Côte d’Ivoire : Henri Konan Bédié enterre la transition

7

Un mois après sa rencontre avec Alassane Ouattara, le chef de file de l’opposition met fin au mot d’ordre de désobéissance civile et réclame un dialogue national.

« Une main tendue », veut croire Henri Konan Bédié en prenant la parole ce mercredi 9 décembre. L’ex-président et chef de file de l’opposition ivoirienne a mis fin au régime de « transition » proclamé par l’opposition au lendemain de la réélection contestée du président Alassane Ouattara. En accord avec d’autres partis de l’opposition, HKB a proposé un « dialogue national » pour résoudre les tensions nées de la présidentielle. « Je propose dès maintenant et urgemment, en accord avec toute l’opposition, l’organisation d’un dialogue national. Ce nouveau cadre de dialogue, qui verra la participation de toutes les forces vives de la nation (…), remplace évidemment le CNT (conseil national de transition) que l’opposition ivoirienne avait initialement proposé », a écrit Henri Konan Bédié dans une déclaration transmise aux médias.

Deux jours après l’élection présidentielle du 31 octobre, dont les résultats n’étaient pas encore proclamés, l’opposition avait créé un conseil national de transition, qui devait former « un gouvernement de transition », censé remplacer le régime d’Alassane Ouattara. Il faut souligner que l’ex-président Bédié, qui avait été présenté comme « président » de ce CNT par le porte-parole de l’opposition, Pascal Affi N’Guessan, ne s’était jamais exprimé publiquement sur le sujet.

Le lendemain, le 3 novembre, après la proclamation de la réélection d’Alassane Ouattara pour un troisième mandat par la commission électorale, les forces de l’ordre avaient placé sous blocus les résidences des principaux leaders de l’opposition, dont celles de M. Bédié. Plusieurs responsables, dont Pascal Affi N’Guessan, ancien Premier ministre, et le bras droit de Bédié, Maurice Guikahué, avaient été arrêtés les jours suivants, et sont toujours écroués.

Le CNT est mort, mais les revendications demeurent
L’élection présidentielle s’était déroulée dans un climat de tension, l’opposition ayant appelé à la « désobéissance civile » et boycotté le scrutin. Au total, les violences électorales (politiques et intercommunautaires) ont fait au moins 85 morts et près de 500 blessés dans le pays d’août à novembre. Le climat s’était apaisé après une rencontre, le 11 novembre, entre le président Ouattara et Bédié. Entre-temps, ce dernier avait annoncé « suspendre le dialogue » le 20 novembre. Le parti au pouvoir avait alors répliqué en invitant l’opposition à « cesser de ruser avec la paix ».

Dans sa déclaration, Henri Konan Bédié souhaite désormais que le « dialogue national », qui devra être « encadré » par « des organisations internationales » telles que « l’ONU », aborde plusieurs « questions clés ». Il cite « l’élaboration d’une Constitution consensuelle », « la mise en œuvre d’un véritable processus de réconciliation qui prendra notamment en compte le retour des exilés et la libération des prisonniers politiques et militaires », mais aussi « l’organisation d’élections, notamment présidentielles, transparentes, crédibles et inclusives ».

Comme le reste de l’opposition, il continue à estimer qu’Alassane Ouattara, réélu pour un troisième mandat controversé sur le score fleuve de 94,27 % des voix au premier tour, « n’est pas légitimement le président de la République de Côte d’Ivoire ».

Quel avenir pour l’opposition ?
L’ex-chef de l’État (1993-1999) précise que « la lutte privilégiera désormais les marches et toutes les autres formes démocratiques de la résistance », annonçant d’ailleurs prochainement une « grande marche pour le dialogue et la paix ».

En attendant, Alassane Ouattara doit être investi lundi. Élu en 2010, réélu en 2015, il avait annoncé en mars qu’il renonçait à une nouvelle candidature, avant de changer d’avis en août, à la suite du décès de son dauphin désigné, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly. La loi fondamentale ivoirienne prévoit un maximum de deux mandats, mais le Conseil constitutionnel a estimé qu’avec la nouvelle Constitution adoptée en 2016 le compteur des mandats présidentiels a été remis à zéro. Ce que l’opposition a toujours contesté. Les violences liées à la présidentielle de 2020 surviennent dix ans après la crise postélectorale de 2010-2011, née du refus du président Laurent Gbagbo de reconnaître sa défaite électorale face à Alassane Ouattara.

