Mali: l’armée française annonce avoir tué une femme dans la région de Gossi

4

Selon l’état-major de l’armée française, cette personne accompagnée d’un second individu avait pris la fuite dans une zone boisée où des éléments d’un groupe armé avaient été détectés. Il n’a pas été possible d’identifier la victime ni de savoir si elle appartenait à un groupe terroriste.

Les faits se sont déroulés au sud de la route nationale 16, à l’est de Gossi, ce lundi 18 octobre 2021. Lors d’une mission de reconnaissance dans une zone boisée, où la présence de groupes armés terroristes est avérée, un peloton de Barkhane qui accompagnait une unité malienne a détecté deux individus à moto.

À la vue des soldats, indique l’état-major des armées, les deux suspects ont abandonné l’engin et ont pris la fuite. Un fusil d’assaut, des munitions un sac militaire sont alors découverts près du véhicule.

L’état-major ajoute qu’à quatre reprises, les soldats français ont procédé à des tirs de sommation, jusqu’à ce que l’un des deux individus soit dans leur ligne de mire. Ce dernier s’est alors vivement retourné provoquant un tir de neutralisation.

La personne décédée est une femme, cela ne s’était jamais produit. Les habitants du village le plus proche ont donc été appelés pour tenter de préciser son identité, sans succès. La force Barkhane a initié une enquête et fait notable, l’état-major a rendu l’information publique, dans le but souligne-t-on à Paris de couper court à toute forme de désinformation.

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. Si les faits se sont réellement déroulés tels que racontés dans cet article, Barkhane doit plutôt être félicitée pour cette intervention qui va certainement épargner des vies humaines parmi nos pauvres populations civiles et militaires.
    Tout porte à croire que ce “couple” est potentiellement très dangereux et/ou associateur des groupes terroristes.
    La présence d’une unité des FAMA sur la scène me rassure, même si je n’ai trouvé aucune trace de cet incident sur le site de l’Armée Malienne…

  2. Si c’était l’armée malienne qui avait tiré, les médias internationaux et les associations bidons auraient parlé d’exécution froide et extra judiciaire.

  3. Depuis plus de deux ans, je crois, les Famas avaient officiellement annoncé à la télévision malienne la présence “d’éléments féminins” combattant au sein des groupes terroristes. C’était à la suite d’un accrochage avec les soldats maliens. Mais je sais que presse malienne et française stipendiée par l’ennemi va entrer en service.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here