C’était en janvier 2013 : L’opération serval fait la décision

67
C’était en janvier 2013 : L’OPERATION SERVAL FAIT LA DECISION
L’intervention des troupes françaises a permis de stopper l’offensive des terroristes et de libérer la partie nord de notre pays. Paris répondait à un appel du président de la République par intérim Dioncounda Traoré

 

Il y a juste trois ans, notre pays retrouvait, grâce à l’intervention de l’armée française, l’espoir de compter à nouveau parmi les nations libres, démocratiques et souveraines suite à une offensive déclenchée contre les groupes terroristes à la demande de Dioncounda Traoré, président de République par intérim. L’ex-puissance colonisatrice a lancé l’opération Serval dans la nuit du 10 au 11 janvier 2013 pour stopper les combattants terroristes qui avaient pris d’assaut les localités de Konna et Diabaly et s’apprêtaient à lancer une offensive vers la capitale.
L’intervention française fut nécessaire parce que l’armée nationale n’était pas en mesure de contenir les assauts des troupes terroristes supérieures en armement et en organisation. Ces difficultés de notre armée ont été révélées dès les premiers affrontements avec la coalition des indépendantistes et des terroristes au début de l’année 2012 dans l’extrême nord-est du pays.
Les assaillants ont commencé à occuper une à une les grandes villes du nord (Kidal, Tombouctou et surtout Gao) suite au coup d’État du 22 mars 2012 qui a eu pour conséquence de couper la chaîne du commandement d’une armée déjà en grande difficulté. Le coup de force dirigé par le capitaine Amadou Haya Sanogo est intervenu à moins deux mois de la fin du mandat du président Amadou Toumani Touré.
Pendant que la junte dirigée par Amadou Haya Sanogo s’installait au pouvoir à Bamako, le MNLA proclamait à Gao l’indépendance de « l’Azawad » le 6 avril 2012. Une proclamation rejetée par la communauté internationale. Le mouvement rebelle sera ensuite chassé de la cité des Askia par ses alliés d’alors, le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), Ansardine d’Iyad Ag Aghaly, ou encore Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI).
Suite à la signature d’un « Accord-cadre » entre la junte et la Cédéao prévoyant le transfert du pouvoir aux civils et la désignation d’un président et d’un Premier ministre de transition, les militaires ont formellement remis le pouvoir au président de la l’Assemblée nationale, Dioncounda Traoré, qui sera investi président de la République par intérim. La transition bénéficiait du soutien de la communauté internationale qui affichait son intention d’aider notre pays à reconquérir sa partie septentrionale.
Pendant que le Mali et ses partenaires extérieurs exploraient les voies et moyens d’une intervention militaire, les colonnes terroristes ont estimé pouvoir les prendre de vitesse en lançant une offensive d’envergure sur les positions de l’armée à Konna et à Diabaly. Elles ont réussi à prendre ces localités après des combats très violents.
La France a alors décidé de répondre favorablement à l’appel du président Dioncounda Traoré. Le 11 janvier, les premières frappes (tôt le matin) de deux hélicoptères de l’armée malienne puis des hélicoptères (en début d’après-midi) et de l’aviation de l’armée française ont provoqué la débandade dans les rangs des terroristes qui occupaient alors Konna. Au cours de ces opérations, le pilote d’hélicoptère Damien Boiteux sera le premier militaire français de Serval à trouver la mort. Deux jours plus tard, les troupes terroristes présentes dans la ville de Diabaly étaient chassées grâce aux bombardements des avions français.
Paris décidait, dans la foulée, d’envoyer des troupes au sol pour appuyer nos soldats. Ces différentes forces, dans des actions coordonnées, ont libéré les 3 grandes villes du nord. Gao fut libérée le 26 janvier 2013 et Tombouctou le 28 janvier tandis que Serval prenait position à Kidal le 29 janvier. Entre-temps, le 17 janvier voyait le début du déploiement des bataillons terrestres du Togo, du Burkina et du Nigeria tandis que le Niger attendait le feu vert pour attaquer à partir de son territoire.
Les opérations de libération du territoire se poursuivront jusqu’en février 2013. Avec l’appui de l’armée tchadienne, les troupes françaises vont traquer les terroristes jusque dans leurs derniers retranchements dans les contreforts de Tegharghar. C’est au cours de ces combats âpres que le chef terroriste du groupe AQMI Abu Zeid fut tué.
A la fin du gros des opérations de libération de notre territoire, le président français, François Hollande effectue une visite mémorable dans notre pays le 2 février 2013. Il se rend à Tombouctou et à Bamako. Dans toutes ces localités, les populations lui réservent un accueil triomphal en reconnaissance de sa décision de lancer l’armée française au secours de notre pays. Le chef de l’État français avoue vivre la « belle journée de sa vie » et promet de continuer à aider notre pays à se débarrasser des terroristes.
Décimés et désorganisés par l’opération Serval, les terroristes ont renoncé à leurs prétentions d’occupation territoriale. Mais ils continuent de mener des actions asymétriques avec des kamikazes ou des petits groupes de combattants, notamment les 8, 9 et 11 février à Gao.
La guerre de reconquête achevée, la France lance le 1er août 2014, l’opération Barkhane qui couvre toute la zone sahélo-saharienne dans le cadre de lutte anti-terroriste.

