Vols récurrents de motos au camp de Kati : Le Sans domicile fixe, Brouani et ses complices arrêtés à Dio-gare

    0

    Les hommes du Commissariat de police du 2ème arrondissement de Kati, dirigé par le Commissaire divisionnaire de police Bêh Dakouo, ont mis le grappin sur un individu en possession de plusieurs motos Djakarta à Dio-Gare.

    De sources informées, les faits se sont déroulés le 17 juin 2022, lorsque le commissaire divisionnaire de police Bêh Dakouo, en charge du 2ème arrondissement de Kati, a été informé de la présence suspecte d’un individu en possession de plusieurs motos Djakarta à Dio- Gare.  Aussitôt, le commissaire a ordonné à sa Brigade de recherche (BR) de se déployer sur les lieux afin d’interpeller le suspect. Ainsi, l’individu a été interpellé et conduit dans les locaux du Commissariat pour des investigations plus poussées sur la provenance des engins à sa disposition.

    Soumis au feu des questions, il a déclaré qu’il se nomme Brouani. Et d’ajouter qu’il est un revendeur de motos de seconde main. En réponse à la question sur la provenance des cinq motos qu’il avait en sa possession, car il ne détenait un aucun document, il a avoué qu’il s’agit effectivement de motos volées. Et d’ajouter que celles-ci ont été volées à Kati, précisément dans le camp militaire.

    A le croire, il se rend régulièrement dans l’enceinte du camp tôt le matin entre 05 heures et 06 heures pour commettre son forfait. Car, selon lui, les propriétaires des motos à l’intérieur du camp sont peu méfiants puisqu’estimant qu’aucun voleur n’ose s’y introduire pour commettre un tel acte. Mais c’était certainement sans connaître Brouani.

    De l’interrogatoire, il ressort qu’une fois les engins enlevés, Brouani se rend à Dio-Gare, une localité située à quelques kilomètres de Kati pour les liquider sur le marché. Donc, les enquêteurs ont vite compris qu’il ne pouvait mener seul cette opération, il avait manifestement des complices. Ainsi, la Brigade de recherches a mis en branle son réseau d’information qui s’est soldé par l’interpellation de plusieurs autres personnes résidant à Dio-Gare impliquées dans cette affaire, notamment Nabila, Asalfo et Barou qui à leur tour ont tous avoué avoir acheté les engins avec Brouani. Il ressort également que le principal suspect est sans domicile fixe.                                                                                                     Boubacar PAÏTAO

     

    Drame à Kati : Une altercation dans un  cabaret fait deux morts

    Le calme légendaire des paisibles populations de Kati a été troublé par les échos d’une altercation entre des jeunes dans un cabaret occasionnant la mort de deux personnes. C’était le dimanche 26 juin dernier.

    Selon nos indiscrétions, le drame s’est produit le dimanche 26 juin 2022 à Kati. Suite à une dispute dans un cabaret, B.C a été poignardé mortellement par C.K et qui a aussitôt rendu l’âme. Un acte odieux qui a provoqué l’indignation et la colère des gens. Ainsi, C.K a pris la clé des champs.  Dans cette tentative de fuite, il a été appréhendé par une foule surexcitée.  Sans aucune compassion et dans une indifférence totale, C.K a déclaré devant cette foule que rien ne lui arrivera si ce n’est la garde à vue à la police. Dépassé par ces propos, un autre jeune l’a poignardé et C.K est aussi mort sur le coup.  Alerté, le commissaire divisionnaire de police Sory Sangaré, en charge du Commissariat de police du 1er arrondissement, a dépêché une équipe sur les lieux afin de faire toute la lumière sur ce double homicide. Après des investigations, les enquêteurs ont conclu que le deuxième assassin était bel et bien un client du cabaret où la dispute a éclaté. Il ressort des enquêtes que la deuxième victime portait des traces de coups de poings. Aussi, il avait été lynché manifestement avant de recevoir le coup de poignard fatal. Alors, les enquêteurs se sont lancés à la recherche des potentiels clients du bar et probables témoins des faits.

    Pour cela, une équipe de la section des Renseignements généraux (RG) et celle de la Brigade de Recherche (BR) se sont mises donc au travail. Elles sont parvenues à dénicher quelques témoins dont leur déposition a permis de résoudre l’énigme de l’identité du deuxième assassin.

    C’est ainsi que moins de 24 heures après le drame, dans la nuit du dimanche 26 juin 2022, les enquêteurs ont mis la main sur un individu dénommé Hamidou Ouédrago, présumé auteur du deuxième meurtre. Le suspect a été cueilli dans une concession à Kati-Coura-Samakébougou.

    Conduit dans les locaux et soumis à un interrogatoire, il a reconnu avoir poignardé C.K.

                                                                                                                    

    Boubacar PAÏTAO

     

    Commentaires via Facebook :

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here