Accusé d’abus sexuels sur mineures, le financier Jeffrey Epstein s’est suicidé en prison

    6

    Le milliardaire américain était accusé d’avoir, entre 2002 et 2005, abusé de dizaines de mineures moyennant le versement de sommes d’argent dans ses résidences de Manhattan et de Palm Beach, en Floride.

    Le milliardaire américain Jeffrey Epstein, accusé d’abus sexuels sur mineures, et risquant la prison à perpétuité, s’est suicidé dans la prison de Manhattan où il attendait son procès, a annoncé samedi 10 août l’administration pénitentiaire fédérale américaine.

    Selon le New York Times, le financier déchu âgé de 66 ans s’est pendu dans sa cellule et son corps sans vie a été retrouvé samedi matin tôt. Il a été retrouvé « inanimé dans sa cellule » vers 6 h 30 locales (12 h 30, heure française), a précisé l’administration pénitentiaire. « Le personnel a immédiatement tenté de le ranimer », avant de le faire transporter à l’hôpital où il a été déclaré mort, a-t-elle ajouté. Le FBI a ouvert une enquête, tout comme le ministère de la justice américain.

    Jeffrey Epstein avait déjà été retrouvé fin juillet allongé par terre dans sa cellule du Metropolitan Correctional Center, une prison de Manhattan, avec des marques sur le cou, après ce qui avait été présenté comme une possible tentative de suicide. Les blessures étaient toutefois à ce moment-là sans gravité et il s’était présenté dans les jours suivants à une audience judiciaire, mais avait été placé sous surveillance spéciale, selon plusieurs médias. L’administration pénitentiaire n’a pas immédiatement confirmé samedi cette information, affirmant simplement qu’il était incarcéré dans une « unité spéciale ».

    Dès l’annonce de sa mort, plusieurs personnalités ont exprimé leur stupéfaction devant un tel dénouement, la prison fédérale de Manhattan étant réputée l’une des plus sûres du pays. Le ministre de la justice américain, William Barr, s’est déclaré samedi « effaré »par la mort de M. Epstein, qui soulève selon lui « de graves questions auxquelles il faut répondre ».

    Des dizaines de mineurs

    Arrêté le 6 juillet aux Etats-Unis de retour d’un voyage en France, il avait comparu deux jours après devant un tribunal fédéral à Manhattan. Le bureau du procureur à Manhattan avait rendu public, lors de cette audience, un document de quatorze pages, dévoilant de nouvelles accusations de trafic sexuel et de complot de trafic sexuel à son encontre, entre 2002 et 2005, affirmant qu’il a abusé de dizaines de mineures, certaines âgées de 14 ans, moyennant le versement de sommes d’argent, en cash, dans ses résidences de Manhattan et de Palm Beach, en Floride. Il aurait, en outre, payé certaines de ses victimes pour qu’elles recrutent, pour lui, d’autres proies dans leur entourage. Il était passible de 45 années d’emprisonnement. Le 18 juillet, il avait été débouté, d’une demande de remise en liberté sous caution. Son procès devait s’ouvrir au mieux en juin 2020.

    En 2008, l’homme d’affaires était déjà accusé des mêmes faits et risquait la prison à perpétuité. Il avait alors obtenu un accord de négociation de peine controversé grâce à Alexander Acosta, qui était procureur du district sud de Floride. Cet accord avait à l’époque évité un procès à Jeffrey Epstein, tenu à l’écart de ses victimes et prévu des conditions particulièrement favorables d’aménagement de sa peine de détention. Devenu ministre du travail de Donald Trump en 2017, Alexander Acosta a démissionné le 12 juillet.

    Des centaines de pages de documents judiciaires rendus publics vendredi étaient venues confirmer qu’il avait longtemps été un membre éminent de la jet-set, proche de nombreuses personnalités, y compris les présidents Bill Clinton et Donald Trump et le prince Andrew, fils de la reine Elizabeth II, qui avaient voyagé notamment dans ses jets privés. « Je connais Jeff depuis 15 ans. Un type génial », disait Donald Trump dans un entretien au New York Magazineen 2002. « C’est un plaisir de passer du temps avec lui. On dit même qu’il aime les jolies femmes autant que moi, et beaucoup sont plutôt jeunes. » Tous avaient affirmé après son inculpation ne pas avoir été au courant de ses délits présumés et n’avoir plus aucune relation avec lui depuis longtemps.

    Pour les victimes présumées, sa mort vient les priver d’un procès qu’elles attendaient désormais avec impatience. Brad Edwards, l’avocat de l’une d’elles, Virginia Giuffre, qui accusait Epstein de l’avoir forcée à avoir des rapports avec des hommes de pouvoir, a ainsi déploré samedi qu’il ait « commis cet acte égoïste de se donner la mort alors que son monde d’abus, d’exploitation et de corruption apparaissait au grand jour »« Ce n’est pas la fin que quiconque attendait », a ajouté l’avocat, cité par la chaîne Fox News.

    Source: https://www.lemonde.fr

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER

    6 COMMENTAIRES

    1. La chose, – la mort d’Epstein, c’est-à-dire quoi qu’il en soi de la réalité (suicide réel ou assassinat), la vérité-de-situation de l’événement qui doit être désignée comme la “liquidation” d’un coupable horriblement dangereux pour le Système, – était à la fois tellement prévisible et tellement énorme, qu’on se disait que cela ne se ferait pas.