B. COULIBALY

PARTAGER

67 COMMENTAIRES

  1. L’intervention française a été dès le début salué dans notre pays mais après deux années dans notre pays l’ont constate avec amertume que les forces françaises sont accusés d’avoir des relations complices avec les terroristes et aussi de bavure contre des alliées de notre gouvernement et d’autres forces signataires de l’accord de paix. Il faut donc que la barkhane puisse montrer pattes blanches face à ses accusations.

  2. Après deux d’interventions dans notre pays la force française a perdu toute confiance et toute intégrité dans notre pays et je pense que nos autorités doivent les remercier pour service rendu à notre pays afin de ne pas paraître hypocrite et leur demander de foutre le camp car ces derniers ont prouvé par A+B qu’ils traitent avec les terroristes ce qui est inacceptable; ils doivent donc partir.

  3. Je ne sais pas si ces le changement de dénomination qui a eu un impact sur la mission des forces françaises dans notre pays mais la force serval a été vraiment salvatrice pour notre pays contrairement à la barkhane qui se rends coupable de certains faits qui remettent en cause sa mission dans notre pays qui était celle de combattre les terroristes qui voulaient s’emparer du pays.
    Vivement que ce revirement soit corrigé pour le bien de tous. Vive la paix au mali!

  4. A mon avis, la France a été d’un appui déterminant dans la conquête du Nord du pays grâce à cette opération menée. Je pense qu’il faut saluer la France pour cette aide.

  5. L’intervention des forces françaises dans notre pays est à saluer car elle a permis d’éviter que le chienlit ne puisse s’installer partout dans notre pays et y semer la désolation. Merci donc à la serval qui est aujourd’hui barkhane.

  6. L’opération Barkhane en passant par l’opération Serval sont les preuves de l’engagement de la France à nos côtés dans la lutte anti-terroriste. Cette volonté sans faille de la France a permis de mettre hors état de nuire ces groupes armés. Pour ce faire, je remercie pour sa bienveillance.

  7. Les forces françaises sont les alliés de notre pays car elles nous ont aidées à un moment donné contre les djihadistes qui ont attaqués notre pays mais dernièrement il est ressorti que ces derniers posent des actes répréhensibles dans notre pays ce qui est fort regrettable; il faut donc que la Barkhane puisse montrer qu’elle n’est pas coupable des allégations à son endroit.

  8. Grâce à son esprit salvateur, la France a volé à notre secours alors que nos forces étaient en position de faiblesse face aux ennemis. N’eut été cette opération, notre pays serait tombé dans les mains de ces rebelles. Je salue et encourage la France pour toutes ses actions en faveur de notre pays afin que nous retrouvions la paix.

  9. Je pense que l’opération serval a été un véritable succès dans la lutte contre les mouvements sécessionnistes. Ce qui donna une bouffée d’oxygène pour le peuple Malien qui voyait son intégrité territoriale menacée. Grand merci à la France pour cette attention à notre égard.

