Double attaque contre des FAMa de Sokoura : Un bilan provisoire de 11 morts, des blessés et des portés disparus

0

Décidemment, les bandits armés qui écument le Sahel et précisément au Mali sont déterminés à ruiner les efforts consentis par notre pays et ses partenaires dans ladite zone. Dans la nuit du 12 au 13 0ctobre 2020, le poste FAMa de Sokoura, dans le cercle de Bankass,  région de Mopti, a fait l’objet d’une attaque terroriste dont le bilan provisoire fait état de : 11 morts dont 9 à Sokoura et 2 Paroukou côté FAMa.

Le communiqué officiel qui annonce cette attaque explique que les renforts dépêchés sur les lieux ont été aussi victimes d’une attaque terroriste complexe (EEI-EMBUSCADE) au pont de Parou dans la même localité le 13 octobre 2020 aux environs de 8heures 30. Le bilan provisoire de cette attaque fait état de 3 morts, 10 blessés et des portés disparus côté FAMa, selon les sources officielles. Côté ennemi 09 terroristes ont été abattus. L’aviation militaire malienne est arrivée sur la zone du pont et a détruit deux véhicules des terroristes. Tous ces bilans sont provisoires.

Par ailleurs, ajoutent des sources militaires, l’évaluation est en cours pour déterminer le bilan définitif de ces deux attaques intervenues dans le même secteur. Profondément attristé par ces deux attaques, le Ministre de la Défense et des Anciens Combattants souhaite la miséricorde divine à ceux ayant perdu leur vie, un prompt rétablissement aux blessés et adresse ses condoléances aux familles endeuillées. Le Ministre de la Défense et des Anciens Combattant invite les populations à continuer d’apporter leur soutien indispensable aux FAMa.

Faut-il le rappeler, le Mali souffre depuis plus d’une décennie de la barbarie des bandits armées agissant au nom de l’Islam. Si après plus de 10 ans le Mali et la Communauté internationale n’arrivent pas à faire taire les armes au nord et au centre du Mali, il est nécessaire de revoir les stratégies de sortie de crise en négociant avec les bandits armés au nord du Mali.

Bréhima Diallo

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here