Lobbying, ingérence : Comment les Émirats arabes unis ont manipulé le politique étrangère américaine

0

Les Émirats arabes unis ont orienté la politique étrangère américaine en leur faveur par une série d’exploits légaux et illégaux, selon un document sans précédent des services de renseignement américains.

Des responsables du renseignement américain ont rédigé un rapport classifié détaillant les efforts considérables déployés pour manipuler le système politique américain par les Émirats arabes unis, une nation influente et riche en pétrole du golfe Persique, longtemps considérée comme un partenaire proche et de confiance.

Les activités relatées par le rapport, décrites au Washington Post par trois personnes qui l’ont lu, comprennent des tentatives illégales et légales d’orienter la politique étrangère américaine dans un sens favorable à l’autocratie arabe. Il révèle la tentative des EAU, qui s’est étendue sur plusieurs administrations américaines, d’exploiter les vulnérabilités de la gouvernance américaine, notamment sa dépendance aux contributions de campagne, sa sensibilité aux puissantes sociétés de lobbying et l’application laxiste des lois de divulgation destinées à protéger contre l’ingérence des gouvernements étrangers, ont déclaré ces personnes. Chacune d’entre elles s’est exprimée sous couvert d’anonymat afin d’évoquer des informations classifiées.

Le document a été compilé par le National Intelligence Council et présenté aux principaux décideurs américains ces dernières semaines afin de guider leur prise de décision concernant le Moyen-Orient et les EAU, qui jouissent d’une influence démesurée à Washington. Le rapport est remarquable en ce qu’il se concentre sur les opérations d’influence d’une nation amie plutôt que d’une puissance adverse comme la Russie, la Chine ou l’Iran. Il est également inhabituel qu’un document du renseignement américain examine de près les interactions impliquant des responsables américains, étant donné son mandat de se concentrer sur les menaces étrangères.

« La communauté du renseignement des États-Unis se tient généralement à l’écart de tout ce qui pourrait être interprété comme une analyse de la politique intérieure américaine », a déclaré Bruce Riedel, chercheur principal à la Brookings Institution, qui a fait partie du National Intelligence Council dans les années 1990.

« Faire quelque chose comme cela sur une puissance amie est également unique. C’est un signe que la communauté du renseignement américaine est prête à relever de nouveaux défis », a-t-il ajouté.

Lauren Frost, une porte-parole du Bureau du directeur du Renseignement national, a refusé de commenter le rapport.

L’ambassadeur des EAU à Washington, Yousef Al Otaiba, a déclaré qu’il était « fier de l’influence et de la bonne réputation des EAU aux États-Unis. »

« Elle a été durement gagnée et bien méritée. Elle est le fruit de décennies de coopération étroite entre les EAU et les États-Unis et d’une diplomatie efficace. Elle reflète des intérêts communs et des valeurs partagées », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Cette relation est unique. Au fil des ans, les États-Unis ont accepté de vendre aux Émirats arabes unis certains de leurs équipements militaires les plus sophistiqués et les plus meurtriers, notamment des drones MQ-9 et des avions de chasse F-35 de technologie avancée, un privilège qui n’a été accordé à aucun autre pays arabe par crainte de diminuer l’avantage militaire qualitatif d’Israël.

Certaines des opérations d’influence décrites dans le rapport sont connues des professionnels de la sécurité nationale, mais ces activités ont prospéré en raison du manque de volonté de Washington de réformer les lois sur l’influence étrangère ou de fournir des ressources supplémentaires au ministère de la Justice. D’autres activités s’apparentent davantage à de l’espionnage, selon les personnes ayant connaissance du rapport.

Les EAU ont dépensé plus de 154 millions de dollars en lobbyistes depuis 2016, selon les dossiers du ministère de la Justice. Ils ont dépensé des centaines de millions de dollars supplémentaires en dons à des universités et des groupes de réflexion américains, dont beaucoup produisent des documents d’orientation dont les conclusions sont favorables aux intérêts des EAU.

