27.2 C
Bamako
dim 16 Jan 2022 - 23:32
Accueil Monde

Biden et Poutine en sommet virtuel pour désamorcer la crise autour de l’Ukraine

2

Joe Biden et Vladimir Poutine se retrouvent mardi pour un sommet virtuel en pleine escalade autour de l’Ukraine, la Russie, suspectée de préparer une invasion, accusant en retour ses rivaux occidentaux de menacer sa sécurité.

Les présidents américain et russe se sont vus en personne en juin à Genève, une rencontre jugée encourageante des deux côtés malgré leurs multiples différends. Le contexte de la vidéoconférence prévue mardi à 15H00 GMT (10H00 à Washington, 18H00 à Moscou) est lui particulièrement volatil.

Washington, l’Otan et Kiev accusent Moscou de masser des troupes à la frontière avec l’Ukraine pour attaquer le pays, de quoi rappeler 2014 et l’annexion russe de la péninsule de Crimée puis le déclenchement dans l’est ukrainien d’une conflit armé par des séparatistes pro-russes, guerre qui a fait plus de 13.000 morts.

A l’inverse, pour Moscou, l’activité accrue des pays de l’Otan en mer Noire, la volonté ukrainienne de rejoindre l’Alliance atlantique et l’ambition de Kiev de s’armer en Occident sont autant de menaces pour la Russie, le Kremlin démentant tout projet d’invasion de l’Ukraine.

“Notre président (M. Poutine) est disposé à exprimer ses inquiétudes auprès de son homologue américain, à écouter ses préoccupations à lui et à donner des explications”, a relevé le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

“La Russie n’a jamais eu l’intention d’attaquer qui que ce soit, mais nous avons des lignes rouges”, a-t-il ajouté.

– Encore des sanctions?-

En Occident, beaucoup d’observateurs pensent que Vladimir Poutine bluffe avec le déploiement de forces aux frontières de l’Ukraine, mais peu évacuent complètement l’hypothèse d’une attaque.

Si Moscou devait passer à l’acte, un haut responsable de la Maison Blanche a prévenu que les Etats-Unis “répondraient favorablement” à une demande de présence militaire accrue en Europe de l’Est et soutiendraient davantage l’armée ukrainienne.

Washington, qui semble exclure une réponse militaire directe, adopterait des sanctions économiques lourdes contre le régime russe, censées être plus douloureuses que celles qui se sont empilées sans grand effet sur la Russie depuis 2014

Les spéculations vont bon train autour d’une initiative de Washington pour couper la Russie de SWIFT, rouage essentiel de la finance mondiale, qui permet aux banques de faire circuler l’argent.

“Nous savons bien que la partie américaine a une addiction aux sanctions”, a ironisé mardi le porte-parole du Kremlin.

Joe Biden, qui a traité Vladimir Poutine de “tueur”, joue une partition délicate. Il lui faut gérer habilement la crise ukrainienne, sans échauder encore plus les alliés traditionnels des Etats-Unis, déjà irrités par le retrait chaotique d’Afghanistan.

Le président américain a pris soin de discuter lundi avec des dirigeants européens, dont ceux de la France et de l’Allemagne, pour insister sur leur “détermination” commune à défendre la souveraineté ukrainienne.

Il entend aussi rendre compte de son entretien avec Vladimir Poutine au président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui s’est agacé ces derniers mois du refus des Occidentaux d’accélérer l’adhésion de l’Ukraine à l’Otan.

– “Tête froide” –

La tenue de ce sommet virtuel constitue en soi un succès pour la Russie, qui consolide sa position de puissance géopolitique incontournable. Cela faisait quelques semaines que le Kremlin réclamait un face-à-face Biden-Poutine.

Au-delà du dossier ukrainien d’autres sujets cruciaux sont sur la table.

Les dirigeants russes et américain ont affirmé depuis leur rencontre de Genève vouloir avancer sur les dossiers d’intérêt commun pour aboutir à une relation “stable” et “prévisible”.

Stabilité stratégique et contrôle des armements nucléaires, piratages informatiques et cybersécurité, ou encore le nucléaire iranien. Autant de sujets qui seront a priori débattus mardi.

“Il est clair que lorsque deux présidents vont vers le dialogue, c’est qu’ils veulent débattre des problèmes et ne visent pas l’impasse”, a relevé mardi Dmitri Peskov.

“Mais il ne faut pas s’attendre à des percées” immédiates, a-t-il prévenu, relevant qu’au regard de “l’escalade des tensions en Europe”, il est important de “garder la tête froide”.

aue-alf/apo/pz

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Les nord-Atlantistes, occidentaux sont décidément gonflé d’accuser les autres d’envahisseurs alors que ce sont eux les ENVAHISSEUROPÉENS de l’AUSTRALIE AUX AMÉRIQUES, DU PACIFIQUE À L’ANTARTIQUE, EN PASSANT PAR L’OCÉAN INDIEN, L’OÉANIE!

  2. L’adieu aux armées US…!!!

    « La dernière enquête sur la défense nationale réalisée par l’Institut Ronald Reagan, publiée à la fin de la semaine dernière, a montré que seulement 45% des Américains ont une “grande” confiance dans leurs forces armées. C’est la première fois que moins de la moitié des personnes interrogées dans le cadre de ce sondage ont exprimé une forte confiance dans les troupes.

    » La confiance de l’opinion publique a chuté de 25 points de pourcentage, passant de 70%, au cours des trois dernières années. La cote a chuté de 11 points au cours des neuf derniers mois, sous la direction de l’administration Biden… […]

    « …Seuls 19 % des Américains interrogés ont une “grande confiance” dans la présidence en novembre 2021, contre 30 % en février 2021, selon l’enquête de l’Institut Reagan. Ce même sentiment pour les forces de l’ordre [police, FBI, etc.] est tombée à 33% contre 50% au cours des trois dernières années, tandis que les médias [de la presseSystème] ont conservé la confiance de seulement 10% des personnes consultées, contre 16% en 2018. »

    Pentagonie-Woke
    Il y a longtemps que le complexe militaro-industriel pose d’innombrables problèmes de développement et de fonctionnement, de corruption, de gaspillage, de dépassement astronomique de devis et de contre-performances. Depuis la fin de la Guerre Froide, cette situation est devenue l’une des Sept Plaies de l’Empire, telle que l’avait dénoncée le 10 septembre 2001 Donald Rumsfeld, le dernier grand secrétaire à la défense avec son successeur Robert Gates. Comme un signe du Ciel, cette course à l’effondrement, ou à l’implosion par inefficacité, commença effectivement au même moment où était lancé le programme JSF (1993).

    La chose (la GCES-) trace son sillon à la mesure d’un abîme. L’apocalypse ratée/détournée de 2008…..

    La GCES- GRANDE CRISE d’ ÉFFONDREMENT du SYSTÈME américaniste.

    Le “grain de sable divin” fait son boulot….

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here