Guinée : Lansana Conté comme Moussa Traoré?

0

C”est la répétition d”un scénario bien connu des Maliens. Grève générale illimitée, manifestations dans tout le pays, répression policière avec des tirs à balles réelles, tentatives d”intimidation et menaces d”atteinte à la vie des leaders syndicaux, politiques et estudiantins à peine voilées. La Guinée vit des heures sombres, en ce début d”année 2007, tout comme le fit notre pays en 1991.rn

Le refus de cautionner, encore et toujours, les pillages opérés sur l”économie nationale par un clan d”affairistes sans scrupules, protégés au plus haut niveau du pouvoir, les déplorables conditions de vie d”un peuple qui n”arrive plus à subvenir à ses besoins essentiels, les faux changements d”orientations politiques, la mise sous tutelle des institutions de l”Etat, ont amené les Guinéens à descendre dans les rues de toutes les localités du pays pour dire, fût-ce au prix de leur sang, comme en témoignent les chiffres des décès, qui augmentent quotidiennement, "Assez, on ne veut plus du régime de Lansana Conté".

rn

Malade, usé mais, se prenant toujours pour Dieu le père, comme le prouvent ses dernières déclarations, Mon général, aveugle et sourd n”entend ni ne voit la population gronder, semble-t-il. Bien protégé par des forces de sécurité toujours aux ordres – pour combien de temps?- et qui ne répugnent pas à tirer dans le tas pour protéger le "Chef", bien mal conseillé par ses "amis" du premier cercle, qui lui disent certainement que tout cela va se tasser s”il continue à faire preuve de fermeté, Lansana Conté devrait pourtant méditer sur le sort jadis réservé à un autre Mon Général, malien celui-là, du nom de Moussa Traoré. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, il y a fort à parier que la fin de son régime est très proche, si elle n”a déjà commencé.

rn

Non content d”être aller sortir un soi-disant "homme d”affaires" et son complice de ministre de la prison où ils avaient été on ne peut plus légalement déférés, Lansana Conté s”est permis de menacer les syndicalistes, qui ont appelé à la grève illimitée pour que l”on destitue cet autocrate et que l”on forme un gouvernement d”union nationale pour qu”enfin la Guinée devienne un Etat réellement démocratique. Et respectable.

rn

 Il a même osé déclarer à son peuple "qu”il tenait son pouvoir de Dieu" et qu’il tuerait quiconque s’aviserait de le lui retirer, tout comme l”autre, en son temps,  promettait de " faire descendre l”enfer sur les têtes" des contestataires maliens. Au lieu, en braves syndicats de chefs d”Etat, d”envoyer deux ou trois présidents s”enquérir de la situation à Conakry, l”UA et la CEDEAO gagneraient à rappeler -sinon à expliquer – au successeur de Sékou Touré le sens de l”histoire et la légitimité des revendications des Guinéens.

rn

 Convaincu du fait que "la démocratie est le chemin", L”Indépendant, tout en déplorant les pertes en vie humaines et en présentant ses condoléances à ce peuple frère courageux, réaffirme son attachement aux valeurs fondamentales que sont la liberté d”expression, de réunion et de manifestation, et soutient les Guinéens dans leur combat actuel contre la corruption et l”arbitraire et pour le développement.

rnRamata DIAOURE

Commentaires via Facebook :

PARTAGER