Le Tchad endeuillé par la mort de 98 soldats dans une attaque de Boko Haram

3

Le Tchad observe à partir de ce mercredi un deuil national de trois jours en la mémoire des 98 soldats tués au cours des affrontements lundi 23 mars avec Boko Haram à Bouma, dans la province du Lac. L’affrontement a été l’un des plus meurtriers pour l’armée tchadienne, selon le président Idriss Déby.

L’unité de l’armée tchadienne a été attaquée par surprise et sur quatre fronts. Les jihadistes, visiblement bien renseignés, n’ont pas laissé de temps de réaction aux soldats tchadiens. Et quand les renforts venus de la localité voisine de Kaïga Kindjiria sont arrivés, ils sont tombés dans une embuscade tendue par les assaillants qui ont eu le temps d’emporter des armes, leurs morts et blessés et surtout de brûler plusieurs véhicules avant de battre en retraite.

Selon le chef de l’État, l’unité en question a été dégarnie avant l’attaque. C’est ce qui explique la faible résistance face au déluge de feu des éléments de Abu Musab al-Barnawi, le leader de l’aile de Boko Haram reconnue par l’organisation État islamique.

Face à la situation, la colonne de l’armée tchadienne, en route pour le Niger pour rejoindre la zone des trois frontières entre le Mali, le Burkina Faso et le Niger a été détournée sur la zone des combats en attendant le réajustement du dispositif de l’armée tchadienne annoncé mardi par Idriss Déby.

Le président Déby à Bouma

Idriss Déby s’est rendu en hélicoptère à Bouma. C’est la première fois que l’armée tchadienne, reconnue pour ses prouesses dans la région, encaisse une telle défaite. Et Idriss Déby dit prendre la mesure de la situation : « J’ai assisté à beaucoup d’opérations, mais perdre d’un seul coup autant d’hommes, c’est la première fois dans notre Histoire. Je suis écœuré. Nous allons revoir tout notre dispositif pour éviter ce que Bouma a connu ».

De l’avis de plusieurs connaisseurs de l’armée tchadienne, revoir le dispositif doit consister à mettre fin aux injustices que subissent de nombreux soldats. C’est ce dont doit s’occuper le chef de l’État, qui a décidé de rester au Lac pour porter lui-même la réplique à Boko Haram.

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. > Imaginez que ce drame se fût passé au Mali.
    > Qu’auraient méchamment affirmé les impérialistes ?
    > Pays pauvre surendetté, en guerre ; armée non équipée,
    mal préparée, etc.
    > Qu’auraient allégué stupidement les hypocrites aigris
    et renégats du Mali ?
    > Président incompétent, Gouvernement de corrompus
    formé d’amateurs, etc..
    > Mais comme c’est leur propre “Grand” Tchad lui-même ,
    tous sont obligés de la fermer.
    > Vive le Maliba !

  2. Soldats de la liberté, braves combattants africanistes, gloire à vous. Le monde entier est témoin de votre engagement pour la paix et la stabilité en Afrique. Que votre âme repose en paix et que vous soyez des élus du paradis.
    VIVE LA RÉPUBLIQUE

    • Les africains devrait lasser les langues de bois et dénoncer les vrais commanditaires des terroristes sont leurs mercenaires c’est ce sont les occidentaux bien sûr avec la complicité de l’ONU

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here