“Macron est une mauviette”: voici ce que Trump pense réellement des dirigeants mondiaux, selon son ex-porte-parole

1

Dans le livre intitulé “I’ll take your questions now” (“Je vais maintenant prendre vos questions”, en français), l’ancienne porte-parole de la Maison Blanche, Stephanie Grisham, décrit comment l’ancien président Donald Trump considérait les autres leaders mondiaux. Par exemple, il s’est bien entendu avec Boris Johnson, l’un des rares dirigeants européens qu’il apprécie. Emmanuel Macron, quant à lui, a dû en prendre ombrage.

Stephanie Grisham a été porte-parole du président Trump entre juillet 2019 et avril 2020, mais n’a jamais été en charge du point de presse quotidien. Par la suite, elle est devenue chef du cabinet de la première dame Melania Trump. Son livre, qui fait déjà sensation, sera publié la semaine prochaine, mais des extraits frappants ont déjà été divulgués, par exemple sur les crises de colère effrayantes de Trump. Il décrit également les interactions souvent inhabituelles de l’ancien président avec les autres chefs d’État.

Des remarques étonnantes
Mme Grisham fournit quelques détails sur une rencontre entre Trump et Poutine lors du sommet du G20 à Osaka en 2019. Selon l’ancienne porte-parole, alors qu’aucun journaliste n’était présent, Trump a déclaré qu’il allait “se montrer un peu plus dur avec le président russe devant les caméras pendant quelques minutes. Mais c’est pour les caméras, et une fois qu’ils seront partis, nous parlerons.”

Lors d’une rencontre avec le président turc Erdogan, le dirigeant américain de l’époque a demandé: “L’un d’entre vous a-t-il déjà vu ‘Midnight Express’?”. Le film américain, sorti en 1978 et basé sur un livre, met en scène un jeune Américain dans une prison turque où il est battu et abusé sexuellement. Le réalisateur Oliver Stone s’est excusé après coup d’avoir dramatisé le scénario. “C’est un film sombre pour vous”, aurait dit Trump. “La délégation turque n’a guère réagi, écrit Grisham, peut-être quelques sourires polis, avant que la conversation ne se poursuive, comme si le président des États-Unis n’avait pas simplement lancé cela.”

Grisham rapporte également que Trump a dit à Imran Khan, le Premier ministre du Pakistan, que “l’Inde lui rappelait la Californie, avec tous les sans-abri”.

Trump, pas un grand fan des dirigeants européens
Trump, dit Grisham, n’était pas un grand fan des dirigeants européens, selon Grisham. Trump se serait déjà notamment moqué du président français Emmanuel Macron: “C’est une mauviette”.

En outre, l’ancien dirigeant américain aurait félicité le président suisse pour la propreté de son pays.

Des conversations “surprenantes” avec Johnson
Donald Trump aurait également trouvé une véritable âme sœur en Boris Johnson. Le Premier ministre britannique était “l’un des rares dirigeants européens qui semblaient tolérer Trump”, écrit Grisham. “Johnson nous a dit un jour au petit déjeuner que l’Australie était ‘le pays le plus mortel – avec des araignées, des serpents, des crocodiles et des kangourous. Puis ils ont discuté de la force des kangourous”, écrit-elle.

Grisham ajoute que Johnson et Trump ont également parlé “d’une personnalité politique qui venait de subir une opération, dont ils pensaient qu’elle impliquait l’ablation de la vésicule biliaire”. “Peut-on avoir une nouvelle vésicule biliaire?” aurait demandé Johnson en mâchant des œufs brouillés et des saucisses. “Je ne sais pas à quoi sert une vésicule biliaire”, a-t-il dit. “Cela a quelque chose à voir avec l’alcool”, a répondu fermement Trump.

“Il s’agissait de conversations surprenantes sur une grande variété de sujets entre des hommes blancs potelés aux coupes de cheveux folles”, explique Grisham.

Par: 7sur7.be

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here