  10. Et quand deux Tigre ont le malheur d’être atteints par des tirs de kalachnikov djihadistes, l’état-major et les cabinets ministériels poussent des hauts cris : comment a-t-on pu laisser endommager ces bijoux de technologie valant près de 30 millions d’euros par des armes de quelques centaines de dollars ? Le colonel Gout devra fournir des explications détaillées sur les circonstances de cet incident et protéger ses hommes de ces remous budgeto-politico-militaires… Libérer Tombouctou est un livre document qui intéressera tous ceux qui veulent comprendre les dessous d’une opération militaire et découvrir l’armée française de l’intérieur. Même si on peut regretter que ce récit ne s’accompagne pas d’une mise en perspective de l’opération Serval dans son ensemble, ce journal de guerre est riche d’enseignements, sur l’excellence de nos soldats et de ceux qui les commandent ; mais surtout il en dit long sur le triste état de l’armée française laminée par les coupes budgétaires des derniers gouvernements de gauche comme de droite.

  11. A mon humble avis, je pense qu’il faut saluer l’intervention lors de l’attaque de notre pays par des groupes armés. Cette intervention a permis d’affaiblir ces groupes qui a abouti à la conclusion d’un accord.

  12. Avec ce nouveau témoignage sur l’opération Serval au Mali, le colonel Frédéric Gout, commandant du groupement d’hélicoptères présent au sein de la brigade française, nous livre une chronique des opérations et de ses rencontres depuis la capitale Bamako jusqu’à Tessalit dans le nord du pays en passant par Tombouctou. Incontestablement, l’opération Serval a été une réussite. Les djihadistes qui voulaient conquérir le Mali ont été défaits et les soldats français, maliens et tchadiens sont allés les déloger de leurs bases arrière dans le nord du pays. Mais son témoignage en dit surtout long sur l’état de l’armée française et sur ses lacunes révélées crûment par le déroulement de cette guerre menée dans l’urgence.

  13. Le succès de l’opération Serval contre les djihadistes au Mali est un des plus brillants faits d’armes de l’armée française, justement salué par tous les experts militaires. Le journal de guerre de cette victoire par le commandant du groupement d’hélicoptères de la brigade sur le terrain révèle aussi les graves lacunes de notre outil de défense, usé par des années de réduction d’effectifs et de moyens.

  14. L’opération Serval a été très imminente dans la lutte contre les mouvements armés qui ont envahi notre pays. Elle a permis de freiner l’avancée de ceux-ci vers notre capitale. Nous saluons la France pour cette intervention.

  15. Au cœur du conflit malien, la résolution 2085 du 20 décembre 2012 prévoit une aide à « reconstituer la capacité des forces armées maliennes » pour permettre aux autorités de reprendre le contrôle des zones du nord de son territoire, tout en préservant la population civile.

  16. Je salue la France pour sa brillante intervention qu’elle a mené à travers l’opération Serval qui a permis de repousser les envahisseurs de la nation. C’est un témoignage de l’intérêt qu’ à la France pour notre pays.

  17. L’intervention militaire au Mali est une opération militaire multinationale qui se déroule depuis le 11 janvier 2013, dont l’objectif est la mise en œuvre de la résolution 2085 du Conseil de sécurité des Nations unies.

    Les noms donnés à cette intervention sont l’opération Serval pour la France, qui se termine le 15 juillet 2014, la MISMA pour l’Union africaine et la CEDEAO et forces armées tchadiennes d’intervention au Mali (FATIM) pour le Tchad (intégrées à la MISMA en mars 2013). La MINUSMA, qui succède à la MISMA en juillet 2013, est prolongée, en juin 2014, puis en juin 2015, jusqu’en juin 2016.

  18. Voici les 3 buts qui ont poussé la France à intervenir au mali : stopper l’avancée en direction de Bamako des forces djihadistes, « sécuriser Bamako, où nous avons plusieurs milliers de ressortissants » et « permettre au Mali de recouvrer son intégrité territoriale » en appuyant la mission confiée aux forces de la Cédéao, tout en soulignant que la France n’a pas vocation à rester au Mali.

  19. J’invite la France à tout mettre en œuvre afin que les FAMAS reviennent dans cette région. Les différents belligérants dans le nord du Mali doivent faire preuve de bonne foi et respecter leur engagement, leur dette envers leur population, l’État malienne et la communauté internationale.

