Billet d’humour : Fana, le couloir de la mort

0

De passage à Fana la semaine écoulée, je touche ma tête pour vérifier si elle n’a pas disparue. Prudence oblige, car dans cette tristement célèbre bourgade située à 125 Km de Bamako et forte de ses 36. 000 âmes, les spadassins, coupeurs de tête et autres démons de la mort, y règnent en maîtres absolus, depuis des lustres.

Dans les années  lointaines, les Warakéla Amadou (Amadou Mariko) et Mossi Seydou y semèrent la terreur et la psychose en coupant de nombreuses grosses et petites têtes qui étaient, paraît-il, commercialisées…. Condamné à mort par le Procureur général feu Délé Guindo près la Cour d’assises qui les envoyaient ad patres, ces criminels furent mis hors d’état de nuire. Voilà encore que les démons de la mort reprennent service. Ils exécutèrent sans état d’âme le 12 mai 2018 la petite albinos Ramata Diarra. Deux autres en feront les frais les 4 novembre et 10 juin 2020. Puis Aguibou Bagayoko, le 2 août 2021.

Le bilan de ces « mafas donso » pour la seule année 2018 est de huit personnes tuées et décapitées.  Qui serait le prochain de ces crimes rituels ? L’albinos, le petit mendiant ou l’aliéné mental traînant dans les rues de Fana ? Tout compte fait, les pouvoirs sont interpellés face à cette situation  qui n’a que trop duré.

En attendant, faudra-t-il se rendre ou séjourner à Fana ? En tous cas, si vous devriez vous y, n’oubliez pas, une fois sur place, de vérifier toutes les dix secondes si vos têtes sont bien en place…

Alpha Sidiki Sangaré

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here