Terrorisme en Afrique : La Russie doit-elle s’engager au Mali ?

5
VLADIMIR PUTIN

L’implication de la Russie dans la lutte contre le terrorisme au Mali doit enfin atteindre ses promesses, soit en envoyant des soldats, soit en fournissant plus de matériels militaires qu’elle ne l’a fait jusqu’ici. Le contexte s’y prête car le Kremlin veut passer à la vitesse supérieure en matière de diplomatie en Afrique.  Mieux, le besoin d’action est brûlant au Mali, après que 6 ressortissants russes aient perdu la vie lors de l’attaque terroriste contre l’hôtel Radisson Blu de Bamako. En tout cas, le président de la Commission défense de l’Assemblée nationale, l’honorable Karim Keïta présentait à la télévision nationale tout le bien qu’il pensait des avions de combat d’une autre provenance.

 

En septembre 2014, la Russie avait réitéré son engagement à livrer des armes au Mali conformément à un engagement pris en 2012. Moscou a déjà livré à Bamako des fusils d’assaut, des mitrailleuses et des munitions, mais l’armée malienne demande bien plus, à savoir des hélicoptères, des avions-cargos, des avions de combat et de véhicules blindés.

Le Mali a en tout cas besoin d’un plus grand engagement des pays qui sont en première ligne dans la lutte contre le terrorisme. Au moment où l’Allemagne s’apprête à envoyer plus de 600 soldats au Mali, l’on s’attend à une mobilisation de la Russie que les autorités maliennes ont activement courtisée après un bref passage des trublions du MNLA au Kremlin.

En attendant, c’est le Cameroun qui devient l’un des premiers pays africains à bénéficier de la souplesse de la politique étrangère russe en matière de lutte contre le terrorisme. L’ambassadeur de la Russie, Nicolay Ratsiborinski, qui a été reçu vendredi dernier par le président camerounais Paul Biya, a fait savoir que son pays va équiper le Cameroun d’un armement de dernière génération avant la fin même de l’année pour lutter contre la nébuleuse terroriste Boko Haram.

La dotation prévue est impressionnante, comprenant une artillerie lourde, des missiles, un système anti-aérien de missiles ainsi que des canons. Le personnel militaire et civil du Cameroun sera aussi formé pour utiliser l’arsenal de guerre octroyé. La Russie prend ainsi le contre-pied des puissances occidentales dans la lute contre le terrorisme en Afrique.

Que ce soit au Mali ou au Nigéria, deux pays où les terroristes ont pu se constituer une portion de territoire avant d’être combattus, la stratégie adoptée par la communauté internationale a minimisé l’équipement des armées nationales. L’armée malienne a été formée par des instructeurs européens depuis plusieurs années, mais celle-ci reste mal équipée à cause de plusieurs facteurs dont des problèmes de gouvernance.

La question est de savoir ce qui s’est passé depuis 2014 pour que les démarches visant à doter le Mali de matériels russes puissent traîner. Le président de la Commission défense de l’Assemblée nationale, l’honorable Karim Keïta présentait à la télévision nationale tout le bien qu’il pensait des avions de combat d’une autre provenance.

Soumaila T. Diarra

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. POUTINE connait bien ce qu’il va faire en SYRIE rebelle l’armée syrienne libre DAESH ils sont tous des criminels 🙄 🙄 🙄

  2. La Russie a toujours honoré ses engagements envers le Mali et ce depuis l’époque de la guerre froide où nous constituons le même bloc.

    Ses relations avec le Mali ont un peu évolué depuis la chute du mûr de Berlin, les maliens ayant retourné leur veste mais les russes, faisant preuve de bon sens n’ont jamais rompu nos relations.

    Sachez que le contexte du conflit malien est différent de celui du Cameroun ou du Nigéria, chez nous, il y a une rebellion, c’est un conflit entre maliens que nous n’avons pas su juguler convenablement encore aujourd’hui. Je ne nie pas qu’il existe des terroriste au Mali mais il ne faudrait pas confondre ceux là avec Daesh qui a un dessein différent de celui d’Alqaida qui est souvent instrumentalisé par ceux qui prétendent le combattre.