Aux États-Unis, il n’est pas interdit aux lobbyistes de donner de l’argent aux campagnes politiques. Un législateur américain, qui a lu le rapport des services de renseignement, a déclaré au Post qu’il illustrait la façon dont la démocratie américaine est faussée par l’argent étranger, et qu’il devrait servir d’avertissement.

« Une ligne rouge très claire doit être établie face au fait que les EAU jouent dans la politique américaine, a déclaré le législateur. Je ne suis pas convaincu que nous ayons déjà abordé ce sujet avec les Émiriens à un niveau élevé. »

Le Bureau du directeur du Renseignement national et le département d’État ont refusé de préciser s’ils avaient abordé la question avec leurs homologues émiratis.

La réponse publique discrète du gouvernement américain fait suite au discours passionné du président Biden aux électeurs lors des élections de mi-mandat la semaine dernière, selon lequel la démocratie américaine est menacée par des intérêts puissants et doit être protégée de manière concertée. « Avec la démocratie sur le bulletin de vote, nous devons nous rappeler ces premiers principes : la démocratie signifie le règne du peuple – pas le règne des monarques ou des riches, mais le règne du peuple », a déclaré Biden lors d’un discours à Washington.

Le National Intelligence Council, ou NIC, est le principal centre d’analyse de la communauté du renseignement. Ses productions s’appuient sur les informations des 18 agences de renseignement du pays pour parler d’une seule voix sur les questions urgentes de sécurité nationale.

Les personnes qui ont partagé des informations sur le rapport ont refusé d’en fournir une copie. Elles ont déclaré que les activités attribuées aux EAU dans le rapport vont bien au-delà du simple trafic d’influence.

L’un des exploits les plus effrontés concerne l’embauche de trois anciens responsables des services de renseignement et de l’armée américains pour aider les EAU à surveiller les dissidents, les politiciens, les journalistes et les entreprises américaines. Dans des documents juridiques publics, les procureurs américains ont déclaré que ces hommes avaient aidé les EAU à pénétrer dans des ordinateurs aux États-Unis et dans d’autres pays. L’année dernière, les trois hommes ont admis devant le tribunal avoir fourni des technologies de piratage sophistiquées aux EAU, acceptant de renoncer à leurs habilitations de sécurité et de payer environ 1,7 million de dollars pour mettre fin aux accusations criminelles. Le ministère de la Justice a présenté l’accord comme une « première résolution du genre. »

Il n’y a cependant pas eu de peine de prison, et les critiques ont considéré que la sanction financière était dérisoire compte tenu des paiements substantiels reçus par les anciens fonctionnaires américains pour leur travail, ce qui soulève des inquiétudes quant au fait qu’elle n’a guère dissuadé les gens d’adopter un comportement similaire à l’avenir.

Les partisans de la réforme notent également le procès fédéral de Thomas Barrack, conseiller de longue date de l’ancien président Donald Trump, qui a été acquitté ce mois-ci des accusations selon lesquelles il aurait travaillé comme agent des Émirats arabes unis et aurait menti aux enquêteurs fédéraux à ce sujet.

Les procureurs américains ont accusé Barrack d’avoir exploité son accès à Trump au profit des Émirats arabes unis et d’avoir utilisé un canal de communication secret pour transmettre des informations sensibles à des responsables émiratis. Les preuves présentées au tribunal comprenaient des milliers de messages, de messages sur les médias sociaux et d’enregistrements de vols, ainsi que des communications montrant que les responsables émiratis lui fournissaient des points de discussion pour des apparitions dans les médias dans lesquelles il faisait l’éloge des EAU. Après l’une de ces interviews, Barrack a envoyé un courriel à un contact pour lui dire : « J’ai réussi… pour l’équipe locale », en référence aux Émirats arabes unis.

