Massacre de peulhs au Centre : Aboul Aziz Diallo accuse…

6

« Les attaques contre les populations peules du Centre du Mali sont perpétrées par des milices sous le label de chasseurs. Le président IBK a reçu une délégation de chasseurs à qui il a dit : « nous comptons sur vous pour lutter contre le terrorisme ».

Ces « chasseurs » ont donc interprété les propos du président comme un feu vert pour mener la lutte contre les Peuls. Ces milices sont dirigées par des anciens militaires maliens. Toutes ces milices sont resoupées au sein d’une corporation dite des « chasseurs ». Mais ces milices bien équipées, qui sont structurées comme une véritable armée, opèrent chacune de manière autonome. Elles emploient même des mercenaires. Certains de ces mercenaires également couverts par le label ‘’dozos’’ (chasseurs) ne parlent aucune langue malienne, mais s’expriment seulement dans un français à l’accent ivoirien ; d’autres s’expriment en anglais… », témoigne, le président de Tabital Pulaku Mali, Aboul Aziz Diallo, sur le massacre des Peulhs au Centre du Mali, dans une vidéo le 18 février 2019 sur Youtube.

Mais, selon M. Diallo, pour l’essentiel, ce sont des milices bambaras et dogons qui attaquent les Peulhs au Centre. Un exemple est la milice de Djenné comptant 400 combattants dirigés par Mama Dembélé. Il y a également la milice de « Sidiki », avec leur camp d’entrainement. « Cependant, la milice dogon Dan Na ambassagou, par sa férocité, éclipse toutes les autres. Cette milice a un chef d’état-major, un chef d’état-major adjoint, des commandants de zones militaires, des services de renseignement. Cela s’explique par la présence à la tête de cette milice d’officiers de l’armée malienne à la retraite, placés là par le gouvernement », précise-t-il.

Pour le président de Tabital Pulaku, les armes utilisées pour attaquer les villages peulhs, à savoir les lance-roquettes, les Kalachnikov, ne sont pas des armes généralement possédées par des chasseurs paysans. Quelques chefs de village bambaras avaient d’ailleurs un moment essayé de protéger des Peulhs mais ont fini par céder face à la détermination de ces tueurs professionnels présentés sous le label de « chasseurs ».

Au Plateau dogon, insiste Abdoul Aziz Diallo, il n’y a pas de « Pays dogon » ; au Plateau dogon donc, les Peulhs sont tués et déplacés pour que leurs terres servent de champs aux Dogons : «  Les Dogons, qui n’habitaient que les falaises, sont descendus dans les plaines occupées par les Peulhs afin d’accaparer les terres agricoles. C’est cela l’enjeu majeur du conflit opposant les Peulhs et les Dogons. Et les villages peulhs sont brûlés, et les habitants tués de la façon la plus atroce. Il y a des hommes qui ont été égorgés, accrochés à un arbre et dépecés comme des animaux devant leurs femmes. D’autres personnes ont été amputées de leurs pieds ».

« Le massacre des Peulhs s’est intensifié »

A en croire le président Diallo, les premiers discours du Premier ministre Soumeylou Boubeye Maïga lors de ses rencontres dans le Centre avaient suscité de l’espoir ; mais aujourd’hui, c’est la déception totale car le massacre des Peulhs s’est intensifié. « Même ce matin (ndr 18 février 2019), une vieille femme peulhe du nom de Oumou Diallo, réfugiée à Dioila, m’a appelé pour me prévenir de la menace qui pèse sur sa famille restée dans la commune de Saye. Des miliciens-chasseurs se sont présentés et ont demandé au campement où se trouve son frère de payer une rançon de 1,5 million F CFA, faute de quoi tous les habitants peulhs seraient tués. Le frère de Oumou Diallo était donc passé informer le maire, puis le chef de village, ensuite le commandant de brigade de la gendarmerie. Toutes ces autorités ont répondu la même chose : les Peuhls doivent payer la rançon car aucune autorité ne peut les protéger… », s’indigne-t-il. Avant de rappeler que cela n’est pas nouveau : « Il y a eu d’autres cas où des Peulhs ont été recensés sur une liste et assassinés. Quand les assaillants avaient au cours d’une réunion envisagé d’attaquer la communauté peulhe, j’ai eu l’information. Et j’ai à mon tour informé le Premier ministre, le ministre de la Défense, le ministre de la Sécurité, le gouverneur de Région, le commandant des Forces armées de la région, les services de renseignement de la Région pour leur dire : « attention ! Une attaque se prépare contre les Peuls ». Seul le ministre de la Sécurité a répondu en me disant que « l’information sera transmise ». Quand le village peulh a été encerclé, j’ai relancé l’alerte en disant aux mêmes autorités : attention ! Le village est encerclé ». C’est un village de 10 000 habitants. Les miliciens ont ciblé les familles peulhes, ont sorti des Peulhs et les ont assassinés ».

