Mali-France: Florence Parly à Bamako après le rapport de l’ONU sur la frappe de Bounti

5

Pour l’ONU, ce sont essentiellement des civils qui ont été tués le 3 janvier dernier dans la frappe de Barkhane près de Bounti. Le porte-parole d’Antonio Guterres, le secrétaire général des Nations unies, fait part de ses préoccupations sur le respect du principe de précaution. À Paris, le ministère de la Défense et l’armée maintiennent que Barkhane a frappé des terroristes.

La visite au Mali de la ministre française des Armées, Florence Parly, était prévue de longue date. Elle arrive à Bamako, d’ailleurs, avec au moins deux représentants de pays qui ont leurs troupes dans le septentrion malien, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Mais il est évident que le rapport de l’ONU sur la frappe française de la localité de Bounti fera partie des sujets sur la table.

Sur ce point, Paris et Bamako sont plutôt sur la même longueur d’onde. Peu après l’intervention de Barkhane, dans ce village malien de Bounti, un communiqué de l’armée malienne appuyait la thèse française. Ce sont bien des jihadistes qui ont été visés. La ministre française défendra donc ici cette version des faits.

Nous avons un rapport de l’ONU, auquel nous avons d’ailleurs contribué, qui n’avance aucune preuve, que des témoignages. Des témoignages dont on ne connait pas l’origine et dont on ne connait pas les conditions dans lesquelles ils ont été recueillis, en particulier si les personnes qui ont témoigné ont une allégeance à des groupes terroristes ou des puissances étrangères.

Dix-neuf civils tués, selon un rapport de l’ONU

Mais le rapport de la division des droits de l’homme de l’ONU dit autre chose. La frappe a visé une centaine de civils, qui participaient à une cérémonie de célébration d’un mariage, dix-neuf civils ont été tués, selon le même rapport, qui ajoute, cependant : 5 présumés jihadistes armés étaient également présents sur les lieux, dont trois ont été tués.

Le rapport de la Minusma est sans ambigüité. Il n’y a pas de doute sur le fait qu’il y ait eu une bavure à Bounty. La Minusma déclare même qu’il s’agit d’une violation du droit international humanitaire parce que les principes de distinction, de nécessité et de proportion n’ont pas été respectés par l’armée française.

SOURCE: https://www.rfi.fr/fr/afrique

Commentaires via Facebook :

5 COMMENTAIRES

  1. LA PAUVRE FRANCE N A PLUS DE POIDS A L ONU!
    LE MALI ET CEUX LA QUI SUIVENT LA FRANCE SONT DANS LA GRANDE MERDE!
    LA FRANCE A TOUJOURS FAIT SAVOIR QU ELLE QUITERAIT LE MALI SANS SUPPORTS DES USA!
    SI LA FRANCE EST SOUS LA COUPE DES USA, POURQUOI NE PAS ALLER DIRECTEMENT VERS CEUX LA?
    POURQUOI TRAITER AVEC LA FRANCE NOTRE SECURITE? POURQUOI PAS ? RUSSIE? GB? USA? CHINE? A DEFAUT DE PRENDRE LE COURAGE NATIONAL POUR LE NETTOYAGE NATIONAL, DANS TOUTE CHOSES!

  2. oh oui, les djihadistes ne sont pas des civils mais des militaires en tenues distingables et des attributs militaires, n est ce pas?

    🙂 DES CIVILS DJIHADISTES DE EL HADJ OUMAR TALL OU DE AMADOU KOUFFA QUELLE DIFFERENCE? TUEZ-LES SANS ETAT D AME! CIVILS, OUI ILS SONT CIVILS MAIS TERRORISTES ET SUPPORTS DE TERRORISTES! CE BOULOT DOIT ETRE FAIT PAR L ARMEE MALIENNE ET NON LA FRANCE, PAR LES POPULATIONS MALIENNES A TRAVERS DES GROUPES D AUTO DEFGENCES LOCALES AIDES PAR FAMAS 🙂

  3.  Oui, le Mali de Djonkounda a fait appel à la France.
     Mais, il faut vite ajouter aussi que c’était à la demande et sous la pression de cette même France.
     Bref, le Mali a fait appel à la France sous la pression de cette même France.
     Vous ne pouvez pas falsifier la réalité !
     Vous n’en avez aucune chance !
     En son temps, le Général SANOKO a clamé que « Le Mali n’a pas besoin d’aide, mais de soutien ».
     Toutefois, comme la France avait son plan machiavélique d’utiliser le mnla pour balkaniser le Mali, elle ne pouvait se permettre de rater cette occasion d’or, unique en son genre, de s’inviter au Mali.
     La preuve de ce machiavélisme réside dans votre entrée a Kidal sans les F A Ma, avec tout le cortège de mensonges sur une pseudo incapacité de ces derniers, qui pourtant furent en première ligne dans la récupération des autres localités.
     Une autre preuve est que la France a réinstallé et surprotégé le même mnla à Kidal.
     Vous et vos médias, vous n’avez même pas honte de mentir bêtement, ignorant que vous êtes naïfs en pensant que les Africains ne se moquent pas de votre sottise.
     Quand le Blanc est bête, il se met à penser que le Noir croît en ses mensonges, même grotesques.

  4.  Oui, le Mali de Djonkounda a fait appel à la France.
     Mais, il faut vite ajouter aussi que c’était à la demande et sous la pression de cette même France.
     Bref, le Mali a fait appel à la France sous la pression de cette même France.
     Vous ne pouvez pas falsifier la réalité !
     Vous n’en avez aucune chance !
     En son temps, le Général SANOKO a clamé que « Le Mali n’a pas besoin d’aide, mais de soutien ».
     Toutefois, comme la France avait son plan machiavélique d’utiliser le mnla pour balkaniser le Mali, elle ne pouvait se permettre de rater cette occasion d’or, unique en son genre, de s’inviter au Mali.
     La preuve de ce machiavélisme réside dans votre entrée a Kidal sans les F A Ma, avec tout le cortège de mensonges sur une pseudo incapacité de ces derniers, qui pourtant furent en première ligne dans la récupération des autres localités.
     Une autre preuve est que la France a réinstallé et surprotégé le même mnla à Kidal.
     Vous et vos médias, vous n’avez même pas honte de mentir bêtement, ignorant que vous êtes naïfs de penser que les Africains se moquent de votre sottise.
     Quand le Blanc est bête, il se met à penser que le Noir croît en ses mensonges, même grotesques.

  5. Le rapport de l ONU n apprend rien au Maliens
    .La T a couvert ses soldats point a la ligne

    Pas besoin de sortir deu Mit ou de Saint Cyr pour comprendre
    . comment peut on tuer des vieux et des enfants non armes comme cela et se cacher

    La France es un pays lâche et trs méprisant devant les africains au premier chef

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here