Barrack, qui ne s’est jamais enregistré auprès du gouvernement américain pour faire du lobbying au bénéfice de l’État du Golfe, a nié avec véhémence les accusations, et les procureurs n’ont pas réussi à convaincre un jury que son trafic d’influence avait donné lieu à des crimes. Un de ses assistants, Matthew Grimes, a également été acquitté. Barrack, par l’intermédiaire d’un porte-parole, s’est refusé à tout commentaire.

Les EAU sont loin d’être les seuls à utiliser des tactiques agressives pour tenter de plier le système politique américain à leur goût. L’Arabie saoudite, le Qatar, Israël, Taiwan et de nombreux autres gouvernements mènent des campagnes d’influence aux États-Unis dans le but d’influer sur la politique américaine.

Mais l’examen des Émirats arabes unis par la communauté du renseignement indique un niveau d’inquiétude élevé et un écart spectaculaire par rapport à la manière élogieuse dont le pays est évoqué en public par les secrétaires d’État et de la Défense et les présidents américains, qui soulignent régulièrement « l’importance d’approfondir les relations stratégiques entre les États-Unis et les Émirats arabes unis. »

Les EAU sont une fédération de cheikhs comptant plus de 9 millions d’habitants, dont les villes-États d’Abu Dhabi et de Dubaï.

Depuis 2012, ils sont le troisième plus gros acheteur d’armes américaines et ont construit ce que beaucoup considèrent comme l’armée la plus puissante du monde arabe en cultivant des liens étroits avec l’establishment politique, militaire et de défense américain.

Les forces armées des EAU ont combattu aux côtés des troupes américaines en Afghanistan, en Irak et en Syrie. Le pays accueille également 5 000 militaires américains sur la base aérienne d’al-Dhafra et des navires de guerre américains dans le port en eau profonde de Jebel Ali.

Les défenseurs de l’État du Golfe dans les groupes de réflexion et les cercles militaires américains le qualifient souvent de « petite Sparte » pour ses prouesses militaires, tout en éludant son bilan en matière de droits humains et sa parenté indéfectible avec l’Arabie saoudite.

Il n’y a pas d’élections ou de partis politiques aux EAU, ni de système judiciaire indépendant. La critique du gouvernement est interdite, et les syndicats et l’homosexualité sont proscrits. Freedom House classe l’État du Golfe parmi les pays les moins libres du monde.

L’environnement politique étouffant contraste fortement avec les offres cosmopolites opulentes du pays, notamment le plus haut bâtiment du monde, des pistes de ski à l’intérieur d’un centre commercial et Ferrari World, un parc à thème inspiré par le constructeur italien de voitures de sport. Sa plus grande ville, Dubaï, est un centre d’affaires non imposable, avec des hôtels cinq étoiles à la mode, des boîtes de nuit et des concerts de DJ qui semblent incongrus par rapport au zèle religieux de l’Arabie saoudite toute proche. Ces dernières années, des responsables américains et des organismes de surveillance indépendants ont prévenu que la contrebande et le blanchiment d’argent aux Émirats arabes unis permettaient aux criminels et aux militants d’y cacher leur richesse.

L’attention portée au rôle des Émirats arabes unis à Washington s’est accrue après la mort du chroniqueur du Washington Post Jamal Khashoggi en Turquie. La CIA a conclu que son meurtre avait été commis sur l’ordre du prince héritier saoudien Mohamed ben Salman, une révélation qui a poussé les cabinets de lobbying et les groupes de réflexion de Washington à rompre leurs liens financiers avec Riyad. Bien que les Émirats arabes unis n’aient pas été impliqués, le statut du prince héritier en tant que protégé de Mohammed ben Zayed al-Nahyan, le dirigeant des Émirats arabes unis connu sous le nom de MBZ, invitait à un examen plus approfondi.

« MBZ faisait partie de la foule affirmant que le prince héritier saoudien serait un réformateur, ferait de l’Arabie saoudite un pays plus normal, donnerait aux femmes le droit de vote – tout cela s’est effondré lorsque Khashoggi a été tué », a déclaré Riedel.

