Sommet des chefs d’État de l’ABN : Dans la perspective de la mise en œuvre du plan d’investissement climat

21
Sommet des chefs d’État de l’ABN : DANS LA PERSPECTIVE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN D’INVESTISSEMENT CLIMAT

Ce document stratégique présenté lors de la COP21 de Paris, rassemble 246 actions prioritaires pour la mise en valeur des ressources du Bassin du fleuve Niger

Le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, participera les 7 et 8 janvier à Cotonou, au sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’Autorité du Bassin du Niger (l’ABN), une organisation intergouvernementale chargée de promouvoir la coopération entre les États membres et de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations du bassin par la gestion durable des ressources en eau et des écosystèmes associés.

Elle ambitionne d’être reconnue comme un organisme de bassin innovant et transparent, apprécié pour ses capacités à renforcer la solidarité entre les États membres
et à générer des bénéfices partagés entre les populations grâce à un personnel performant et à des moyens financiers adéquats.

Le Bassin du Niger est une zone partagée par neuf pays riverains : le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, le Tchad, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Mali, le Niger et le Nigeria.  Plus de 112 millions de personnes vivent dans cette zone.

Le sommet des chefs d’État et de gouvernement est l’organe suprême d’orientation et de décision. Il définit l’orientation générale de la politique de développement de l’Autorité et assure le contrôle de ses fonctions exécutives en vue de la réalisation de ses objectifs.

En prélude à ce sommet, les gouvernements membres de l’ABN avaient tenu à Bamako, le 3 novembre dernier, une réunion extraordinaire pour discuter du Plan d’investissement climat (PIC) de l’ABN.

Cette rencontre avait regroupé autour du Premier ministre Modibo Keïta, le secrétaire exécutif de l’ABN, Collins R.U. Ihekire, le ministre béninois en charge de l’Eau, Mme Christine Vyaho, les représentants des partenaires techniques et financiers, notamment la Banque mondiale et la Banque africaine de développement ainsi que de nombreux acteurs de la société civile des 9 pays membres.

Au cours des travaux, le document du PIC a été examiné. Il contient 246 actions prioritaires pour un coût global de réalisation évalué à 3,11 milliards de dollars, (environ 1.555 milliards de Fcfa) pour une période de mise en oeuvre de 10 ans.

Ce plan été présenté à la 21è Conférence des parties à la convention cadre des Nations unies pour le changement climatique (COP21), qui s’est tenue du 30 novembre au 11 décembre à Paris.

La présentation du PIC a été faite par l’ambassadrice de l’ABN pour la COP21, l’ancien Premier ministre, Mme Cissé Mariam Kaïdama Sidibé, qui a exposé les réflexions stratégiques et les actions opérationnelles concourant à la mise en œuvre du document à partir de la  « vision intégrée de l’eau » afin d’éviter les conflits autour de l’utilisation des ressources en eau.

Au cours de cette présentation, Mme Cissé Mariam Kaïdama Sidibé a espéré qu’avec l’aide des partenaires, « les populations du bassin pourront vivre des ressources naturelles du bassin du Niger et qu’aucune femme, aucun enfant ne meure de faim et de soif ».

Ce Plan d’investissement climat fera certainement l’objet des échanges au cours de ce sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’Autorité du Bassin du Niger qui prendra également en compte toutes les questions liées au développement intégré du bassin du Niger dans tous les domaines.

Ce développement passe nécessairement par la mise en valeur des ressources du Bassin sur les plans énergétique, de l’hydraulique, de l’agriculture, de l’élevage, de la pêche, de la pisciculture, de l’exploitation des forêts, des transports, des communications et de l’industrie.
S. TANGARA

PARTAGER

21 COMMENTAIRES

  1. Ce projet est à soutenir, elle est profitable pour beaucoup de pays Africains…
    Vive l’AFRIQUE

  2. Ce projet qui nous concerne est vraiment une opportunité pour le Mali à faire face aux nombreux changements climatique dont le pays souffre.

  3. Le Bassin du niger est d’une grande importance, un bassin riche qu’il faut savoir exploiter.
    Nous remercions notre président pour sa participation dans ce projet qui apporte tend au Mali.

  4. Ceci est un grand projet qui pourra servir des nombreux pays du sahel, et en ce qui concerne sa mise en application, le Maliaura bénéficier de beaucoup des choses. Donc aux maliens de le soutenir.

