Baco-Djicoroni Extension Sud-Ouest : Le vrai faux litige foncier de Mme Cissé Aminata Dembélé

0

Il n’existe de litige foncier que dans l’imaginaire de Mme Cissé Aminata Dembélé, à Baco Djicoroni extension sud-ouest.

 

A Baco-Djicoroni extension sud-ouest, Mme Cissé Aminata Dembélé, ancienne directrice générale des Assurances Lafia, qui a fait valoir ses droits à la retraite et épouse de l’ex-greffier en chef Mamata Touré (paix à son âme) est en train de tomber dans son propre piège. Sans droit ni titre, elle revendique un espace public au nom des populations comme étant réservé à une future mosquée. Dans le quartier de Baco Djicoroni extension sud-ouest, à quelques encablures du fleuve, elle prétend que ce lieu fait l’objet d’un litige foncier entre les habitants du quartier (femmes et jeunes) et le Contrôleur général de police à la retraite, Yahaya Sangaré.

Selon un habitant des lieux qui a pris ses distances vis-à-vis d’elle, Mme Cissé est seule dans son combat pour semble-t-il avoir elle-même des visées sur l’endroit. La preuve selon lui, elle avait sollicité le concours des jeunes du quartier pour des émeutes visant à l’arrêt des travaux. Ces derniers doutant de ses motivations, lui ont fait faux bond. En face d’elle dans le même quartier, elle s’est octroyé un espace vide où elle a implanté un hangar qui lui sert de garage.

L’espace qualifié de public a été acquis par le Contrôleur général de police Sangaré, auprès des autorités domaniales et fait l’objet de l’autorisation de construire n°32/27/PC du 19/3/2019 du lot 2682.

Le Contrôleur général de police Yahaya Sangaré que nous avons joint, nie toute occupation illicite d’espace public et affirme qu’il n’y a aucun litige foncier l’opposant à de tierces personnes. Selon lui, « Mme Cissé Aminata Dembélé avait regroupé des jeunes pour tenter de paralyser les travaux de mon chantier. J’en ai informé le Président du Tribunal de la Commune V. Les jeunes ont été plus sensés de lui demander de saisir la justice plutôt que de les conduire en prison, soulignant que ses propres enfants ne participent à aucune manifestation ».

Pour la question de mosquée que Mme Cissé prévoit de construire sur l’endroit, le Contrôleur général Sangaré lui rétorque de la construire sur l’espace qu’elle a transformé en parking en face de sa maison. « On peut être désœuvré mais pas au point pour une ancienne directrice générale d’une compagnie d’assurance, de perturber le travail d’un Premier ministre (qu’elle dit avoir saisi par lettre) par les temps qui courent plutôt que de faire valoir ses droits à la justice », affirme le Contrôleur général de police. Et de continuer, « j’ai acquis en toute régularité cette parcelle dont les travaux sont autorisés et ont déjà débuté. Je ne vois aucun litige car s’il y en avait, ce n’est pas sur la place publique que ça se règle […]. La rue, la presse, la Primature, voire la Présidence de la République ne sauraient se substituer à la justice », juge-t-il.

Abdrahamane Dicko

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here