Les inquiétudes des groupes de défense des droits humains à l’égard des Émirats arabes unis se sont accrues avec leur participation militaire à la guerre brutale au Yémen, dont ils se sont retirés depuis. L’État du Golfe a également suscité la colère des responsables américains après que l’organisme de surveillance du ministère de la Défense a déclaré que les EAU pourraient avoir financé le Groupe Wagner, une armée de mercenaires russes proche du Kremlin qui a été accusée d’atrocités en Libye, en Ukraine et en Afrique. Les EAU nient cette accusation.

Bien que les EAU aient conservé un fort soutien bipartisan aux États-Unis, ils ont cultivé un lien particulièrement étroit avec l’administration Trump, qui a approuvé la vente de 23 milliards de dollars en F-35, MQ-9 et autres munitions à l’État du Golfe. Le transfert, qui s’est heurté à la résistance des Démocrates du Congrès, n’a pas encore abouti mais il est soutenu par l’administration Biden.

Le président Donald Trump serre la main de Mohammed ben Zayed Al Nahyan à la Maison Blanche. (Andrew Harnik/AP)

Le mois dernier, le Post a révélé que les Émirats arabes unis faisaient largement la cour à des militaires américains retraités de haut rang. L’enquête a montré qu’au cours des sept dernières années, 280 militaires américains à la retraite ont travaillé en tant que contractuels et consultants militaires pour les EAU, soit plus que pour tout autre pays, et que ces emplois de conseillers sont grassement rémunérés.

Le succès des Émirats arabes unis à Washington est dû en grande partie à Otaiba, un ambassadeur qui a noué des liens solides avec des politiciens et des chefs d’entreprise puissants de tout l’éventail politique.

Selon les personnes qui l’ont lu, le rapport des services de renseignement prend soin de ne pas identifier des individus spécifiques, mais il mentionne plusieurs réunions et conversations impliquant des responsables américains et émiratis. Un passage fait référence à une réunion entre un haut fonctionnaire américain et un haut fonctionnaire émirati qui se sont félicités mutuellement d’avoir sauvé « à eux seuls » la relation entre les États-Unis et les Émirats arabes unis. Une personne qui a lu le rapport a déclaré qu’il s’agissait d’une référence indubitable à Otaiba.

Interrogé sur les conclusions de la communauté du renseignement, Otaiba a déclaré qu’il était « honoré de faire partie d’un groupe de personnes sérieuses et bien intentionnées dans les deux pays qui ont construit un partenariat complet et durable qui a rendu les EAU, les États-Unis et la région plus sûrs, plus prospères et plus ouverts d’esprit. »

Certains législateurs américains des deux partis ont proposé une législation visant à limiter l’influence étrangère dans la politique américaine. Un projet de loi présenté l’année dernière par la représentante Katie Porter (Démocrate-Californie.) interdirait aux comités de campagne politique d’accepter de l’argent provenant de lobbyistes enregistrés auprès d’un pays étranger. Parmi les autres propositions de réforme figurent le renforcement des exigences en matière de divulgation, l’octroi de ressources supplémentaires à l’unité du ministère de la Justice chargée de l’influence étrangère et la normalisation des données de déclaration, a déclaré Anna Massoglia, experte en matière d’influence étrangère à OpenSecrets, une organisation qui suit les dépenses politiques.

« Bien que les États-Unis aient mis en place certaines règles de divulgation, il existe encore un certain nombre de failles qui permettent aux individus de travailler pour le compte d’intérêts étrangers dans ce pays sans divulguer leur travail », a déclaré Massoglia.

John Hudson

John Hudson est journaliste spécialiste de la sécurité nationale au Washington Post, où il couvre le département d’État et la diplomatie. Il a effectué des reportages dans divers pays, dont l’Ukraine, le Pakistan, la Malaisie, la Chine et la Géorgie.

Source : The Washington Post, John Hudson – 12-11-2022

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here