Invitation de Macron aux chefs d’Etats du G5 Sahel : Tollé à Bamako !

4

Le président français a  invité (convoqué) les cinq présidents des pays du Sahel à Pau le 16 décembre prochain. Le chef de l’Etat  français veut une “clarification” de l’intervention française au Sahel et de l’opération Barkhane. Cette invitation suscite un tollé au sein de l’opinion  publique  malienne.

En effet, le président Emmanuel Macron a invité à Pau le 16 décembre, les présidents des cinq pays du Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad pour leur réclamer un appui plus clair face à la montée d’un sentiment antifrançais au Sahel. « Nous devons à très court terme reclarifier le cadre et les conditions politiques de notre intervention au Sahel avec les cinq Etats membres du G5 Sahel), a-t-il dit. “Je ne peux ni ne veux avoir des soldats français au Sahel alors que l’ambiguïté perdure à l’égard des mouvements antifrançais”, martèle le président français.

La présence de troupes étrangères au Sahel, notamment celles de la force française Barkhane, pour combattre les jihadistes fait face à un rejet apparemment grandissant chez les populations maliennes.

Aussi, cette invitation du président Macron  aux chefs de l’Etat  du G5 passe très mal à Bamako et certaines villes maliennes.  Les populations  y voient une sorte de paternalisme : la France appelle ses valets à Pau !

L’invitation (convocation pour certains) d’Emmanuel Macron suscite de nombreuses critiques à l’égard de l’ancienne puissance coloniale. Ainsi plusieurs voix se sont élevées contre ce qu’elles  considèrent  comme une injonction faite  aux chefs d’Etat du G5 Sahel.

Les anciens Ambassadeurs et Consuls du Mali dans un communiqué  s’insurgent contre  « le ton discourtois » de Macron envers les présidents du G5 : « L’Amicale des anciens ambassadeurs et consuls du Mali a enregistré avec étonnement le ton discourtois avec lequel le président français SE Emmanuel Macron s’est adressé aux présidents du G5 dont le Président Ibrahim Boubacar Keita concernant la présence de la force Barkhane au Sahel. L’Amicale des Anciens Ambassadeurs et Consuls Généraux du Mali s’élève énergiquement contre cette attitude qui ne sied pas aux relations de courtoisie et de respect mutuel qui doivent exister entre Chefs d’Etats souverains. L’Amicale des Anciens Ambassadeurs et Consuls Généraux du Mali invite hautes Autorités françaises à l’observation ; dorénavant des règles diplomatiques pertinentes entre les Etats et à l’endroit des hauts acteurs étatiques », indique le communiqué.

« De façon générale cette invitation est mal perçue au sein de l’opinion publique. Les gens font le rapprochement avec le sommet de la Baule de 1990 avec Mitterrand et y voient une sorte de paternalisme : la France appelle ses valets en Afrique », analyse Bréma Ely Dicko, sociologue à l’université de Bamako.

Moussa Mara, ancien Premier ministre déclare : « une rencontre autour de l’opération Barkhane pourrait être positive, dans un contexte où l’opération semble en difficulté par rapport à son objectif stratégique qui est la lutte contre le terrorisme ». Cependant, M. Mara regrette la forme. « Il aurait été plus indiqué que cela apparaisse comme une rencontre communément convenue », estime-t-il.

Quant  à  la  Cofop (un regroupement politique), elle  s’indigne de « l’impertinence  » avec la quelle  Macron  s’est adressé aux présidents du G5. : « La COFOP condamne énergiquement cette attitude qui ne sied pas aux relations de courtoisie et de respect mutuel qui doivent exister entre Chefs d’Etat souverains. La Conférence des Présidents de la Coalition des Forces Patriotiques invite les hautes Autorités françaises à la pleine observation des règles diplomatiques pertinentes entre les Etats et à l’endroit des hauts acteurs étatiques. »  souligne la coalition dans un communiqué.

Le mouvement  « Maliens tout  Cour » n’a pas apprécié le ton de l’invitation  du président Français. Aussi, dans un communiqué ce mouvement  dénonce le « ton » et la « forme » sur lesquels Emmanuel Macron a invité les chefs de l’Etat du G5 sahel. « Le mouvement Maliens Tout Court a appris par voie de presse, le 4 décembre 2019, une déclaration du président français Emmanuel Macron invitant les cinq chefs d’Etat africains du G5 Sahel à Pau, en France, pour clarifier leur position par rapport à la présence militaire de la France dans la région.  Le Mouvement Maliens Tout Court condamne avec fermeté le Ton et la Forme avec lesquels le président français, Emmanuel Macron s’est exprimé.

Nous considérons que ce Ton est d’une autre époque, assimilable pour l’opinion nationale malienne à un chantage, de mépris, d’humiliation et de déshonneur… ».

Mémé Sanogo

 

 

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. Tout tourne autour autour du terrorisme “islamique” alors que les terroristes n’ont rien de musulman! Et en tant que musulmans pourquoi avoir peur de l’application de la Charia (qui n’est pas celle des pseudo-djihadistes). Le Djihad en lui même n’existe plus depuis des centaines d’années, si ce n’est celui de chaque individu envers son Seigneur. Arrêtez de nous bassiner avec les “djihadistes” à Bamako, qu’ils y viennent ils ne s’en prendront qu’à ceux qui enfreindraient les lois islamiques, qui ne s’appliquent qu’aux musulmans. Mieux vaut la Charia que ce que nous vivons en ce moment, le Mali ressemble à une jungle!

  2. l’armé francaise est la pour nous aider pas pour nous coloniser ! Sans eux bamako serait entre les mains des islamistes et la charia serait appliqué alors dites merci

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here