Aux dires de M. Diallo, les autorités avaient été informées à 8 heures, or l’armée basée à 12 seulement kilomètres de là n’est intervenue qu’entre 17 heures et 18 heures. Incompréhensible ! Pire, les militaires dont l’arrivée sur les lieux a éloigné les chasseurs ont dit n’avoir pas reçu l’ordre de rester pour assurer la sécurité du village… « Le lendemain matin, je me suis réveillé avec ce bilan : 8 Peulhs tués après le retrait de l’armée malienne. C’était la même chose au Plateau dogon, dans le cercle de Koro : Quand des Peuls se sont repliés avec leurs parents pour éviter l’armée qui arrive, 6 ou 7 vieillards ne pouvant suivre, se sont réfugiés à la mosquée : les vieillards ont été brûlés alors que l’armée était déployée sur les lieux ! », souligne le président de Tapital Pulaku.

« Dès qu’on désarmerait les milices, la guerre serait terminée »

Abdoul Aziz Diallo estime que pour les DDR, on parle de 300 à 600 personnes… mais, pour qu’il y ait la paix, il faut désarmer les milices. Dès qu’on désarmerait les milices, la guerre serait terminée. « Lorsque des Peulhs ont été subi des massacres à Ké-Macina, les rescapés sont allés se réfugier à Niono, j’ai appelé la Minusma pour dire : « attention, là où les déplacés sont allés, ils n’ont accès qu’à l’eau des rivières contaminée par les pesticides utilisés dans les champs… ». La Minusma a refusé de leur faire un forage. Le gouvernement malien, pour sa part, a envoyé 6 tonnes de mil.

J’ai dû appeler les membres de notre association Tabital Pulaku, pour leur dire que si nous n’aidons pas nos parents, ils vont mourir… Cet argent a servi à acheter du riz, du sel, des médicaments acheminés sur les lieux. Au moment de la distribution de ces denrées, une horde de miliciens dozos a débarqué sur les lieux, entre 60 et 70 motards. J’ai appelé le chef d’état-major général des armées, le général Didier Dakuo à l’époque. Il m’a répondu qu’il ne pouvait rien faire pour stopper une soixantaine de motards ! », explique M. Diallo.

Si les pays africains de la sous-région, tels que la Mauritanie, la Gambie, le Sénégal pensent que c’est un problème malien, ils se trompent, ajoute-t-il.

En effet, selon lui, l’impérialisme international, les multinationales capitalistes ne font aucune différence entre un Peul, un Serrer, un Wolof ou un Haratine. Leur affaire, c’est l’uranium, qu’il se trouve au Tchad ou au Sénégal. C’est l’or, c’est le pétrole, voilà ce qu’elles cherchent. C’est la valeur géostratégique d’un pays qui les attire. Même le terrorisme international, c’est une création des impérialistes… Certes la vie, ou plutôt la mort, de nos populations se semble intéresser le monde : « Sinon, comment comprendre que le massacre de 2000 Peulhs n’ait pas ému grand monde alors qu’il y a quatre ans, suite à l’attaque contre le journal Charlie Hebdo, la quasi-totalité des dirigeants de la planète s’étaient retrouvés à Paris. Tous, y compris notre propre président, étaient « Charlie » ? ».

Enfin, pour le président de Tapital Pulaku, Abdoul Aziz Diallo, le problème n’est pas communautaire : « J’emploie beaucoup de Dogons dans mon entreprise, le chef de l’association Gina Dogon est un bon grand-frère. Enfin, je considère que le grand problème au Centre, c’est ces milices criminelles qui bénéficient du soutien du gouvernement malien ».

Mohamed Sylla

 

 

 

 

Commentaires via Facebook :

6 COMMENTAIRES

  1. MON petit roi BITON de SEGOU tu es petit mais tu n’es pas cons, TU connais mieux l’histoire de notre pays et de sa culture .