Survenant après une décennie de tensions qui avaient coupé le pays en deux, sur une ligne identitaire entre le Nord et le Sud, la crise avait fait 3 000 morts, ainsi que 300 000 réfugiés et un million de déplacés internes, selon l’ONU.

Par Le Point Afrique
Publié le 10/12/2020 à 11:33 | Le Point.fr

Commentaires via Facebook :

7 COMMENTAIRES

  1. MERCI AU PRESIDENT BEDIE DE METTRE LA COTE D’IVOIRE ET LA VIE DES IVORIENS AU DESSUS DES INTERETS DES CHEFS DE PARTIS POLITIQUES.

    • BANKASSI DEN! TU AS RAISON, MAIS J AI PEUR QUE BEDIE NE PENSE PAS AUX IVOIRIENS QUI N ASPIRENT QU A LA PAIX ET A LA PROSPERITE QUI NE SONT MALHEUREUSEMENT PAS GARANTIES PAR LA DEMOCRATIE A L OCCIDENTALE, PLUTOT THEATRALE ET PROFONDEMENT CORROMPUE! NOUS AFRICAINS FERONT MIEUX SCLER NOS NORMES ET REGLES SUR NOS REALITES SOCIO CULTURELLES PAS CELLES DES ARABES PAS CELLES DES CHRETIENS PAS CELLES DE QUI QUE CE SOIT! NOUS VIVIONS AVANT LES ARABO MUSULMANS ET LES JUDEO CHRETIENS ET MEME AVANT QU ILS NOUS FABRIQUENT DES ALASSANE OUATTARA ET KONAN BEBOE!

  2. L’ hyène qui veut faire le cabri ! Tu donnes une parole que tu n’ honores pas malgré les faits ! C’est ça les présidents de la CDEAO ! Présidents de syndicats !

  3. CES VIEUX CONS, NEGROCONS, QUI N ONT QUE LEURS EGOS, CES VIEUX CONS QUI NE CONNAISSENT QUE LA CONNERIE , RIEN A DONNER A LEURS PEUPLES! CES SERVITEURS D AUTRUI! CES DERACINES QUI METTENT LE CONTINENT SUR LE VENTRE! TOUS LES MEMES KONAN OU CON-NAN, ALASSANE AL INSANE!

  4. C’est responsable HKB. Brulez pas la COTE D’IVOIRE pour vos intérêts .Pensez à vos enfants et à la Nation Ivoirienne .

  5. There much too often be violence where selfish old men are candidates for president. They spend so much time focusing on being colonial like governor that they fail to implement actions that will prevent post election murder plus violence among its citizens. Prior to election after election meeting for unity sake should have been planned plus agreed too. Meeting attendance by candidates should have been mandatory or/ plus candidate forfeit any plus all claims to position in government.
    Although actions of arresting opposition leadership was carried out after election it did not include arrest of as many leaders as it should have. Mere fact 85 post election election related deaths occurred is clear evidence not enough opposition leaders were timely arrested.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  6. Un pays dont les grands leaders se comportent comme si la nation ivoirienne n’existait pas, surtout ces trois personnes qui ont toujours été au Centre des crises venant de la Côte d’Ivoire, il s’agit de Henri Konan BEDIER, Allassane OUATTARA et de Laurent GBAGBO, ils n’ont pas pitié de leurs compatriotes, des leaders dont le leadership a été toujours chaotique pour ce pays. Il faut qu’ils prennent conscience de ça rapidement pour finir définitivement avec ce chaos de leur pays qui pourtant est entrain d’émerger malgré certains soubresauts non insurmontables.

Répondre à LES NEGRES ET LEURS VIEUX DERACINES LARBINS! Annuler

Please enter your comment!
Please enter your name here