  5. Nous sommes tous contant de notre président, il sait où mettre les pieds et en tiré profit général pour le pays.

  6. Une organisation intergouvernementale chargée de promouvoir la coopération entre les États membres et de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations du bassin par la gestion durable des ressources en eau et des écosystèmes associés, le président malien comme ses homologues seront tous présent lors de ce sommet. Ce sommet est très important pour le monde entier. Je félicite IBK de sa présence physique lors de ce sommet intergouvernementale très important.

    • zole attention tiéblé dramé va vous punir pour cette présence de ibk à cette réunion. Ibk devrait l’inviter aux conférences à l’extérieur du Mali.

  7. L’entretien du climat est l’affaire de tous sans exception, le monde entier est en danger avec la population de la nature. Tout le monde entier doit se mettre ensemble pour trouver des solutions de sortie de crise.

  8. Vive L’Afrique 😉 😉
    Vive le Mali 😆 😆
    Vive IBK 😛 😛
    Vive la diplomatie malienne 😀 😀
    Vive la COP 21 8) 8)

  9. Le Mali doit être a se rendez-vous d’une aussi grande importance. Les rencontred de la COP21 sont des rencontre dont les sujets vont dans les intérêts primordiales de notre pays. Je félicite la délégation malienne accompagner par le président de la république à la rencontre.

  10. Je pense que le président IBK a bien faits de se rendre à cette rencontre, car cette une rencontre très importante pour l'Afrique et aussi pour la Mali. C'est une rencontre qui tient toute sa crédibilité car elle prime sur l'amélioration de mode de vie des peuple de basin.

  11. C’est un devoir pour les neuf pays qui partagent le Basin du Niger d’y prendre soin. C’est dans ce cadre que ces pays vont organiser un sommet le janvier 2016. Le président de la république malien est déjà présent à ce sommet. Nous sortirons massivement pour l’accueillir à son retour.

  12. Ce sommet a pour objectif de promouvoir la promotion de la coopération entre les États membres et de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations du bassin par la gestion durable des ressources en eau et des écosystèmes associés. C’est une bonne chose que le président prenne part à ce sommet.

  13. Le sommet au quel le chef de l’Etat doit prendre part concerne le Mali ainsi que toute l’Afrique. La population civile ainsi que les hommes politiques doivent tous approuver ce voyage. Nous soutenons Ibrahim Boubacar Keïta pour qu’il participe à la promotion de la coopération entre les États membres et de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations du bassin par la gestion durable des ressources en eau et des écosystèmes associés.

  14. Ce sommet s”inscrit aussi dans le cadre de la protection et de la promotion de l’environnement. Nous sommes pour ce sommet et le chef de l’Etat malien doit personnellement prendre part à ce sommet.

  15. Cette visite du président de la république sera une bonne chose pour notre pays qui est l’un des neuf pays qui partagent le Basin du Niger.

  16. Je convie le peuple malien à soutenir le chef de l’Etat, ce sommet d’où il prend part, concerne notre pays. Ce sommet va apporter un grand plus aux conditions de vie des populations du Bassin du Niger.

  17. J’approuve haut et fort la participation du chef de l’Etat à ce sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’Autorité du Bassin du Niger (l’ABN). D’après ce qui est expliqué dans cet article comme importance de ce sommet, nous devons soutenir ce voyage du chef de l’Etat.

  18. Il ne faut pas que le président de la République rate ce sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’Autorité du Bassin du Niger (l’ABN). Car il est d’une importance capital pour le bassin du fleuve Niger.

  19. Certes, le Mali n’est pas le seul pays concerné par ce sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’Autorité du Bassin du Niger (l’ABN). Mais notre pays a fortement besoin de ces perspectives qui vont changer sans doute les conditions de vie des populations du Bassin du Niger.

  20. « Le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, participera les 7 et 8 janvier à Cotonou, au sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’Autorité du Bassin du Niger (l’ABN), une organisation intergouvernementale chargée de promouvoir la coopération entre les États membres et de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations du bassin par la gestion durable des ressources en eau et des écosystèmes associés ».
    Voile une bonne nouvelle qui a besoin du soutien de tout le peuple malien. Si tel est réellement le but de ce sommet, alors bon voyage au président de la République il ne doit pas rater cette occasion.

Comments are closed.