      Tout le monde savait qu’il devait être “liquidé” en raison de tout ce qu’il était supposé porter comme actes d’accusation contre ce qui était supposé être tant de personnages de première grandeur, et par conséquent il semblait paradoxalement mais logiquement impensable pour la raison de l’esprit qu’un acte aussi cru et brutal, aussi impudent, aussi indifférent au moindre apparat des formes, aussi dénoncé par avance, qu’un tel acte soit posé au regard de tout ce qui avait précédé (première tentative de “suicide apparent” d’un détenu hyper-surveillé, passage en détention dite de maxi-“suicide watch” et ainsi de suite).

      Certains ont fait la comparaison avec la “liquidation” d’Oswald peu après son arrestation, le 24 novembre 1963, disant que celle d’Epstein était la plus fameuse opération de cette sorte depuis Oswald.
      Mais les conditions sont si différentes, presque à l’opposé, qu’on ne peut parler d’une même sorte d’acte dans l’esprit de la chose à cause des circonstances qui dictent la forme (l’essence) de l’événement.
      Nul ne connaissait Oswald, on n’avait même pas eu le temps de s’interroger sur lui, on n’attendait encore rien de lui, et finalement on n’avait pas eu le temps de craindre grand’chose pour lui.

      Epstein, c’est tout le contraire : archi-connu, archi-décrit dans ses sordides trafics et son fric insaisissables, archi-dévoilé dans ses connivences et ses connaissances, pédophile globalisé, maquereau universel, agent double-triple-quadruple, archi-menacé de tous les côtés, archi-surveillé et archi-protégé de toutes les façons, tous les comploteurs du monde et même les autres prévoyant et annonçant publiquement sa liquidation…

      Oswald, c’était un épisode tragique dans la tragédie immense de l’assassinat de JFK, Epstein c’est une tragédie-bouffe mâtiné de porno-bouffe sordide, qui pourtant implique des fournées de “grands de ce monde”, la queue entre les jambes, du Prince au Président.

      Nul ne s’intéressait à Oswald, tout le monde suivait Epstein en prison minute par minute.

      WhatDoesItMean nous informait même le 30 juillet que le “contrat” pour la liquidation d’Epstein atteignait $100 millions. http://www.whatdoesitmean.com/index2939.htm

      Ainsi nous apparaît-il, – dans tous les cas “il m’apparaît” mais acceptez que j’étende ma démarche à un “nous” représentant nos élites-Système, – que cet acte décrit par nous-mêmes comme inarrêtable et inéluctable, était perçu par nous-mêmes comme impossible et inacceptable dans le cadre-simulacre qui est le nôtre, et dont tout le Système dépend en vérité.

      Or, le Système l’a pourtant fait ! Il a fait ce qu’il avait proclamé lui-même comme impossible et inacceptable !

      Tous ces gens qui sont dans le Système et œuvrent pour lui regardent avec terreur le Système en action.

      C’est donc que le Système est inarrêtable et inéluctable dans ses pulsions de surpuissance, et ces pulsions qui, dans le cadre où nous évoluons, deviennent d’une façon ou d’une autre productrices d’autodestruction.

      J’ignore bien entendu ce qu’on va faire de cette affaire du “suicide apparent”.
      Mais ce que je crois, c’est qu’au lieu de soulager quelques consciences qui n’ont plus conscience de rien depuis longtemps, elle va accroitre le désordre et la discorde encore plus qu’ils ne sont, si c’est possible…

      Et effectivement c’est possible, car désordre et discorde entretenus par des haines si fortes, si hystériques, par cette psychologie folle de “guerre civile”, qu’on est prêt à se déchirer encore plus et jusqu’à l’os même au risque qu’ils se perdent tous.

      Le pessimiste (donc “optimiste bien informé”) qui est en moi, c’est-à-dire le pessimiste sur le sort du monde-Système (donc “ bien informé” là-dessus et par conséquent “optimiste”), me conduirait à envisager joyeusement qu’Epstein mort dans ces conditions, pourrait bien faire, par les réactions que son “suicide apparent” va provoquer dans le système de la communication, plus de dégâts qu’Epstein allant jusqu’à son procès.

      Pour paraphraser Henri III devant Guise à terre, poignardé par ses Quarante-Cinq : “Il est plus menaçant mort que vivant”.

    2. Voilà les bases, les vrais fondements du Système Bloc-Americaniste-Occidental-Otannesque..!

      Voilà les “valeurs” pour la defense desquelles le monde entier souffre, le tout sous le slogan de démocratisation…!!!

      Le journal Le Monde, lui aussi cahe beacoup sur l’ affaire Jeffrey Epstein.

      C’ est tout le monde occidental et leurs amis politiques , économiques et militaires qui sont concernés par Jeffrey Epstein: IL DEVAIT MOURRIR AVANT TOUT PROCCES, ILS L’ ONT FAIT TAIRE “démocratiquement”.

      https://www.dedefensa.org/article/epstein-et-safrench-connection

      Jeffrey Epstein, depuis l’ au-delà, veut maintenant lire les commentaires élogeux du système américaniste , système le plus pourri ayant jamais existé, venant du TROLL LE ROI BITON DE SEGOU.

    3. Les democrates l’ont tue comme les deux dernieres personalites citees dans ce dossier sont democrates alors ils on tout fait avec la complicite de Bill et Chelsea Clinton pour evacuer ce malfrat qui connait trop et a vu trop, c’est du Bill Clinton habituel!

      • Epstein, Weinstein, Strauss Kahn toujours ces touristes sexuels d’obcedeurccidentaux!
        Qu’ils retournent des chateaux jouer dans leur bac à sable!

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here