Education: Jeunesse et lutte contre l’extrémisme violent : Bamako abrite un atelier multi-pays de l’Unesco

0

Bamako abrite pour trois jour l’ atelier multi-pays ( Burkina Faso, Niger et Mali) du projet « Renforcer la résilience des jeunes face à l’extrémisme violent et leur engagement en faveur de la construction de la paix à travers l’éducation »,  l’ouverture des séances s’est tenue le mardi 30 novembre 2021 à l’hôtel de l’ Amitié de Bamako en présence  du S-G du ministère de l’Education Nationale, M. Ag Iklane et de M. Edmond Moukala, représentant de l’Unesco au Mali.

Pour  éradiquer l’extrémisme violent dans la zone Sahel, l’Unesco a pensé à une approche éducation en termes de prévention avec l’engagement des jeunes comme acteurs de la paix dans leur communauté. Une vision concrétisée à travers le « Renforcer la résilience des jeunes face à l’extrémisme violent et leur engagement en faveur de la construction de la paix à travers l’éducation ». Financé par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères de la France à travers l’ambassade de France, ledit projet vise à  prévenir l’extrémisme violent et à renforcer l’état de droit par l’éducation. Aussi, il cible les enfants et les jeunes des pays impliqués au projet à savoir le Burkina-Faso, le Mali et le Niger, ceci au sein du système éducatif formel  sans pourtant oublié les jeunes non scolarisés /déscolarisés.  Selon  le représentant résident de l’Unesco, ce projet répond à une demande persistante des communautés. Et d’ajouter que face  à la crise multidimensionnelle actuelle que vit le sahel, les solutions de riposte aux défis devraient être également prospectives et multidimensionnelles. Ses propos sont soutenus par ceux du  secrétaire général  du ministère de l’Education nationale, M. Ag Iklane,  qui  dira : « Les réponse militaires et sécuritaires au Sahel, bien que nécessaires, ont montré leur limite ; l’extrémisme violent nécessite une réponse basée sur une approche holistique et globale, allant au-delà de l’action militaires. Cette approche multidimensionnelle est nécessaire au vu de la variété des causes et facteurs qui sont à l’origine du phénomène de l’extrémisme violent ». Le présent atelier est donc un cadre  de partage d’expérience des pays en matière de prévention de l’extrémisme violent par l’éducation. Et comme rappelé par son représentant, l’Unesco, se consacre à doter les citoyens de connaissances et compétences  et des valeurs basées sur le respect des droits humains, l’égalité de genre, la justice sociale et la diversité pour un accès des droits et devoirs de tous pour une citoyenneté responsable, l’Unesco appuie les pays à construire   des sociétés de paix et de justice en faisant de la jeunesse le principal vecteur de son action.

Khadydiatou SANOGO/maliweb.net

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here