Turquie : le parti prokurde HDP, menacé d’interdiction, dénonce un “putsch politique”

1
Un procureur a envoyé, mercredi, un acte d’accusation à la Cour constitutionnelle demandant l’ouverture d’un procès pour interdire le Parti démocratique des peuples (HDP), principal parti prokurde de Turquie et troisième formation politique du pays.

Un “putsch politique”. C’est en ces termes que le principal parti prokurde de Turquie a dénoncé, mercredi 17 mars, la décision d’un procureur de réclamer son interdiction pour activités “terroristes”. Le Parti démocratique des peuples (HDP) a accusé le président Recep Tayyip Erdogan de chercher à le réduire au silence avant les prochaines élections.

Un procureur a envoyé, mercredi 17 mars, un acte d’accusation à la Cour constitutionnelle demandant l’ouverture d’un procès pour interdire le HDP, la troisième formation politique du pays qui fait l’objet d’une répression implacable depuis 2016.

“Nous appelons toutes les forces démocratiques, toutes les forces d’opposition sociales et politiques et notre peuple à lutter ensemble contre ce putsch politique”, ont réagi dans un communiqué les co-présidents du HDP, Pervin Buldan et Mithat Sancar.

Les États-Unis ont prévenu qu’une telle dissolution “subvertirait de manière indue la volonté des électeurs turcs, saperait encore davantage la démocratie en Turquie, et priverait des millions de citoyens turcs de leurs représentants élus”.

La demande d’interdiction risque, en effet, de renforcer la préoccupation des pays occidentaux au sujet de l’État de droit en Turquie, au moment où Ankara affirme vouloir apaiser ses relations tendues avec Washington et l’Europe.

Dans son acte d’accusation, le procureur estime que le HDP “agit comme une extension” du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), un groupe qui mène une sanglante guérilla en Turquie et est qualifié de “terroriste” par Ankara et ses alliés occidentaux.

“Les membres du HDP s’efforcent, par leurs déclarations et leurs actes, de détruire l’union indivisible entre l’État et la nation”, affirme le procureur, cité par l’agence de presse étatique Anadolu.

Plusieurs semaines d’attaques verbales

Le procureur réclame par ailleurs une interdiction d’exercer des fonctions politiques contre 600 membres du HDP, une mesure qui semble destinée à les empêcher de former un nouveau parti.

La Cour constitutionnelle doit encore accepter cet acte d’accusation pour que la date d’un procès soit fixée.

Cette annonce intervient après plusieurs semaines d’attaques verbales croissantes contre le HDP de la part de Recep Tayyip Erdogan et de son partenaire de coalition informelle, le Parti d’action nationaliste (MHP, extrême droite). Le chef de l’État accuse régulièrement le HDP d’être la “vitrine politique” du PKK.

Mais les critiques ont redoublé d’intensité après une intervention militaire turque avortée visant à secourir 13 otages aux mains du PKK en Irak et qui s’est soldée par la mort de tous les prisonniers mi-février.

Le dirigeant du MHP, Devlet Bahçeli, a déclaré début mars que la fermeture du HDP était devenue “urgente et nécessaire”.

Le HDP, qui rejette fermement les accusations d'”activités terroristes”, se dit victime de persécution en raison de son opposition à Recep Tayyip Erdogan. Mercredi, il a accusé le président d'”utiliser la justice comme un bâton pour refaçonner le paysage politique”, à deux ans d’élections législatives et présidentielle qui s’annoncent difficiles pour le pouvoir sur fond de difficultés économiques.

Multiplication des arrestations et des destitutions d’élus du HDP

“Leur agressivité est la preuve de leur peur panique”, a poursuivi le HDP. Mais “quoi qu’ils fassent, nous ne courberons jamais l’échine, nous ne nous rendrons pas (…) Nous allons poursuivre notre résistance démocratique avec détermination”, a-t-il ajouté.

Dans la foulée d’une tentative de putsch le visant en 2016, Recep Tayyip Erdogan a lancé une répression tous azimuts qui a frappé le HDP de plein fouet.

Faisant fi des critiques occidentales, le pouvoir turc a multiplié les arrestations et les destitutions d’élus du HDP, arrêtant par exemple en 2016 son chef de file Selahattin Demirtas, toujours écroué en dépit des appels de la Cour européenne des droits de l’Homme à le libérer.

La demande de fermeture du HDP intervient par ailleurs quelques heures après que le Parlement turc a déchu de son mandat un député de cette formation, Faruk Gergerlioglu, après la confirmation en dernière instance d’une condamnation à deux ans et demi de prison pour “propagande terroriste”.

Dénonçant une “violation de la Constitution”, Faruk Gergerlioglu a affirmé qu’il ne quitterait pas l’hémicycle à moins d’y être contraint par la force.

“C’est une attaque choquante contre les normes démocratiques et l’État de droit ainsi qu’une violation de la Constitution turque et des obligations découlant du droit international”, a dénoncé sur Twitter la représentante en Turquie de l’ONG Human Rights Watch (HRW), Emma Sinclair-Webb.

En comptant Faruk Gergerlioglu, 14 députés du HDP ont été déchus de leur mandat depuis 2016.

Par: France 24

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. N’oublions pas l’enseignant Guinéen Mamoudou Barry assassiné sauvagement à Rouen lors de la soirée match Algérie/Sénégal et afro-brésilienne décapité Simone Barreto Silva tuée à Nice !

    Dont on a parlé ici :

    https://www.maliweb.net/faits-divers/un-guineen-est-mort-le-soir-de-la-finale-de-la-can-apres-une-altercation-imputee-a-un-algerien-2829611.html

    valeursactuelles.com/societe/chercheur-tue-rouen-le-suspect-dorigine-turque-avoue-109208

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here