    Si l’armée regulière malienne n’arrive toujours pas à venir à bout des rebelles et des quelques terroristes présents sur son sol en depit de toutes les formes d’aides dont elle a bénéficiées les pays partenaires ne peuvent pas s’investir autrement car le Mali n’est pas le nombril du monde.

    Le fait que ma Russie soit beaucoup plus engagée au Cameroun et ailleurs en Afrique qu’au Mali ne doit donc pas surprendre d’autant plus que Boko Haram est comme une branche de Daesh. Ces deux groupes sont en contact, ils ont le même dessein et ils constituent une réelle menace non pas pour uniquement certaines régions du monde mais pour tout le monde entier.

  3. L’Africain est conditionné dans son âme et son être, victime de 5 siècles de violence avec l’Europe dont 4 siècles de déportation pour l’esclavage et 1 siècle de violence de l’occupation coloniale, puis néocoloniale ou impérialiste, des Européens et plus généralement des Occidentaux. Pour éviter que ces victimes aient une prise de conscience et de demander des comptes à leurs bourreaux d’hier, le système qui prévaut depuis des siècles les a maintenu dans une sorte de coma artificiel, fait de misère non seulement comme résultat, mais aussi comme instrument de domination. Nos ainés formatés dans ce système sont presque tous irrécupérables. Ils ont été à ce point rabaissés qu’ils recherchent constamment l’amitié du bourreau pour avoir l’illusion d’exister. Leur vision du monde est sous la lentille déformante que les bourreaux ont imposée. Ils sont nés à genoux, ils ont grandi à genoux, ils ont travaillé à genoux, ils sont en train de vieillir à genoux et ils vont mourir à genoux. Ils connaissent une seule vérité, en toute bonne foi: la supériorité incontestable des anciens bourreaux. Et par conséquent, ils sont dans la résignation de démarrer la moindre initiative pour se démarquer, pour s’autodéterminer. Tous ce qu’ils transmettent à leurs enfants, à leurs descendants, c’est la soumission vue comme une valeur, puisque après tout, elle garantit une sorte de paix. Peu importe leur place dans cette situation de paix.

  4. Terrorisme en Afrique : La Russie doit-elle s’engager au Mali ?
    NON, Soumaila T. Diarra, LA PLACE DU MALI EST TOUT JUSTE AU TOUT DERNIER CIRCUIT DE L’ APPAREIL DIGESTIF DE LA FRANCE, LÁ OÚ CA PUE VRAIMENT.
    DEPUIS LE DEBUT DE LA CRISE MALIENNE NOUS AVONS HAUT ET FORT DIT QUE LE MALI, ÉTANT MEMBRE SOUVERAIN DES NATIONS UNIS, EST EN DROIT DE NE PAS SUIVRE LES MACHINERIES DE LA “FRANCE PROFONDE ” QUI A SPONSORISÉ LE TERRORISME FINANCIEREMENT ET POLITIQUEMENT PARTOUT EN AFRIQUE ET AU MOYEN ORIENT SOUS LA DEVISE ” AL NOSRA FAIT DU BON BOULOT EN SYRIE “.
    LA FRANCE A OBLIGÉ LE MALI Á ” NEGOCIER ” AVEC DES CRIMINELS NARCOTRAFFICANTS DE LA BANDE SAHÉLIENNE.
    QUE LA MALI SOIT EN ÉTAT DE DÉCONFITURE AVANCÉE EST LE RÉSULTAT DE LA LACHETÉ DES MALIENS ET DE SA CLASSE DIRIGEANTE.
    NON , LA RUSSIE N’ AIME PAS LES FAUXCULS.
    NON, LA RUSSIE NE SAIT QUE FAIRE DES FAUXCULS.
    BACHAR AL ASSAD N’ EST PAS IBK, LE LARBIN-GÉNÉTIQUEMENT..
    SALUTE !

Comments are closed.