  2. comrades communique from Julu Mandingo to Julu Ubuntu, Muslim Ubuntu plus Christian Ubuntu. To begin it is one thing to ask us to compensate for foolish mistake made by leaders of Fulani by us making a comparable foolish mistake but it is another thing for us to do it. We will not be so foolish thus we must approach this condition with good common sense so that it is understood that actions to be taken will not be foolish.
    Sadly it is likely a combination of Fulani leadership partnership with others who include terrorists both terrorists from Mali plus terrorists from foreign nations that led to patriotic Dogon being able to obtain weaponry if they possess it that would give them a chance at defeating terrorists plus their supporters in battle. These battles are often undertaken at villages of Fulani who support or/plus house terrorists being members of those villages are also members of terrorists groups that often act in criminal plus murderous way. Fulani initially for prolonged period failed to separate innocent Fulani including children from being in community of terrorists thereof making potential targets of those children when villages housing plus supporting terrorists were supposedly attacked by patriotic Dogon with intent of eradicating terrorists from region so that security of region especially that of Dogon is of degree it is considered safe. That is still to happen thus it would be foolish for Dogon to as much as consider disarming. Moreover, for Dogon to disarm would leave them vulnerable to those terrorists who are well armed waiting in hidden location for moment to carry out attacks against defenseless Dogon villages. For now those terrorists settle for carrying out roadside bombs attacks unto they are eradicated or have opportunity to slaughter Dogon.
    We are left with integrating innocent Fulani into humane living safe zones. I advocate construction of Earth Block housing that is humane plus cost efficient where Fulani may live as they integrate into region however, innocent Fulani must keep away from terrorists Fulani plus their supporters. Moreover, they must provide any information they possess on Fulani terrorists or/plus their supporters. Supplying by government of resources for emergency humane living should be tied to Fulani immigrants undergoing interrogation concerning terrorists plus their terrorists supporters.It is by eliminating terrorists or plus supporters that living conditions may be bought about that provide for Fulani to live as conditions are set for others of region.
    I am deeply sadden that Islamic leadership of Fulani have not come forth with offerings to make living conditions better for innocent Fulani who flee war torn terrorists controlled villages. It is as if they embrace terrorists violent actions while complaining about In Kind response to those terrorists actions. Peace plus upgrade in living conditions will not be found with terrorists present in community being terrorists methods require of them to ceaselessly undertake violence unto they control region. Murder is murder thus under conditions present in Mali Fulani must set themselves away from terrorists-murders in order to avoid being murdered by opposition thereafter they must in safe region painstakingly under go process necessary to reestablish normal living conditions.
    WHERE ARE FULANI LEADERS? DO THEY HELP POOR IMMIGRANTS OR DO THEY ONLY COME WHEN THERE IS WEALTH TO BE GAINED BY THEM?
    Very much sincere,
    Henry Author(people of books) Price aka Obediah Ubuntu IL-Khan aka Kankan aka Gue.
    translationbuddy.com

  3. Les posts racistes et ethnocentristes ne nous interessent pas!
    LES MALIENNES ET LES MALIENS SONT UN MEME PEUPLE!!!!!!!! PERSONNE NE LES DIVISERA!!!!!!!!!!!
    LES ETHNIES MALIENNES ONT DES RELATIONS MULTIDIMENSIONNELLES ET MILLENAIRES QUI SERONT PRESERVE’ES QUELQU’EN SOIENT LES CONSEQUENCES! LES CHASSEURS NE SERONT PAS DIABOLISE’S TOUT COMME NOUS N’ACCEPTERONT JAMAIS UNE QUELCONQUE ATTAQUE CONTRE DES MALIENNES ET DES MALIENS PARCE QU’ILS APPARTIENNENT A’ UNE ETHNIE! Je suis un eleve de l’histoire et je sais que les chasseurs sont a’ l’origine de plusieurs royaumes et empires en Afrique de l’ouest!
    Si nous regardons le cas malien, il y a plusieurs peuls du wassolo qui sont chasseurs! Ils produisent l’une des meilleures musiques Donzo au Mali et en Guinee! ALLEZ- Y ECOUTER MADOU SANGARE’ ET YORO DIAKITE’ POUR CONSTATER LE METISSAGE CULTUREL TRES FORT QUI EXISTE AU SEIN DE NOS PEUPLES!
    Lastus et Toure’ , AW BE’ KA SABALI!!!!!
    NOTRE FASO LE MALI EST UN GRAND PAYS COMPOSE’ D’UN GRAND PEUPLE!!!!!!! LES BASSESSES NE SONT PAS MALIENNES!!!!!

  4. ABDOUL AZIZ DIOLLO, quand le provocateur terroriste peul AMADOU KOUFFA a été provoquer les populations maliens vous êtes où ?, IL fout accuser ce terroriste il est le seul responsable, LES milices sont sauvaient leurs têtes ils ne resteront pas de bras à croiser .

  5. Et quand les peulhs massacraient il était où ce vieillard???????????????? Et les autres maliens qui se font tuer (y compris les FAMAs), qu’est-ce qu’il en dit?????????????? Les peulhs ne sont pas plus maliens que les autres………………… Alors il doit demander tout court la fin des exactions au Mali!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here