Comité de suivi de l’accord (Csa) : Le gouvernement s’apprête à libérer une trentaine de prisonnier

1

Le Centre internationale de conférence de Bamako (Cicb) a servi de cadre les  16 et 17 décembre 2015 aux travaux de la sixième session ordinaire du Comité de Suivi de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation Nationale. L’ordre du jour comprenait l’examen du point de la situation sur les derniers développements en lien avec la mise en œuvre de l’Accord.  Toutes les parties ont pris part à cette session. Et plusieurs points ont été débattus dont la question de représentativité, le budget et bien d’autres. L’information capitale qui retienne l’attention est celle donnée par le président du Csa, Ahmed Boutache qui a fait savoir que le gouvernement malien présentera dans les jours à venir une liste de 29 prisonniers libérables.

Même si toutes parties signataires de l’accord étaient présentent  à cette rencontre, elles avaient du mal à accorder leurs violons ce qui expliquait la fin tardive des travaux. A l’issue de la rencontre à huit clos, les uns et les autres ont accordé une interview à la presse. Ainsi, selon le président du Csa, Ahmed Boutache, le gouvernement du Mali va présenter une liste de 29 prisonniers libérables. Et dès le lundi, les acteurs vont se pencher sur la question, a-t-il dit. Avant d’ajouter que le processus de mise en œuvre de l’accord n’a pas démarré dans les conditions idéales. « L’accord a été signé par étape. D’abord le 15 mai et le 20 juin 2015. Cela ayant été fait il est resté à mettre en place le comité de suivi lui-même. Et vous voyez que si nous avons commencé à nous rencontré en juin et ce n’est qu’en décembre qu’on a pu régler tous les problèmes liés à la composition et au budget du CSA. C’est maintenant que le comité est doté de tous les instruments pour pouvoir fonctionner de façon normale et efficace », a-t-il dit. Pour sa part, Almou Mohamed de la Coordination des mouvements de l’Azawad (Cma), a souhaité la mise à disposition du CSA de tous les instruments lui permettant de travailler et pour que la mise en œuvre de l’accord puisse effectivement commencer. « Il n’y aura pas de 4ème partie, les composantes de COMPIS seront fondu dans la Cma et dans la plateforme. C’est l’accord qui a été trouvé entre la Cma, la plateforme, la communauté internationale et le gouvernement malien. La rencontre fut positive et nous donne beaucoup d’espoir à aller de l’avant. Le gouvernement s’est engagé devant nous et la communauté internationale sur un certains nombre de chose qui pour nous, s’ils sont effectifs, la mise en œuvre de l’accord pourra commencer effectivement », a-t-il dit. A l’en croire, le gouvernement a pris des engagements fermes pour se rattraper du retard accusé dans la mise en œuvre de l’accord. Selon lui, la question du budget du comité fut débattue et adoptée. « Le gouvernement nous a présenté le projet de décret pour la mise sur pied de la commission DDR (Désarmement, démobilisation et réinsertion) et la commission d’intégration. Le gouvernement s’est engagé à prendre en charge les combattants de la Cma et de la plateforme en attendant le cantonnement. Le gouvernement s’est engagé pour que les autorités transitoires puissent voir le jour. Pour le DDR, on attend la viabilisation des sites retenu par la Minusma retardée selon les raisons sécuritaires », a conclu la porte parole de la Cma. Quant à Me Harouna Toureh de la Plateforme, le quota de la représentation sera augmenté. «  On n’acceptera pas que le principe de l’intégrité des mouvements soit violé. Il y a des point en suspens mais le gouvernement s’est engagé de rentrer en discussion avec nous dès le lundi matin », a-t-il dit. Mohamed Sidibé du COMPIS 15 a prôné l’inclusivité du comité.

Aguibou Sogodogo

 

 

PARTAGER

1 commentaire

  1. Bonjour,
    Comme je l’ai toujours dit, à travers entre autres mes lettres ouvertes, ‘inclusivité est indispensable pour la mise en œuvre par TOUS, indépendamment des bords politiques et des parties prenantes, de l’accord de Bamako.

    Félicitation au comité du suivi de l’accord d’être allé dans ce sens en favorisant l’intégration des membres de COMPIS dans la CMA et la plateforme.

    Il ne faut pas aussi oublier les membres de la société civile et les représentants des collectivités territoriales et de toutes les régions.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    Expert TIC, Gouvernance et Sécurité
    E-mail Webanassane@yahoo.com
    TEL 00223 78 73 14 61

Comments are closed.