  20. Cela montre que les forces Françaises sont loyales envers leur engagement que beaucoup ont critiqué. Des gens ont tout dit contre la position solo de la France dans le septentrion Kidal. Mais il est bien de le dire et de le redire encore et encore, nous disons merci à la France pour son aide au Mali.

  21. Le Mali et la France mains dans les mains pour arrêter les djihadistes du nord.
    La coopération entre le Mali et la France est à saluer.

  22. Le Mali et La France sont engagé la résolution de cette crise donc des accords ont été signés à cet effet
    il y a une mise en place de ces accords signés et les patrouilles conjointes en font partie

  23. Pour une sortie définitive de cette crise, l’azawad doit faire preuve de maturité et des respects pour le peuple
    Ils savent qu’on peut pas régner indéfiniment avec des armes donc une sortie pacifique est la bienvenue

  24. Toutes ces gestes fournis par la force française est salutaire, sauf qu’elle doit apprendre à rester dans cette dynamique. C’est-à-dire, elle doit se consacré sur l’éradication des terroristes et non de jouer l’escroquerie.

  25. Vive nos forces armées !!!
    Vive les forces étrangères !!!
    Vive le gouvernement malien !!!

  26. Le Mali est l’un des pays les plus considérés en matière de l’islam. Rappelons qu’on a besoin de l’exigence de personne pour appliquer l’islam. Le Mali a donné l’exemple au monde entier à travers sa pratique en islam. Merci à nos autorités et aux forces étrangères pour avoir tués ces bandits.

  27. Personnellement, j’aurai préféré que le Mali s’unisse avec d’autres pays africains pour lutter contre le terrorisme que les blancs. Ceux-ci sont devenus les maîtres du septentrion malien aujourd’hui.

  28. La lutte contre le terrorisme est très complexe, unissons nos forces pour l’éradication de ces bandits. Tous pour la lutte contre le terrorisme, tous pour un Mali uni et laïc. La présence des forces étrangères à nos côtés nous va droit au cœur.

  29. En tant que citoyen lambda, on ne doit pas cacher la réalité. Au début, la force serval a apporté plus d’aide à notre pays dans la lutte contre le terrorisme. Mais aujourd’hui, elle fait le contraire il faut que cela cesse.

  30. Ce geste brave des forces françaises mérite les félicitons de tous les maliens. Qu’ils soient sans crainte le peuple malien les soutient, fera tout son possible pour les aider à parvenir à leurs fins. Par contre, cette force étrangère doit respecter les décisions de nos autorités.

  31. Nous félicitons les forces françaises, Ils nous ont prouvé que les maliens peuvent compter sur eux dans cette lutte. Nous sommes d’accord sur le fait qu’ils apportent leurs aident par rapport à la lutte contre le terrorisme.

  32. 😉 😉 😉 😉 En réalité, les forces françaises ont beaucoup fait pour la lutte contre le terrorisme. Mes remerciements vont à l’endroit de cette force pour son assistance auprès de notre armée. Ces terroristes utilisent l’islam comme sous couvert alors qu’ils ne sont pas des musulmans dignes de ce nom.

  33. La France profite de la situation actuel du pays pour foutre leurs merdes au Mali, le Mali n’est pas un pays de merde, la France dois bien comprendre cela…

  34. La France est une véritable merde, nous ne sommes pas d’accord avec eux avec ses pratiques, ceci sont contre leurs mission au Mali, en fin de compte, je me dis que les véritable terroristes sont les Français….

  35. La France n’est pas l’ami du Mali comme il le dit deeee,
    Nous devons la foutre dehors de nos territoires. On en est mare de la France et de ce qu’elle veut pour le Mali.
    Nous ne voulons pas de leurs amitiés,
    Ni koo ma kee koo te donn…anw torrlaaa…

  36. Entend que malien je pense que nous ne devons pas nous jeter à la naïveté, mais plutôt que d’accompagner le gouvernement dans toute ses décisions.

  37. Nous remettons tous dans la main de nos leaders, le Mali est un Etat dont le gouvernement le responsable premier de tous ce qui est comme décision.

