses réalisées par Att ont sauvé la tête de beaucoup de députés dans plusieurs circonscriptions. Sinon rares sont ceux qui savent où et comment trouver des bailleurs de fonds, des partenaires au développement rien que pour nouer des liens de jumelage.

rn

rn

Il faut également reconnaître que beaucoup de nos députés sont demeurés muets tout au long des débats à l”Assemblée Nationale, oubliant qu”ils ne sont pas là seulement pour applaudir. Ils n”ont de surcroît rendu aucun compte à la base, ils ont tout simplement fait figure de " compléments d”objets " dans l”hémicycle. Nous serons heureux de publier gratuitement le compte rendu des rencontres d”information et de sensibilisation tenues par nos honorables avec les populations, s’il y en a eu. Ils participent bien sûr aux missions organisées et financées par l’Etat dans tel ou tel but. Ce sont les seules occasions où ils se font sentir, où ils montrent leur tête, surtout lors des visites présidentielles. Après, les populations sont laissées pour compte dans leur misère, ni écoutées, ni soutenues.

rn

rn

Pour toutes ces raisons, les autorités compétentes, à commencer par les députés qui méritent leur rang et veulent honorer leur institution, doivent tout mettre en œuvre pour faire prévaloir des critères d”éligibilité dignes de ce nom. Il urge de faire valoir des critères d”incompatibilité de la fonction de député avec certains comportements. Avec le système de listes, le vote oblige à voter pour le délinquant et le farfelu en même temps que celui qui est véritablement honorable. Ces farfelus vont finalement nous jouer de la comédie à l”Assemblée Nationale d”une part, et d”autre part avec des délinquants au beau rôle de député, c”est la Justice qui en pâtira.

rn

rn

En dernière analyse, nous adressons nos félicitations aux hommes politiques qui, conscients de leur implantation à la base, sont partis en liste unique et propre dans la course au niveau de leur circonscription électorale au moment où des présidents de parti ont été obligés d”aller en liste commune dans leur fief, au prix de s”allier au diable. A ces présidents sans audience, notamment ceux dont les partis ont plus de dix ans d’activités, nous demandons de revoir leur copie relativement au travail à la base. Il n’y aura pas de cadeau en 2012.

rn

rn

Mamadou DABO

rn

Commentaires via Facebook :

PARTAGER