Niger: La société BUILDERS de l’entrepreneur malien Ibrahima DIAWARA va édifier 4 gigantesques infrastructures universitaires pour un coût global de 110 milliards de FCFA. Exclusif

4

Dans le Programme du nouveau Président nigérien, Mohamed BAZOUM, l’éducation est au cœur des priorités de la vision du quinquennat. Cette déclinaison prend forme. Quatre universités de dernière génération seront construites respectivement dans la région de Niamey, Tahoua, Maradi et Zinder. Builders, la compagnie du tycoon malien, Ibrahima DIAWARA a été retenue par l’État du Niger pour la réalisation de ces infrastructures. Le coût global des investissements est estimé à 110 milliards de FCFA

La société BUILDERS, fruit d’une fusion BTP et infrastructures, filiale  IBI Group, propriété du jeune entrepreneur malien, monte en puissance. Elle est désormais en piste dans les gravats des 4 futures universités haut standing qui vont sortir de terre à Niamey, Maradi, Tahoua, Zinder. Une grande marque de confiance de l’État du Niger envers BUILDERS, qui a jeté son dévolu sur l’expertise africaine. La société du tycoon malien consolide ainsi sa présence sur le secteur des gros ouvrages dans la sous-région africaine, qui est plus un terrain conquis. BUILDERS va réaliser avec ses partenaires stratégiques les 04 universités du pays, temples du savoir, afin de relever les plateaux d’enseignements de niveau supérieur. C’est l’un des chantiers titanesques du Président Mohamed BAZOUM pour sa mandature en cours. Le Conseil des Ministres réuni vendredi 22 juin 2022, dans la salle habituelle des délibérations, sous sa présidence et en sa qualité de Président du Conseil des Ministres, a attribué le marché de ces ouvrages à BUILDERS SA. Les travaux de L’université de Niamey qui comprendront 2 amphithéâtres de 2000 places, 1 amphithéâtre de 1000 places, 1 amphithéâtre de 500 places, 2 dortoirs de 600 places, 1 restaurant, 1 laboratoire, devront coûter la bagatelle de 31 milliards 800 millions de FCFA sur un package global d’investissement des 4 futures universités ( Niamey, Maradi, Tahoua, Zinder) à hauteur de 110 milliards. Durée des travaux est fixée à 36 mois. Sous le leadership et la clairvoyance de son PDG  Ibrahima Diawara, IBI Group est un conglomérat en plein essor en Afrique qui affiche un chiffre daffaires de 60 millions d’euros en 2020. Il est présent au Mali, en Côte d’Ivoire, en Guinée Conakry, en Mauritanie, au Niger, Congo Brazzaville et en République Centrafricaine. Son champ d’intervention va de l’adduction d’eau potable, à l’aéronautique en passant par l’assainissement, le BTP, l’énergie,  la production des matériaux de  construction, la recherche de  matières minérales. Une success-story qui prendra de l’amplitude au Niger avec ces chantiers universitaires de dernière génération et qui transformeront le visage du secteur éducatif, en proie à plusieurs dysfonctionnements. BUILDERS entre dans la cour des grands constructeurs d’ouvrages haut de gamme, sans complexe de ce que l’on trouve de mieux à l’Occident, en Asie.

 

Par Ismael AÏDARA (Confidentiel Afrique)

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. Peut t’on avoir quelques exemples de realisations de Builders SA au Mali et en Afrique dans le domaine des infrastructures BTP?

  2. Although modern world class educating featuring engineers is important. Goal will not be reached unless we solve security issues. Unto that time we must intermingle educating all our uneducated people with fulfilling security needs. If we fulfill security needs much is possible plus immeasurably easier as oppose to trying to do same without reliable security.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  3. Nous comptons sur Diawara pour faire un travail excellent au Niger car ‘l’Afrique pour les Africains’ est la voie a suivre, ayons confiance en nous memes comme le dit Aliko Dangote, le géant entrepreneur Nigerian!

    • Diawawa, Dangote eux ils sont different de ces faux entrepreneurs comme jamllle bittar qui passent leur temps a vociferer a bas la france, a bas bazoum, a bas la cedeao.
      En cote il y a au moins 4 millions de diawaras qui bossent et nourrissent leurs pauvres familles au pays.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here