  38. Gardons nos calmes, Rien de cela, soyons juste avec notre gouvernement ce sont eux qui seront défendre le Mali et les maliens.

  39. Nous reconnaissons la bonne volonté de la France envers le Mali, mais maintenant nous demandons que le gouvernement leurs montres le chemin de leurs pays.
    Merci à la France mais il est temps de partir…

  40. Maliennes et maliens, faisons attention à ses informations qui peuvent apporter la division.
    Il ne faut pas que nous soyons des maliens séparer pour des causes non fondé, je ne sais pas d’où apporte ses informations, mais moi je ne crois pas trop aux journalistes maliens.
    Laissons tous dans la main de notre gouvernement, ils sont ceux qui peuvent conduire le pays dans un avenir radieux, nous leurs avons choisi pour ça…

  41. La stabilité dans ces différentes régions se fera, mais je ne peux pas dire sans problème car nous savons tous comment est la tendance dans ces régions, et aussi face à quels problèmes le président et son gouvernement doivent faire face pour le retour de la stabilité !!!

  42. Nous avons confiance au retour de la paix et de la sécurité dans les trois régions du nord MALI, et ça se fera quoi qu’il arrive !!! Mais il nous faut juste être patient et solidaire envers nos autorités pour leur faciliter la tâche !!!

  43. Certes toute la population malienne est plus que ravi de l’intervention française en particulier cervale dans le septentrion malien, mais il faut reconnaitre aussi que lors de la bataille de Konna et de Diabaly l’armée malienne a fait preuve de bravoure et de responsabilité.

  44. Tous les maliens leurs sont reconnaissants et nous saluons leurs actes, car elle dérive du courage et du bon sens du patriotisme. Seul le bon Dieu s’aura vous rendre ce qui vous est de droit.

  45. Je pense que la population malienne est toujours reconnaissante envers l’armée malienne pour tous ce dont elle a fait pour tout le Mali lors de l’attaque terroriste. Mais de nos jours, la population malienne se pose des questions sur l’objet de la présence française sur le sol malien, plusieurs actes ignoble sont commit par les terroristes et cela sous le nez de l’armée française.

  46. Tu as raison, lors de la bataille de Konna et de Diabaly notre armée a combattue avec fermeté et bravoure face aux terroristes. L’armée malienne a montrée quelle était une armée peut faible mais pas lâche.

  47. ➡ Certes l’armée malienne lors des faits était vulnérable face à cette attaque terroriste, mais je pense que les terroristes ont simplement profité de la situation. En ce moment le Mali était en plein transition, notre pays faisait à crise politique. ➡

  48. L’intervention fut plus que nécessaire, l’armée malienne n’avait la compétence militaire pour faire face à cette attaque terroriste. L’assaut d’une manière urgente de l’armée française est très salutaire, car elle a permis à notre pays de préserver sin intégrité et aussi d’instaurer la paix et la laïcité.

  49. Je saluts les efforts de la France auprès de l’armée malienne dans sa crise du septentrion malien. L’intervention de la France face à l’intervention terroriste est un fait que la population malienne n’oubliera jamais.

  50. Depuis le début de la crise malienne en particulier la lutte contre le terrorisme, la France joue un rôle primordial et très salutaire auprès de la FAMA. La France est en train d’épauler notre pays dans sa crise dans le septentrion malien d’une générale.

  51. Je félicite la France pour son aide apporté au Mali dans la lutte contre le terrorisme. Nul n’était cette opération intervalle, je n’ose pas imaginer que deviendrait notre pays. Merci à la France.

  52. Certes toute la population malienne est plus que ravi de l’intervention française en particulier cervale dans le septentrion malien, mais il faut reconnaitre aussi que lors de la bataille de Konna et de Diabaly l’armée malienne a fait preuve de bravoure et de responsabilité.

  53. Je ne suis pas contre l'opération serval mais, à la place du président intérimaire malien de l'époque, Dioncounda Traoré, j'allais regretter avoir fait appel à la France pour libérer mon pays et le mettre sous une autre forme de colonisation, le néocolonialisme. Aujourd'hui c'est cette même France qui fait obstacle à un retour de la paix tant voulue par la population malienne qui a tant souffert des jeux de cette puissance occidentale, pas moins ancienne puissance colonisatrice. Avec la France, les dirigeants africains sont des gouverneurs n'ayant que des pouvoirs d'administration et les pays africains sont des protectorats.

