Exactions dans le centre du pays : Pourquoi la persistance du mal ?

1

Dans son Rapport rendu public en février dernier, Human Right Watch pour la Région de l’Afrique de l’Ouest, la MINUSMA, a révélé de plusieurs cas d’exécutions extrajudiciaires dans les Régions du Centre. Des actes criminels et des bavures policières à l’actif, selon les Experts de l’ONU, des Islamistes armés et des milices contre les populations locales. Dans l’esprit des Auteurs du document de 97 pages, les Autorités maliennes auraient dû responsabiliser tous les Groupes armés. Ce qui aurait empêché, lit-on dans le Rapport, l’intensification de ce genre de tournures dramatiques contre les Habitants des localités agressées. C’est du moins selon des informations fournies par  Human Right Watch dans un document officiel. Selon cet organisme des Droits humains, plusieurs citoyens ont été attaqués et brûlés vifs et d’autres assassinés par  des attaques terroristes à engins explosifs. Selon les Rapporteurs, il est du devoir du Pouvoir central de Bamako d’ouvrir sur le champ des enquêtes pour identifier tous les Auteurs de ces crimes contre les Populations civiles et les traduire devant les Juridictions compétentes.

Dans son Rapport d’environ une centaine de pages intitulé « Combien de sang doit encore couler ? », Human Right Watch pour la Région de l’Afrique de l’Ouest a révélé, en février dernier, d’autres cas d’atrocités et d’exactions commises contre les Populations civiles du Centre du Mali, courant l’année 2019. Selon les témoignages recueillis sur le terrain, à l’issue de l’année 2019 écoulée, il y a des « dizaines  d’attaques  perpétrées par des Groupes armés » à travers des localités situées dans le Centre de notre pays. Des attaques soldées par plusieurs centaines de victimes dont au moins 456 morts et de nombreux blessés grièvement, tous issus des rangs des Populations civiles. Ce qui fera conclure que l’année 2019 est l’une des plus meurtrières au Mali. Et, précise-t-on dans le document, ces attaques sont déplorées en 2020 dans les localités du Centre, devenu l’épicentre de la crise sévissant depuis 2012 dans notre pays.

A la base de certaines de ces dérives meurtrières contre des innocentes Populations civiles aura été le simple fait que les Autorités compétentes n’imposent pas aux Groupes armés l’obligation ni de rendre compte de leurs missions ni de s’assumer pour leurs actions devant la loi. Ce qui aurait suscité, du moins selon Rapport, l’intensification des attaques contre les Civils dans leurs villages ou à bord des véhicules de transport en commun. Ceci, soit pour des raisons d’appartenance ethnique ou religieuse des victimes dont les bourreaux soient des Groupes armés ou des terroristes.

«À travers la Région centrale du Mali, des Groupes armés tuent, mutilent et terrorisent des Communautés, apparemment sans craindre de devoir rendre des comptes », s’est indignée la Directrice de Human Right Watch pour la Région de l’Afrique de l’Ouest, Mme Corinne Dufka, Coordinatrice  du Groupe d’Auteurs du présent Rapport.   Et elle alerte : «Le bilan humain en vies détruites s’alourdit à mesure que se répètent les cycles mortels de violence et de vengeance».