  54. Je ne suis pas contre l'opération serval mais, à la place du président intérimaire malien de l'époque, Dioncounda Traoré, j'allais regretter avoir fait appel à la France pour libérer mon pays et le mettre sous une autre forme de colonisation, le néocolonialisme. Aujourd'hui c'est cette même France qui fait obstacle à un retour de la paix tant voulue par la population malienne qui a tant souffert des jeux de cette puissance occidentale, pas moins ancienne puissance colonisatrice. Avec la France, les dirigeants africains sont des gouverneurs n'ayant que des pouvoirs d'administration et les pays africains sont des protectorats.

  55. Nous saluons les soldats français présents au Mali depuis le début de cette opération de libération de notre territoire. C’est pour cette nation qu’ils risquent leur vie. Mes remerciements au président français, François Hollande et notre chef de l’État intérimaire de l’époque, le professeur Dioncounda Traoré qui à lancé un appel à son homologue français.

  56. Cette opération me fait penser à ce brave soldat français qui a été le premier à perdre la vie dans cette opération, il s’agit du Lieutenant Damien Boiteux. Toutes mes condoléances à la France le bilan de victimes qu’elle a enregistré dans le conflit malien. Je ne pourrais jamais oublié le moi de janvier. Carc’est en janvier que ce pays a été sauvé de la dislocation.

  57. J’ai la nostalgie de cette journée, la journée de la libération de notre septentrion de la main des groupes séparatistes. Tous mes remerciements à la France pour avoir sauver le Mali qui allait être le “Mal” sans son i car un État sans souveraineté n’est pas reconnu par la communauté internationale en tant qu’État indépendant.

  58. Si jusqu’à présent nous sommes confronté à de tare de difficulté pour arriver à une paix durable, après l’opération serval qui nous a permis de revenir dans le concert des État indépendant du monde, c’est dû au double visages de cette puissance (la France). Nous l’invitons à conserver ce visage de la puissance ayant sauver notre État. Pour se faire, elle doit faire preuve de vouloir bien aider le Mali.

  59. Cette opération a été salutaire pour le Mali. Parce qu’elle a permis à notre État de retrouvé sa souveraineté sans la quelle on ne saurait parler d’un État malien. Pour le moment c’est le double jeux de cette même France qui nous fracasse dans le cadre du processus de paix.

  60. Suite à un appel téléphonique du président malien par intérim, DIoncounda Traoré, Le Mali a retrouvé sa souveraineté qui était en cause suite à l’occupation de la partie nord du pays par certains groupes armés face aux quels l’armée locale était impuissante. C’était en janvier 2013.

  61. Le Mali dont la souveraineté, sans laquelle il ne peut pas y avoir d’indépendance, était menacée a retrouver son caractère d’Etat indépendant et reconnu internationalement. Nous ne savons pas comment remercier l’opération française de libération de notre partie septentrionale.

  62. Les 10 et 11 janvier sont devenues des dates ayant marqué l’histoire de notre cher Maliba. Car c’est en ces dates que nous avons retrouvé notre souveraineté et cela grâce à l’intervention des forces françaises sur notre sol.

  63. C’était en janvier 2013 que notre souveraineté qui était menacée a été conservée par une opération lancée par l’ancienne puissance colonisatrice, la France. Cette date est mémorable pour les maliens. C’était en janvier 2013 que le drapeau français flottait partout au Mali, après l’intervention de l’opération serval. 🙄 🙄 😈 😈

  64. C’était les 10 et 11 janvier 2013 que la force serval a libéré le septentrion malien des mains des groupes séparatistes qui étaient à quelques kilomètre de Bamako, la capitale malienne. Nous sommes reconnaissants envers la France pour cette opération. 😆 😆

  65. Opération salutaire mais il faut savoir ramener maintenant la paix définitive le Mali tant rêvé où on peut circuler librement du Nord au Sud de l’Est en Ouest. Sans être inquiet!!

Comments are closed.