L’interpellé en premier lieu 

Ensuite, Mme Corinne Dufka interpelle sans ambages les Autorités de notre pays en ces termes : «L’échec du Gouvernement malien à punir les Groupes armés, tous bords confondus, encourage ces derniers à commettre d’autres atrocités».  Pour mettre fin à ces crimes, la Directrice de Human Right Watch pour la Région de l’Afrique de l’Ouest  exige à ce que le Gouvernement malien, avec l’appui de ses partenaires,  déploient de beaucoup d’efforts pour poursuivre devant les Tribunaux compétents tous les Responsables et Auteurs  de ces crimes.  C’est la seule mesure forte qui s’impose pour pouvoir « démanteler » les Groupes armés, auteurs  de telles exactions.  Ce qui dénote, selon le Rapport, que les Autorités maliennes doivent œuvrer inlassablement  à la mobilisation des énergies et  ressources nécessaires pour ouvrir des enquêtes indépendantes et impartiales et traduire devant les instances juridictions compétentes tous les coupables de ces exactions. Il est temps de traduire  en justice tous ceux qui sont impliqués dans ces violations des Droits humains et actes terroristes, ces criminalités transnationales organisées contre des populations civiles. Human Right Watch exige aussi à ce que la lutte contre le terrorisme, les crimes de guerre et autres crimes internationaux graves qui se commettent à l’échelle sous-région ale soient inscrit sur la liste du mandat du Pôle judiciaire spécialisé de l’ONU sur la crise malienne.

Au passage, rappelons que lors de l’élaboration de ce Rapport, des Experts de Human Right Watch ont effectué plusieurs missions ici au Mali où ils ont auditionné 147 témoins victimes, des Agents de sécurité, des Magistrats, des Employés onusiens et/ou d’autres organismes nationaux et internationaux spécialisés  sur ces exactions perpétrées les Populations civiles et les violences intercommunautaires commanditées par les forces contre la paix et des crimes organisés. Au nombre des mouvements armés accusés, des Groupes d’autodéfense, des milices et des terroristes proches d’Al-Qaïda.

La prime à l’impunité     

Pourtant, du côté de Bamako, il avait été officiellement promis que tous ceux qui sont impliqués de près ou de loin dans ces atrocités seront  retrouvés et traduits devant les Tribunaux pour répondre de leurs crimes. «En 2019, les tribunaux maliens ont ouvert plusieurs enquêtes et condamné environ 45 personnes au motif d’incidents moins graves de violences communautaires. Cependant, les Autorités judiciaires n’ont toujours pas interrogé, et encore moins poursuivi en justice, les puissants leaders de groupes armés impliqués dans de nombreux massacres », déplore-t-on à la publication de ce Rapport.

Enfin, il est à rappeler que de 2015 à nos jours,  Human Rights Watch enregistre et diffuse à l’adresse notamment des Autorités compétentes maliennes et de leurs partenaires spécialisés tous ces cas de crimes et d’exécutions extrajudiciaires devenues monnaie courante dans notre pays. Ce, afin de mettre fin à ce cycle infernal de violations des Droits humains.  Mais, malheureusement, jusqu’à la parution de ce Rapport en début février dernier, il n’y a eu que deux procès  tenus par la Justice. Ce qui fera que les atrocités se  poursuivent dans la Région.

Djankourou

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. la faute au gouvernement malien qui a fait de la securite et de protection des population du centres le cadets de ses soucis L ETAT A ABANDONNE CETTE PARTIE DU MALI AU TERRORITES AU VOLEURS AUX BANDITDS AU TRAFIQUANTS Regardez le pays s dogon est coupe du reste du pays avec la destruction des ponts de la route des poissons les departements charge de la defense et de la securite n ont mis aucun plan de securisation de la zone pire ils empechent les guerriers intrepides d ambassagou de proteger les axes routiers et leur terroir contre les ennemis la situation au centre comme raconte est dramatique et traduit l echec chronique du regime a securiser les population et assoir son autorite un etat incapable d assurer la securite dans un petit terroir qui n a meme pas de forets le manque d imagination et de strategie le plus elementaire par les autorites competentes maintien cette region dans cette qu il faut denoncer sur tout les toits du monde pour tout patriote Voila une region extraordinaire par ses potentialites touristiques qui se meurt par une part de responsabilites de ceux a qui ont a confier le pays Les populations dogons peuls dafings bobos et autres veulent vivrent dans la paix ensemble comme hier Vive la paix et l union au mali QU ALLAH nous debarasse du covid partout dans le monde en ce mois benis

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here